Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Iran: «Les gens sont pauvres, ils ne peuvent plus faire face à la situation»
26/11/2019 à 18h55 par La redaction

Les moyens de communication sont progressivement rétablis après la coupure presque totale observée la semaine dernière, au moment où des manifestations avaient lieu pour protester contre la hausse du prix des carburants. L’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International estime que ces heurts ont fait « au moins 143 morts », Téhéran ne reconnaît que cinq victimes. RFI a pu recueillir le témoignage d’une habitante de la capitale iranienne.

« Dans le centre et dans le nord de Téhéran, les rues étaient inhabituellement vides, rien à voir avec le trafic habituel. En fait, beaucoup de gens avaient peur de sortir de chez eux, peur de se retrouver coincés dans une manifestation », raconte cette habitante de Téhéran à propos des journées qui ont suivi le 15 novembre, date du début des troubles en Iran.

Cette Iranienne souhaite rester anonyme, elle n’a pas participé aux manifestations et peut désormais témoigner car les réseaux internet et de téléphones portables recommencent à fonctionner, en tout cas dans la capitale. « Ma tante qui vit dans l’ouest de la ville m’a dit que chez elle il y avait tellement de gaz lacrymogène qu’ils n’arrivaient pas à respirer normalement dans l’appartement », dit-elle en évoquant aussi les vidéos de manifestations et d’incendies que lui ont montrées ses collègues.

« Tout le monde ressent un mélange de colère, de peine et de déception. Et pourtant, nous devons continuer à vivre », poursuit cette Iranienne pour qui « les gens sont particulièrement en colère d’avoir été privés d’un droit élémentaire, en étant ainsi coupés du monde extérieur. En colère aussi face à la propagande de la télévision publique et de tous les médias qui ont été catégoriques dans leur refus d’admettre la réalité. À savoir que les gens sont pauvres, ils sont démolis et ils ne peuvent plus faire face à la situation. »

Ce lundi 25 novembre, une grande contre-manifestation a été organisée à Téhéran en soutien aux dirigeants iraniens et pour dénoncer ce que le pouvoir qualifie « d’émeutes ». L’habitante de Téhéran jointe par RFI raconte avoir reçu un message non signé l’appelant à participer à ce rassemblement.

Tués, blessés et prisonniers

Les autorités iraniennes n’ont reconnu que cinq morts dans les troubles de ce mois de novembre. L’organisation de défense de droits de l’homme parle d’« au moins 143  » lors « d’une attaque épouvantable contre la vie humaine », redoutant un bilan « bien plus lourd ». L’organisation dit poursuivre son travail d’enquête. « Nous avons vérifié de nombreuses vidéos où l'on voit des membres des forces de sécurité tirer délibérément sur des manifestants qui eux n'étaient pas armés. Dans certains cas même, alors que les personnes étaient en train de fuir les forces de l'ordre », précise Mansoureh Mills, d'Amnesty International, jointe par RFI.

Iranien exilé en France depuis de longues années, l’écrivain Javad Djavahery dialogue de nouveau avec ses proches et ses contacts en Iran, même s’il trouve que les connexions sont encore très limitées et instables. « Les images et les messages commencent à arriver, on commence à mesurer l’ampleur de la répression que les Iraniens ont subie », dit-il en relayant les interrogations de ses sources sur « un nombre impressionnant d’arrestations. On s’inquiète du sort réservé à ces personnes. Compte tenu des antécédents du pouvoir, on peut craindre le pire ». Dans ses communications progressivement rétablies avec l’Iran, Javad Djavahery note « une certaine prudence que je ne sentais pas avant. Je trouve mes contacts apeurés et méfiants sur la confidentialité de leurs échanges ».

« Ingérence »

Les dirigeants iraniens considèrent que les manifestations de ces derniers jours ont été voulues et encouragées par les États-Unis. « Nous considérons cela comme une ingérence dans les affaires intérieures de l’Iran. Les dirigeants américains poursuivent leur politique hostile de pression maximale », a déclaré lundi 25 novembre le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, en invitant les pays étrangers à observer les contre-manifestations favorables au pouvoir. « Cette guerre est finie. Le coup de grâce a été porté » a lancé le commandant en chef des Gardiens de la révolution, le général Salami, aux nombreux manifestants pro-gouvernement rassemblés ce lundi à Téhéran.

 

Aux États-Unis, Donald Trump a accusé Téhéran d'avoir coupé internet pour que le peuple « ne puisse pas parler de l'énorme violence qui se passe dans le pays ». Les États-Unis ont annoncé il y a quelques jours des sanctions contre le ministre iranien des Télécommunications Mohammad Javad Azari Jahromi, pour « son rôle dans la vaste censure d'internet » en Iran.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 583 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Alassane Ouattara à propos de Gbagbo : ” Je ne compte pas l’amnistier… “

24/10/2020

Alassane Ouattara...

Le Chef de l’État ivoirien n’entend pas...
Alassane Ouattara à propos de Soro: ” Il mérite la prison à perpétuité… “

24/10/2020

Alassane Ouattara...

Soro Guillaume est prévenu. Si Ouattara se...
Alassane Ouattara : “A mon âge, je peux faire deux mandats sans souci… “

24/10/2020

Alassane Ouattara...

La nouvelle génération voulue par Alassane Ouattara...
Côte d’Ivoire / Election présidentielle : depuis Bayota, Abel Djohoré allume Bédié, Soro et Affi

24/10/2020

Côte d’Ivoire...

Lors d’un meeting animé à Bayota jeudi,...
Côte d’Ivoire / Affaire Alassane Ouattara souhaite la prison à Soro : la journaliste, Patricia Balme répond au Chef de l’Etat

24/10/2020

Côte d’Ivoire...

Visiblement la guéguerre Alassane Ouattara et Guillaume...
Nigeria/#EndSARS : la mère de Beyoncé défend sa fille

24/10/2020

Nigeria/#EndSARS :...

Tina knowles Tina Knowles, la mère de...
Togo: les travaux sur la route Lomé-Kpalimé sont suspendus

24/10/2020

Togo: les...

  Dans un communiqué, l’entreprise BTP, EBOMAF...
CIV: Mamadou Koulibaly dévoile la personne qui veut le tuer

24/10/2020

CIV: Mamadou...

Menacé de mort sur le réseau social...
Donald Trump "Joe Biden est un politicien corrompu"

24/10/2020

Donald Trump...

Le président américain Donald Trump ne fait...
Emmanuella Keïta demande à Alassane Ouattara de dégager

24/10/2020

Emmanuella Keïta...

L'actrice et femme d'affaires ivoirienne Emmanuella Keïta...
Alassane Ouattara : ” si Bédié revenait, ce pays serait détruit “

24/10/2020

Alassane Ouattara...

Dans une interview parue le samedi 24...
Mabri à propos de Bictogo: ” C’est une honte pour notre pays qu’un tel personnage rafle tous les marchés publics”.

24/10/2020

Mabri à...

L’ex-ministre de l’Enseignement supérieur de Côte d’Ivoire,...
Top 10 des célébrités féminines les plus influentes de la Côte d’Ivoire !

24/10/2020

Top 10...

Le milieu du showbiz, entrepreneuriat et business...
Côte d’Ivoire : Top 10 des célébrités qui sont contre le troisième mandat !

24/10/2020

Côte d’Ivoire...

Le troisième mandat du président de la République Alassane Ouattara crée...
Bénin : un homme survit malgré les 19 balles reçues en pleine poitrine pendant un braquage

24/10/2020

Bénin :...

L’une des scènes les plus surprenantes que...
Couverture de la période électorale / Les journalistes appelés “à rester strictement professionnels”

24/10/2020

Couverture de...

Les Organisations Professionnelles des Médias ont d’un...
Brutalités policières au Nigeria : Au moins 69 personnes tuées lors des manifestations

24/10/2020

Brutalités policières...

La présidence nigériane a déclaré qu’au moins...
Mali : Sidiki Diabaté gravement malade en prison?

24/10/2020

Mali :...

En prison depuis bientôt un mois suite...
Côte d’Ivoire / Adama Bictogo s’attaque à Simone Gbagbo : voici qu’il dit de l’ancienne première dame

24/10/2020

Côte d’Ivoire...

Dans une vidéo circulant sur les réseaux...
Brutalités policières au Nigeria : Au moins 69 personnes tuées lors des manifestations

24/10/2020

Brutalités policières...

La présidence nigériane a déclaré qu’au moins...

Les moyens de communication sont progressivement rétablis après la coupure presque totale observée la semaine dernière, au moment où des manifestations avaient lieu pour protester contre la hausse du prix des carburants. L’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International estime que ces heurts ont fait « au moins 143 morts », Téhéran ne reconnaît que cinq victimes. RFI a pu recueillir le témoignage d’une habitante de la capitale iranienne.

« Dans le centre et dans le nord de Téhéran, les rues étaient inhabituellement vides, rien à voir avec le trafic habituel. En fait, beaucoup de gens avaient peur de sortir de chez eux, peur de se retrouver coincés dans une manifestation », raconte cette habitante de Téhéran à propos des journées qui ont suivi le 15 novembre, date du début des troubles en Iran.

Cette Iranienne souhaite rester anonyme, elle n’a pas participé aux manifestations et peut désormais témoigner car les réseaux internet et de téléphones portables recommencent à fonctionner, en tout cas dans la capitale. « Ma tante qui vit dans l’ouest de la ville m’a dit que chez elle il y avait tellement de gaz lacrymogène qu’ils n’arrivaient pas à respirer normalement dans l’appartement », dit-elle en évoquant aussi les vidéos de manifestations et d’incendies que lui ont montrées ses collègues.

« Tout le monde ressent un mélange de colère, de peine et de déception. Et pourtant, nous devons continuer à vivre », poursuit cette Iranienne pour qui « les gens sont particulièrement en colère d’avoir été privés d’un droit élémentaire, en étant ainsi coupés du monde extérieur. En colère aussi face à la propagande de la télévision publique et de tous les médias qui ont été catégoriques dans leur refus d’admettre la réalité. À savoir que les gens sont pauvres, ils sont démolis et ils ne peuvent plus faire face à la situation. »

Ce lundi 25 novembre, une grande contre-manifestation a été organisée à Téhéran en soutien aux dirigeants iraniens et pour dénoncer ce que le pouvoir qualifie « d’émeutes ». L’habitante de Téhéran jointe par RFI raconte avoir reçu un message non signé l’appelant à participer à ce rassemblement.

Tués, blessés et prisonniers

Les autorités iraniennes n’ont reconnu que cinq morts dans les troubles de ce mois de novembre. L’organisation de défense de droits de l’homme parle d’« au moins 143  » lors « d’une attaque épouvantable contre la vie humaine », redoutant un bilan « bien plus lourd ». L’organisation dit poursuivre son travail d’enquête. « Nous avons vérifié de nombreuses vidéos où l'on voit des membres des forces de sécurité tirer délibérément sur des manifestants qui eux n'étaient pas armés. Dans certains cas même, alors que les personnes étaient en train de fuir les forces de l'ordre », précise Mansoureh Mills, d'Amnesty International, jointe par RFI.

Iranien exilé en France depuis de longues années, l’écrivain Javad Djavahery dialogue de nouveau avec ses proches et ses contacts en Iran, même s’il trouve que les connexions sont encore très limitées et instables. « Les images et les messages commencent à arriver, on commence à mesurer l’ampleur de la répression que les Iraniens ont subie », dit-il en relayant les interrogations de ses sources sur « un nombre impressionnant d’arrestations. On s’inquiète du sort réservé à ces personnes. Compte tenu des antécédents du pouvoir, on peut craindre le pire ». Dans ses communications progressivement rétablies avec l’Iran, Javad Djavahery note « une certaine prudence que je ne sentais pas avant. Je trouve mes contacts apeurés et méfiants sur la confidentialité de leurs échanges ».

« Ingérence »

Les dirigeants iraniens considèrent que les manifestations de ces derniers jours ont été voulues et encouragées par les États-Unis. « Nous considérons cela comme une ingérence dans les affaires intérieures de l’Iran. Les dirigeants américains poursuivent leur politique hostile de pression maximale », a déclaré lundi 25 novembre le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, en invitant les pays étrangers à observer les contre-manifestations favorables au pouvoir. « Cette guerre est finie. Le coup de grâce a été porté » a lancé le commandant en chef des Gardiens de la révolution, le général Salami, aux nombreux manifestants pro-gouvernement rassemblés ce lundi à Téhéran.

 

Aux États-Unis, Donald Trump a accusé Téhéran d'avoir coupé internet pour que le peuple « ne puisse pas parler de l'énorme violence qui se passe dans le pays ». Les États-Unis ont annoncé il y a quelques jours des sanctions contre le ministre iranien des Télécommunications Mohammad Javad Azari Jahromi, pour « son rôle dans la vaste censure d'internet » en Iran.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 583 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire