Dakar : la hausse des prix à quelques jours du Réveillon.

C’est devenu une tradition au Sénégal, ou du moins dans la plupart des marchés de Dakar.

A la veille de chaque jour férié, les prix des denrées alimentaires s’envolent jusqu’au jour J. Ce constat est encore choquant car à la veille du réveillon du Nouvel An 2022, communément appelé réveillon du Nouvel An, les prix de certains légumes, comme les oignons, les carottes, les poivrons verts, les poivrons jaunes et les poivrons rouges, se sont envolés.

Le marché de Dakar est l’un des plus volatils au monde. Les prix des aliments fluctuent à tout moment, n’importe où et partout. Même les prix entre deux stands côte à côte sont différents.

Et il faut avoir la patience de faire le tour des étals pour espérer qu’il y ait un approvisionnement suffisant en légumes, surtout en cette période des fêtes. Actuellement, les poivrons verts au kilo sont passés de 400 FCFA il y a dix jours à 1 200 FCFA.

Augmentez la simplicité à trois fois, car dans un pays comme le Sénégal, ce légume est indispensable pour préparer un repas de nouvel an. Quels plats sont surtout composés d’agneau, de bœuf, de porc et même de volaille…

Les clients conviennent que le prix augmentera jusqu’à vendredi prochain, qui coïncide avec la soirée du 31 décembre 2021. Les allées et venues des différents coins et crevasses du marché de la castor l’ont épuisée, et elle a négocié les prix des légumes dont elle avait besoin pour célébrer.

Le réveillon du Nouvel An avec plusieurs parents, Mme Da Costa Emily a réprimandé les prix élevés.

« C’est vraiment dommage, c’est la même situation à la veille de chaque fête au Sénégal. Au marché, les revendeurs de légumes augmentent les prix à leur guise, sans contrôle aucun, et nous n’avons pas le choix. J’ai préféré venir plutôt, de peur que les prix ne grimpent davantage.

Les problème et que lorsqu’on se plaint de la cherté, ils trouvent chaque fois un justificatif. Nous n’avons pas le choix, nous sommes obligés d’acheter », s’exclame-t-elle.

 

1 2

Aux yeux des commerçants, cette situation est hors de leur contrôle. Ils pensent que les augmentations de prix partent des producteurs et passent par les fournisseurs et les distributeurs. Ce dernier est également à la recherche du profit, essayant de fixer des prix raisonnables pour surmonter les difficultés. Il s’agit alors d’une chaîne complète.

En plus des observations, les prix à Dakar augmenteront chaque veille de vacances.

« La marchandise coûte cher et les clients n’ont pas assez d’argent. Nous sommes également conscients de la situation que traverse le pays, surtout depuis l’avènement de la pandémie de Coronavirus, mais nous n’avons pas le choix.

Comme vous pouvez le constater, nous sommes souvent obligés de vendre certains de nos légumes au détail, par tas de 300 à 500 FCFA. Mais, beaucoup pensent qu’il est plus économique d’acheter à la pesée », a déclaré Mamadou Bâ, un jeune homme d’affaires guinéen.

A une vingtaine de mètres, au milieu du marché Castor, deux camions pleins de poivrons verts. C’est le plat du roi le soir du nouvel an cette année.

Actuellement, les poivrons verts coûtent 1 200 FCFA le kilogramme, tandis que les poivrons jaunes et rouges utilisés comme garniture de repas se vendent 1 500 FCFA le kilogramme.

Selon la qualité, le prix des tomates fraîches se situe entre 700 et 1 000 FCFA. Les carottes coûtent 600 FCFA le kilogramme, tout comme les pommes de terre.

Les deux salades se vendent 500 FCFA. Cependant, le bidon de 5 litres d’huile, aussi important pour la cuisson de la viande, de la pomme de terre ou encore aloko, est cédé entre 7 000 à 8 000 FCFA.

Le prix n’est pas adapté à la population à la veille des vacances.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire