Coup d’état en Guinée : le mea-culpa des magistrats

De toutes les rencontres que Mamadi Doumbouya a eues, celle avec les hommes de droit était la plus attendue. La justice guinéenne est décriée par de nombreux citoyens. Les militaires ont échangé mardi avec les magistrats et ont promis d’assainir le secteur.

Devant le nouvel homme fort de la Guinée, des magistrats se sont succédé à la tribune pour dénoncer les insuffisances de l’appareil judiciaire et faire leur mea-culpa.

À lire aussi :
Guinée/Prochaines élections : La junte interdit à ses membres d'être candidats

Selon Mohamed Aly Thiam, président de l’association des magistrats de Guinée, l’indépendance de la justice est mise à mal par le comportement de certains de ses collègues mais aussi par l’ingérence de l’exécutif dans les affaires judiciaires. Il demande donc aux nouvelles autorités de mettre de l’ordre dans le secteur.

« Les reproches et les griefs contre les magistrats ne sont pas faux. Mais, ils sont amplifiés par une telle démesure que tout le tableau est sombre. Alors que les efforts pour améliorer son image sont presque vains. Le conseil supérieur de la magistrature ne dispose pas pour le moment, de moyen de lutte contre les ingérences et les pressions des autorités exécutives et politiques », explique Mohamed Aly Thiam.

À lire aussi :
Sidiki  Diabaté adresse un message de remerciement à Grand P

Le colonel Mamady Doumbouya a dans son discours, promis de mener des réformes profondes, en vue d’assainir le secteur judiciaire. Pour lui, la justice sera la boussole de sa gouvernance.

« La justice guinéenne plusieurs fois décriée, doit dorénavant s’impliquer activement dans la consolidation de l’état de droit, la bonne gouvernance, la promotion des principes démocratiques. Elle doit s’impliquer dans le respect des droit humains et la lutte contre l’impunité », dit Mamady Doumbouya.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire