Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
«J’ai eu envie de me suicider» : Nafissatou Diallo brise le silence à propos de l’affaire DSK
10/09/2020 à 09h35 par La redaction

Neuf ans après, Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel de New York qui avait accusé Dominique Strauss-Kahn d’agression sexuelle a livré ses premiers mots sur l’affaire.

« J’ai dit la vérité. J’ai été piégée et trahie », a-t-elle déclaré chez nos confrères de Paris Match.

 

« Je ne me remettrai jamais de la façon dont les procureurs de New York m’ont traité. A cause de ce qu’ils m’ont fait subir, j’ai eu envie de me suicider. J’ai été traitée de prostituée », dénonce celle qui a passé un accord financier avec DSK en 2012 pour mettre un terme à la procédure qu’elle avait intentée et empêchant par cette occasion que la réalité des faits soit connue.

« J’ai été privée de justice », estime-t-elle. Et à la question, si elle a quelque chose à dire à Dominique Strauss-Kahn, elle répond : «Rien. Je n’ai pas envie de savoir ce qui lui arrive, je ne veux plus penser à lui ».

Avec la somme reçue de cet accord (le montant d’1,5 million de dollars, dont un tiers allant à ses avocats, avait été avancé sans jamais être confirmée), Nafissatou Diallo avait ouvert un restaurant dans le Bronx, à New York. Malheureusement, le restaurant avait brûlé l’année d’après, et l’ex-femme de chambre n’a finalement plus pensé à sa réouverture.

Aux dernières nouvelles, elle a expliqué vouloir créer une fondation pour aider les femmes qui « comme moi, sont arrivées en Amérique sans éducation, sans même parler la langue, et qui ont vécu des situations horribles ».

Crédit photo: Ebene Magazine

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 501 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Neuf ans après, Nafissatou Diallo, la femme de chambre du Sofitel de New York qui avait accusé Dominique Strauss-Kahn d’agression sexuelle a livré ses premiers mots sur l’affaire.

« J’ai dit la vérité. J’ai été piégée et trahie », a-t-elle déclaré chez nos confrères de Paris Match.

 

« Je ne me remettrai jamais de la façon dont les procureurs de New York m’ont traité. A cause de ce qu’ils m’ont fait subir, j’ai eu envie de me suicider. J’ai été traitée de prostituée », dénonce celle qui a passé un accord financier avec DSK en 2012 pour mettre un terme à la procédure qu’elle avait intentée et empêchant par cette occasion que la réalité des faits soit connue.

« J’ai été privée de justice », estime-t-elle. Et à la question, si elle a quelque chose à dire à Dominique Strauss-Kahn, elle répond : «Rien. Je n’ai pas envie de savoir ce qui lui arrive, je ne veux plus penser à lui ».

Avec la somme reçue de cet accord (le montant d’1,5 million de dollars, dont un tiers allant à ses avocats, avait été avancé sans jamais être confirmée), Nafissatou Diallo avait ouvert un restaurant dans le Bronx, à New York. Malheureusement, le restaurant avait brûlé l’année d’après, et l’ex-femme de chambre n’a finalement plus pensé à sa réouverture.

Aux dernières nouvelles, elle a expliqué vouloir créer une fondation pour aider les femmes qui « comme moi, sont arrivées en Amérique sans éducation, sans même parler la langue, et qui ont vécu des situations horribles ».

Crédit photo: Ebene Magazine

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 501 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire