Haïti : le représentant américain démissionne pour protester contre des déportations de haïtiens

 

L’envoyé spécial de l’administration Biden en Haïti a démissionné ce jeudi 23 septembre pour protester contre les expulsions « inhumaines » à grande échelle de migrants haïtiens vers leur pays. Ces derniers sont en proie à des troubles civils et à des catastrophes naturelles.

Daniel Foote n’a été nommé au poste de représentant de l’administration de Joe Biden qu’en juillet, après l’assassinat du président d’Haïti Jovenel Moise. Il a écrit au secrétaire d’État Antony Blinken qu’il se retirait immédiatement « avec une profonde déception et des excuses à ceux qui souhaitent des changements cruciaux ».

« Je ne serai pas associé à la décision inhumaine et contre-productive des États-Unis d’expulser des milliers de réfugiés haïtiens et d’immigrants illégaux en Haïti, un pays où les fonctionnaires américains sont confinés dans des enceintes sécurisées en raison du danger que représentent les bandes armées pour la vie quotidienne », a-t-il écrit. Et de faire remarquer : « Notre approche politique d’Haïti reste profondément défectueuse, et mes recommandations politiques ont été ignorées et rejetées, quand elles n’ont pas été éditées pour projeter un récit différent du mien. »

À lire aussi :
Haïti : après le séisme, c’est la tempête

Même avant les expulsions de migrants à la frontière du Texas, le représentant des USA en Haïti était connu pour être profondément frustré par ce qu’il considérait comme un manque d’urgence à Washington et un rythme glacial dans les efforts pour améliorer les conditions en Haïti.

Daniel Foote, le représentant américain en Haïti, critiqué et adulé

Le département d’État a critiqué Foote pour avoir démissionné à un moment critique et a repoussé les suggestions selon lesquelles ses prescriptions politiques ont été négligées. « C’est un moment difficile qui nécessite un leadership », a déclaré le porte-parole Ned Price dans une déclaration écrite. « Il est regrettable qu’au lieu de participer à un processus politique axé sur les solutions, l’envoyé spécial Foote ait à la fois démissionné et mal interprété les circonstances de sa démission. »

À lire aussi :
Haïti : suspension à vie du chef du football, Yves Jean-Bart pour abus sexuels

Au moins un haut fonctionnaire en Haïti a applaudi la démission de Foote tout en accusant l’administration Biden de violer les droits des migrants haïtiens. « C’est la première fois que nous voyons un diplomate américain qui a décidé d’aller contre la volonté du gouvernement américain », a déclaré Mathias Pierre, ministre des élections d’Haïti, à l’Associated Press. « Nous saluons cela. »

À lire aussi :
Haïti : 2.189 morts, 332 disparus et plus de 12.000 blessés après le récent séisme

Pierre a également critiqué l’élite haïtienne, affirmant qu’elle a fermé les yeux parce que la migration alimente l’économie. Il a noté que 35% du produit intérieur brut d’Haïti est constitué de transferts de fonds, la diaspora, dont une grande partie se trouve aux États-Unis, envoyant environ 3,8 milliards de dollars par an.

Le Premier ministre haïtien Ariel Henry a à peine évoqué les expulsions en public, se contentant de dire que son gouvernement s’inquiète des conditions auxquelles les migrants sont confrontés à la frontière américaine et qu’il aidera ceux qui sont renvoyés en Haïti. Pierre a été beaucoup plus critique à l’égard des États-Unis.

Avec Wall Street Journal

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire