Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
La corruption et l’évasion fiscale coûtent à l’Afrique 89 milliards de dollars par an
30/09/2020 à 08h48 par La redaction

D’énormes sommes d’argent quittant l’Afrique par des pratiques de corruption et des moyens illégaux coûtent au continent des milliards de dollars et entravent les efforts visant à atteindre les objectifs de développement durable, selon un nouveau rapport des Nations unies.

Le rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) estime à 89 milliards de dollars par an les flux financiers illégaux qui sortent d’Afrique. Ces sorties correspondent presque au total des entrées annuelles de liquidités reçues au titre de l’aide au développement et des investissements étrangers directs.

Ce rapport de 248 pages est le plus complet à ce jour pour l’Afrique, montrant que près de la moitié de ces 89 milliards de dollars est due à l’exportation de produits de base tels que l’or, les diamants et le platine. Selon le rapport, l’or représentait 77 % du total des exportations sous-facturées, d’une valeur de 40 milliards de dollars en 2015.

Selon le rapport, les flux financiers illicites proviennent de l’évasion fiscale, de la corruption et des comptes offshore, ainsi que des flux illicites d’autres activités criminelles telles que le trafic de drogues, d’armes, d’êtres humains, d’organes humains et de biens culturels, la contrefaçon, le commerce illégal d’espèces sauvages, le commerce de la pêche, l’exploitation forestière et minière et le vol de pétrole brut.

L’ampleur de la fuite des capitaux, qui serait d’environ 3,7 % du produit intérieur brut (PIB), et l’effet économique de COVID-19 menacent d’affecter les gains réalisés par les pays africains dans les domaines de l’éducation, de la santé et autres, selon le rapport.

Mukhisa Kituyi, le secrétaire général de la CNUCED, a déclaré dans un communiqué que les flux financiers illicites constituent une fuite de capitaux et de revenus des États africains qui pourrait faire dérailler le développement sur le continent. Il a ajouté que l’Afrique aura besoin de 200 milliards de dollars pour réaliser les SDG, mais que seule la moitié de cet argent est disponible.

« Les flux financiers illicites privent l’Afrique et ses populations de leurs perspectives, sapant la transparence et la responsabilité et érodant la confiance dans les institutions africaines », a déclaré M. Kituyi.

« Les pays où les flux financiers illicites sont élevés investissent environ 25 % de moins dans la santé, 58 % de moins dans l’éducation que les pays comparables du continent », a déclaré M. Kituyi. « Et, la moitié des pays d’Afrique subsaharienne n’ont pas de règles et de réglementations nationales suffisamment développées en matière de prix de transfert dans leur jurisprudence. »

Dans une allocution vidéo, le vice-président du Nigeria, Oluyemi Osinbajo, a averti que les flux financiers illicites alimentent les conflits sur le continent, sapent la démocratie et incitent les terroristes.

« L’énormité des efforts nécessaires pour lutter contre les flux financiers illicites est mise en évidence par les nombreuses dimensions que présente ce fléau », a déclaré M. Osinbajo. « Il se manifeste par des politiques et des pratiques fiscales dommageables, des prix de transfert abusifs, des erreurs de prix et de facturation, l’exploitation légale des ressources naturelles, ainsi que la corruption officielle et le crime organisé. »

La CNUCED a déclaré que la lutte contre les flux financiers illicites et la fuite des capitaux permettraient de libérer un espace fiscal pour les investissements dans les infrastructures, l’éducation, la santé et les capacités de production. En outre, la lutte pourrait générer des capitaux importants d’ici 2030 pour financer près de la moitié des 2 400 milliards de dollars dont les pays d’Afrique subsaharienne ont besoin pour s’adapter au changement climatique

Crédit photo : facetofaceafrica

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 542 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

D’énormes sommes d’argent quittant l’Afrique par des pratiques de corruption et des moyens illégaux coûtent au continent des milliards de dollars et entravent les efforts visant à atteindre les objectifs de développement durable, selon un nouveau rapport des Nations unies.

Le rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) estime à 89 milliards de dollars par an les flux financiers illégaux qui sortent d’Afrique. Ces sorties correspondent presque au total des entrées annuelles de liquidités reçues au titre de l’aide au développement et des investissements étrangers directs.

Ce rapport de 248 pages est le plus complet à ce jour pour l’Afrique, montrant que près de la moitié de ces 89 milliards de dollars est due à l’exportation de produits de base tels que l’or, les diamants et le platine. Selon le rapport, l’or représentait 77 % du total des exportations sous-facturées, d’une valeur de 40 milliards de dollars en 2015.

Selon le rapport, les flux financiers illicites proviennent de l’évasion fiscale, de la corruption et des comptes offshore, ainsi que des flux illicites d’autres activités criminelles telles que le trafic de drogues, d’armes, d’êtres humains, d’organes humains et de biens culturels, la contrefaçon, le commerce illégal d’espèces sauvages, le commerce de la pêche, l’exploitation forestière et minière et le vol de pétrole brut.

L’ampleur de la fuite des capitaux, qui serait d’environ 3,7 % du produit intérieur brut (PIB), et l’effet économique de COVID-19 menacent d’affecter les gains réalisés par les pays africains dans les domaines de l’éducation, de la santé et autres, selon le rapport.

Mukhisa Kituyi, le secrétaire général de la CNUCED, a déclaré dans un communiqué que les flux financiers illicites constituent une fuite de capitaux et de revenus des États africains qui pourrait faire dérailler le développement sur le continent. Il a ajouté que l’Afrique aura besoin de 200 milliards de dollars pour réaliser les SDG, mais que seule la moitié de cet argent est disponible.

« Les flux financiers illicites privent l’Afrique et ses populations de leurs perspectives, sapant la transparence et la responsabilité et érodant la confiance dans les institutions africaines », a déclaré M. Kituyi.

« Les pays où les flux financiers illicites sont élevés investissent environ 25 % de moins dans la santé, 58 % de moins dans l’éducation que les pays comparables du continent », a déclaré M. Kituyi. « Et, la moitié des pays d’Afrique subsaharienne n’ont pas de règles et de réglementations nationales suffisamment développées en matière de prix de transfert dans leur jurisprudence. »

Dans une allocution vidéo, le vice-président du Nigeria, Oluyemi Osinbajo, a averti que les flux financiers illicites alimentent les conflits sur le continent, sapent la démocratie et incitent les terroristes.

« L’énormité des efforts nécessaires pour lutter contre les flux financiers illicites est mise en évidence par les nombreuses dimensions que présente ce fléau », a déclaré M. Osinbajo. « Il se manifeste par des politiques et des pratiques fiscales dommageables, des prix de transfert abusifs, des erreurs de prix et de facturation, l’exploitation légale des ressources naturelles, ainsi que la corruption officielle et le crime organisé. »

La CNUCED a déclaré que la lutte contre les flux financiers illicites et la fuite des capitaux permettraient de libérer un espace fiscal pour les investissements dans les infrastructures, l’éducation, la santé et les capacités de production. En outre, la lutte pourrait générer des capitaux importants d’ici 2030 pour financer près de la moitié des 2 400 milliards de dollars dont les pays d’Afrique subsaharienne ont besoin pour s’adapter au changement climatique

Crédit photo : facetofaceafrica

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 542 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire