Guillaume Soro insiste : « Ouattara ne sera pas le prochain président »


Video player

 

L’ancien président de l’Assemblée nationales ivoirienne Guillaume Soro est plus déterminé que jamais. L’ex-chef rebelle lors de son passage à Bruxelles a réitéré l’engagement de l’opposition dans le cadre de la lutte contre le troisième mandat d’Alassane Ouattara.

A en croire Guillaume Soro, l’opposition est on ne peut plus déterminée pour empêcher Alassane Ouattara de se présenter à la présidentielle du 31 octobre. L’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne qui est en exil en France est certain que le scrutin n’aura pas lieu malgré la proximité de la date. « Quand on voit l’évolution de la tension et de la pression sur le terrain en Côte d’Ivoire, on peut être préoccupé et on peut penser que l’élection risque de ne pas se tenir », a-t-il expliqué.

Le porte-parole de l’opposition ivoirienne s’insurge notamment contre la candidature d’Alassane Ouattara. Une candidature qui n’est apparemment pas en norme avec la nouvelle constitution mais qui a pourtant été validée par le conseil constitutionnel. « Tous les membres de cette institution ont été désignés par Ouattara et ce dernier sait pertinemment bien qu’il n’a pas le droit de briguer un troisième mandat. Il l’a régulièrement répété lui-même avant de changer d’avis », a soutenu Guillaume Soro.

Lire aussi : Alassane Ouattara sur Guillaume Soro : “Ce garçon a pété les plombs”
L’opposition pointe également du doigt la commission électorale indépendante (CEI). Cette instance serait aussi un outil aux services d’Alassane Ouattara. Toutefois, le contexte actuelle n’effraie visiblement pas Guillaume Soro et ses pairs de l’opposition. Ce dernier explique que l’opposition dispose de « trois terrains sur lesquels elle entend se battre, du judiciaire au politique en passant par le diplomatique ».

Lire aussi : Guillaume Soro : « le masque que j’ai habillé veut m’effrayer »

Guillaume Soro s’est félicité des « victoires engrangées par l’opposition ivoirienne sur le plan diplomatique. Il évoque notamment le soutien des cadres de la Cedeao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest). « Je vous le dis Monsieur Ouattara ne sera pas le prochain président, il n’y aura pas d’élection et il y aura une transition. La population a commencé à bouger, il y a déjà eu 30 morts et depuis le milieu de semaine, le matériel électoral ne parvient pas à arriver à l’intérieur du pays car il est brûlé par la population. On va chasser Ouattara », a assuré le leader du GPS.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire