Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
La digitalisation peut favoriser une sortie de crise « par le haut » en Afrique
22/09/2020 à 19h55 par La redaction

Franck Kié, consultant en cyber-sécurité, Président de l’association CIBerOBS et membre du club Afrique de l'Ecole de Guerre Economique (EGE). (Crédits : DR)

Alors que l’Afrique a franchi la barre des 100 000 cas de coronavirus officiellement recensés, certains analystes imaginent une sortie de crise « par le haut ». Cependant, pour qu’un tel scénario puisse se concrétiser, il apparaît nécessaire que le continent capitalise sur cette période historique pour accélérer sa transformation numérique.

« À moyen terme, affirme l'économiste et ancien ministre Kako Nubukpo dans les pages du journal Le Monde, se posera la question des transformations structurelles à mettre en œuvre au sein de l'espace économique africain afin d'augmenter la résilience économique et sociale des populations ». Or, s'il est une transformation sur laquelle chacun s'accorde à dire qu'elle est cruciale pour la résilience économique et sociale actuelle, c'est celle qui relève du numérique.

Les leçons du confinement et du déconfinement

Alors les mesures de confinement, souvent partiel, ont imposées des limites aux déplacements, le déconfinement progressif dans un contexte de propagation du coronavirus installe un « new normal » social qui se résume aux gestes barrières dont la distanciation physique. Tout cela fait que les solutions technologiques sont plus que jamais plébiscitées. Outils de collaboration à distance, VPN, plateformes vidéo et éducatives... Ces solutions sont principalement utilisées pour permettre aux individus et entreprises de rester opérationnels à distance, sans perdre en efficacité ni en organisation. Leur utilisation massive conduit le trafic internet du continent vers de nouveaux records.

En Afrique du Sud par exemple, où l'état de catastrophe naturelle a été déclaré par le chef d'État Cyril Ramaphosa le 15 mars, l'un des principaux fournisseurs de point d'Internet, NAPAfrica, a vu une augmentation substantielle du trafic internet de 1 à 1,1 peu après l'annonce présidentielle. De même, la société Seacom, qui exploite plusieurs des principaux câbles à fibres sous-marins du continent a déclaré avoir constaté une forte augmentation du trafic Internet sur son réseau sur l'ensemble de ses marchés africains.

Cependant l'appréhension limitée de ces outils et la fragilité des réseaux internet de certains États soulignent aussi la « fracture numérique » continentale. Avec un taux de pénétration estimé à 39,3% sur le premier trimestre 2020 par l'organisation Internet World Stats, l'Afrique est encore contrastée dans son adoption de l'Internet et des outils numériques. Ce qui se traduit par l'exclusion d'une partie de la population qui, en l'absence d'un point d'accès à domicile et en incapacité de se déplacer, se trouve fort réduite dans ses possibles, avec les frustrations et difficultés qu'une telle situation implique. Comment éduquer les jeunes populations rurales en limitant les attroupements sans accès à un matériel connecté à Internet ? Comment permettre aux entreprises de demeurer compétitives et rentables si les solutions technologiques mises à leur disposition ne sont pas viables compte tenu de la vétusté du réseau ? Des questions qui se posent désormais et auxquelles il faudra être en mesure de répondre au plus tôt si nous voulons tirer quelque chose de cette crise.

À ce titre, de nombreux secteurs Tech pourraient se voir renforcer. Le cas du secteur des FinTech est assez intéressant. Au Kenya par exemple, le Président Uhuru Kenyatta a annoncé vouloir favoriser le déploiement du mobile payment pour éviter que les échanges physiques d'argent ne contribuent à la propagation du Covid-19. Dès lors, l'opérateur kényan leader Safaricom a mis en place la gratuité des frais de transactions en dessous de 1 000 shillings kényans (près de 9 euros) en plus de doubler la limite quotidienne de transactions autorisées via son service (de 70'000 à 150 000 shillings - Soit de 610 à 1 310 euros environ). Même scénario dans l'ensemble de la zone UEMOA où les transferts d'argent sont devenus gratuits à partir du 3 avril, pour une durée renouvelable de 30 jours, selon des questions bien spécifiques. À long terme, ces actions devraient nourrir l'adoption du mobile payment et contribuer à renforcer cette « industrie » encore en structuration.

La crise sanitaire actuelle doit nourrir une évolution profonde et réfléchie

Autant d'initiatives qui rendent compte des opportunités générées par ces temps d'une complexité inédite. L'essor de la Health Tech - sur le continent comme à l'international - illustre parfaitement cette situation. Au Nigéria, la start-up LifeBank (qui, à l'origine, facilite l'acheminement de produits médicaux comme le sang ou l'oxygène vers les hôpitaux grâce à sa plateforme) a par exemple lancé une plateforme en ligne permettant aux établissements de santé de dresser l'inventaire des appareils respiratoires, ventilateurs médicaux et lits de soins intensifs qu'ils possèdent dans le but de cartographier les ressources disponibles et d'avoir une visibilité claire de la situation. D'après les premiers résultats, 900 hôpitaux comptabilisés à travers le pays disposent de 109 appareils respiratoires et de 139 lits de soins intensifs. Une application qui pourra servir même après la crise.

L'élan d'innovation conjoncturelle auquel nous pousse - de manière contrainte - la crise sanitaire actuelle doit nourrir une évolution profonde et réfléchie du continent africain sur le plan technologique et numérique par le biais de ses différents acteurs politiques et économiques. Ces nombreux cas d'usages développés sous la nécessité peuvent être mis à profit d'une transformation numérique permettant « d'augmenter la résilience [mais aussi le développement et l'épanouissement] économique et sociale des populations ». C'est ainsi que nous parviendrons à sortir de cette crise « par le haut ».

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous. Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.
Sur Togopapel Publiez des annonces au gré de vos besoins et touchez le plus de monde possible. Et qui dit plus de monde dit plus de chance d'avoir une réponse rapide qui conviendra à vos attentes.
Tout acheter, Tout Vendre, Tout simplementRead more: https://togopapel.com#ixzz6Ynp18rqX 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 543 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Alpha Condé : « si la victoire me revient, je reste ouvert au dialogue »

22/10/2020

Alpha Condé :...

Dans le cadre du processus électoral en...
Mali : l'ex-président IBK et son épouse sont de retour

22/10/2020

Mali :...

  Renversé du pouvoir, l'ancien président malien...
Guinée : des observateurs de la CEDEAO surpris avec d'importantes sommes d'argent

22/10/2020

Guinée :...

Cette nouvelle pourrait envenimer la situation post-électorale...
Trump aurait un bureau et un compte bancaire en Chine

22/10/2020

Trump aurait...

  Le président américain, Donald Trump dispose...
Côte d'Ivoire : la Sotra enregistre une perte de deux milliards de FCFA

22/10/2020

Côte d’Ivoire...

  La désobéissance civile lancée par l'opposition...
Côte d'Ivoire/ CEI : le gouvernement réserve une place pour le PDCI

22/10/2020

Côte d’Ivoire/...

  Le gouvernement ivoirien a décidé d’examiner...
Mali : l’ex-président Keïta de retour à Bamako deux mois après avoir été renversé

22/10/2020

Mali :...

L’ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta (« IBK »),...
Opération Barkhane : 500 Chasseurs en route pour le Mali

22/10/2020

Opération Barkhane...

Le Premier régiment de chasseurs de Thierville...
$ 1,7 milliard d'aide pour le Burkina, le Mali et le Niger

22/10/2020

$ 1,7...

Encore une information sur l'aide, direz-vous ?...
Un nouveau coronavirus du porc susceptible d’infecter les humains

22/10/2020

Un nouveau...

Il se nomme SADS-CoV, le nouveau coronavirus...
Tensions préélectorales en Côte d’Ivoire, manifestations au Nigeria : la chanteuse Rocky Gold choquée, exprime son indignation

22/10/2020

Tensions préélectorales...

Les nouvelles ne sont pas bonnes dans...
Côte d’Ivoire / Revendications de la FESCI : Kandia Camara répond à la première organisation estudiantine et scolaire

22/10/2020

Côte d’Ivoire...

Suite au mot d’ordre de grève de...
Présidentielle / La Guinée bascule dans l’horreur…Alpha Condé livre un message

22/10/2020

Présidentielle /...

C’est un éternel recommencement en Guinée. Chaque...
Adama Bictogo, à propos de Simone Gbagbo, Affi, Mabri et Amon Tanoh: ” Ce sont des tonneaux vides…”

22/10/2020

Adama Bictogo,...

Le Directeur Exécutif du RHDP, parti présidentiel...
Nigeria : les manifestations contre les brutalités policières ont déjà coûté à l’économie 1,8 milliard de dollars

22/10/2020

Nigeria :...

Les manifestations au Nigeria contre les brutalités...
En Côte d’Ivoire, des violences ethniques à Bongouanou, à quinze jours de la présidentielle

21/10/2020

En Côte...

A deux semaines de l’élection suprême, des...
Présidentielle en Côte d’Ivoire : un nouveau mort lors de manifestations

21/10/2020

Présidentielle en...

La tension monte dans le pays à...
Côte d’Ivoire : à dix jours de l’élection, Abidjan retient son souffle

21/10/2020

Côte d’Ivoire...

Les violences ressurgissent un peu partout dans...
Violences policières au Nigeria : à Lagos, les manifestants dispersés par des tirs

21/10/2020

Violences policières...

La situation restait très tendue dans la...
Nigeria: après un «mardi sanglant», les violences se poursuivent à Lagos

21/10/2020

Nigeria: après...

Le Nigeria se réveille sous le choc,...

Franck Kié, consultant en cyber-sécurité, Président de l’association CIBerOBS et membre du club Afrique de l'Ecole de Guerre Economique (EGE). (Crédits : DR)

Alors que l’Afrique a franchi la barre des 100 000 cas de coronavirus officiellement recensés, certains analystes imaginent une sortie de crise « par le haut ». Cependant, pour qu’un tel scénario puisse se concrétiser, il apparaît nécessaire que le continent capitalise sur cette période historique pour accélérer sa transformation numérique.

« À moyen terme, affirme l'économiste et ancien ministre Kako Nubukpo dans les pages du journal Le Monde, se posera la question des transformations structurelles à mettre en œuvre au sein de l'espace économique africain afin d'augmenter la résilience économique et sociale des populations ». Or, s'il est une transformation sur laquelle chacun s'accorde à dire qu'elle est cruciale pour la résilience économique et sociale actuelle, c'est celle qui relève du numérique.

Les leçons du confinement et du déconfinement

Alors les mesures de confinement, souvent partiel, ont imposées des limites aux déplacements, le déconfinement progressif dans un contexte de propagation du coronavirus installe un « new normal » social qui se résume aux gestes barrières dont la distanciation physique. Tout cela fait que les solutions technologiques sont plus que jamais plébiscitées. Outils de collaboration à distance, VPN, plateformes vidéo et éducatives... Ces solutions sont principalement utilisées pour permettre aux individus et entreprises de rester opérationnels à distance, sans perdre en efficacité ni en organisation. Leur utilisation massive conduit le trafic internet du continent vers de nouveaux records.

En Afrique du Sud par exemple, où l'état de catastrophe naturelle a été déclaré par le chef d'État Cyril Ramaphosa le 15 mars, l'un des principaux fournisseurs de point d'Internet, NAPAfrica, a vu une augmentation substantielle du trafic internet de 1 à 1,1 peu après l'annonce présidentielle. De même, la société Seacom, qui exploite plusieurs des principaux câbles à fibres sous-marins du continent a déclaré avoir constaté une forte augmentation du trafic Internet sur son réseau sur l'ensemble de ses marchés africains.

Cependant l'appréhension limitée de ces outils et la fragilité des réseaux internet de certains États soulignent aussi la « fracture numérique » continentale. Avec un taux de pénétration estimé à 39,3% sur le premier trimestre 2020 par l'organisation Internet World Stats, l'Afrique est encore contrastée dans son adoption de l'Internet et des outils numériques. Ce qui se traduit par l'exclusion d'une partie de la population qui, en l'absence d'un point d'accès à domicile et en incapacité de se déplacer, se trouve fort réduite dans ses possibles, avec les frustrations et difficultés qu'une telle situation implique. Comment éduquer les jeunes populations rurales en limitant les attroupements sans accès à un matériel connecté à Internet ? Comment permettre aux entreprises de demeurer compétitives et rentables si les solutions technologiques mises à leur disposition ne sont pas viables compte tenu de la vétusté du réseau ? Des questions qui se posent désormais et auxquelles il faudra être en mesure de répondre au plus tôt si nous voulons tirer quelque chose de cette crise.

À ce titre, de nombreux secteurs Tech pourraient se voir renforcer. Le cas du secteur des FinTech est assez intéressant. Au Kenya par exemple, le Président Uhuru Kenyatta a annoncé vouloir favoriser le déploiement du mobile payment pour éviter que les échanges physiques d'argent ne contribuent à la propagation du Covid-19. Dès lors, l'opérateur kényan leader Safaricom a mis en place la gratuité des frais de transactions en dessous de 1 000 shillings kényans (près de 9 euros) en plus de doubler la limite quotidienne de transactions autorisées via son service (de 70'000 à 150 000 shillings - Soit de 610 à 1 310 euros environ). Même scénario dans l'ensemble de la zone UEMOA où les transferts d'argent sont devenus gratuits à partir du 3 avril, pour une durée renouvelable de 30 jours, selon des questions bien spécifiques. À long terme, ces actions devraient nourrir l'adoption du mobile payment et contribuer à renforcer cette « industrie » encore en structuration.

La crise sanitaire actuelle doit nourrir une évolution profonde et réfléchie

Autant d'initiatives qui rendent compte des opportunités générées par ces temps d'une complexité inédite. L'essor de la Health Tech - sur le continent comme à l'international - illustre parfaitement cette situation. Au Nigéria, la start-up LifeBank (qui, à l'origine, facilite l'acheminement de produits médicaux comme le sang ou l'oxygène vers les hôpitaux grâce à sa plateforme) a par exemple lancé une plateforme en ligne permettant aux établissements de santé de dresser l'inventaire des appareils respiratoires, ventilateurs médicaux et lits de soins intensifs qu'ils possèdent dans le but de cartographier les ressources disponibles et d'avoir une visibilité claire de la situation. D'après les premiers résultats, 900 hôpitaux comptabilisés à travers le pays disposent de 109 appareils respiratoires et de 139 lits de soins intensifs. Une application qui pourra servir même après la crise.

L'élan d'innovation conjoncturelle auquel nous pousse - de manière contrainte - la crise sanitaire actuelle doit nourrir une évolution profonde et réfléchie du continent africain sur le plan technologique et numérique par le biais de ses différents acteurs politiques et économiques. Ces nombreux cas d'usages développés sous la nécessité peuvent être mis à profit d'une transformation numérique permettant « d'augmenter la résilience [mais aussi le développement et l'épanouissement] économique et sociale des populations ». C'est ainsi que nous parviendrons à sortir de cette crise « par le haut ».

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous. Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.
Sur Togopapel Publiez des annonces au gré de vos besoins et touchez le plus de monde possible. Et qui dit plus de monde dit plus de chance d'avoir une réponse rapide qui conviendra à vos attentes.
Tout acheter, Tout Vendre, Tout simplementRead more: https://togopapel.com#ixzz6Ynp18rqX 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 543 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire