Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
« Il est impossible de revenir sur l’interdiction de circulation de motos » selon l’État de Lagos
07/02/2020 à 14h09 par Georges Traore

Le gouvernement de Lagos ne fléchit pas devant les cris des conducteurs de taxi motos. Ces derniers ont fait un certain nombre de manifestation depuis le début de ce mois mais n’ont toujours pas de gain de cause.

Le gouvernement de l'État de Lagos a réitéré sa position selon laquelle une interdiction récente qui a enlevé les motos commerciales (Okada) et les tricycles (Keke) des routes encombrées dans le centre-ville, ne sera pas annulée.

Même si ce moyen de déplacement permet de traverser le fameux embouteillage de la ville et à amener les navetteurs vers des destinations en un temps record.

Son interdiction - ou restriction, comme les représentants du gouvernement de l'État de Lagos préfèrent l'appeler - a déclenché de violentes manifestations, des duels d'armes à feu et des escarmouches dans différentes parties de la ville la plus peuplée du Nigéria depuis le 1er février. Au moins cinq personnes auraient été tuées depuis l'entrée en vigueur de l'interdiction.

Les autorités ont déjà une alternative. Elles veulent introduire des bus pour fluidifier le trafic. « Les zones de gouvernement local et les zones de développement des conseils touchées par l'interdiction se trouvent dans le district sénatorial central de Lagos, le continent de Lagos, Surulere, Apapa et Eti-Osa qui englobe VGC et toutes les autres zones de l'île. Ce sont des zones dites élitistes », explique Deji Balogun, directeur des médias sociaux au bureau du gouverneur de l'État.

« Aucun gouvernement responsable ne restera en retrait et ne permettra que l’insécurité et les accidents à grande échelle perpétrés par l’okada se poursuivent », estiment les représentants de l’Etat de Lagos.

 

 

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Le gouvernement de Lagos ne fléchit pas devant les cris des conducteurs de taxi motos. Ces derniers ont fait un certain nombre de manifestation depuis le début de ce mois mais n’ont toujours pas de gain de cause.

Le gouvernement de l'État de Lagos a réitéré sa position selon laquelle une interdiction récente qui a enlevé les motos commerciales (Okada) et les tricycles (Keke) des routes encombrées dans le centre-ville, ne sera pas annulée.

Même si ce moyen de déplacement permet de traverser le fameux embouteillage de la ville et à amener les navetteurs vers des destinations en un temps record.

Son interdiction - ou restriction, comme les représentants du gouvernement de l'État de Lagos préfèrent l'appeler - a déclenché de violentes manifestations, des duels d'armes à feu et des escarmouches dans différentes parties de la ville la plus peuplée du Nigéria depuis le 1er février. Au moins cinq personnes auraient été tuées depuis l'entrée en vigueur de l'interdiction.

Les autorités ont déjà une alternative. Elles veulent introduire des bus pour fluidifier le trafic. « Les zones de gouvernement local et les zones de développement des conseils touchées par l'interdiction se trouvent dans le district sénatorial central de Lagos, le continent de Lagos, Surulere, Apapa et Eti-Osa qui englobe VGC et toutes les autres zones de l'île. Ce sont des zones dites élitistes », explique Deji Balogun, directeur des médias sociaux au bureau du gouverneur de l'État.

« Aucun gouvernement responsable ne restera en retrait et ne permettra que l’insécurité et les accidents à grande échelle perpétrés par l’okada se poursuivent », estiment les représentants de l’Etat de Lagos.

 

 

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire