Guillaume Soro : « L’opposition agira de façon méthodique »


Video player

 

Guillaume Soro et ses homologues opposants sont déterminés plus que jamais. Alors que le scrutin présidentiel du 31 octobre n’est plus qu’une question de jours, le leader du mouvement Générations et peuples solidaires (GPS) a assuré qu’ils agiront méthodiquement pour faire barrage à Alassane Ouattara.

 

Depuis son exil en France, Guillaume Soro a accordé un entretien à la télévision burkinabè, BF1. L’ancien Président de l’Assemblée Nationale ivoirienne a réitéré l’engagement de l’opposition ivoirienne afin d’empêcher le troisième mandat d’Alassane Ouattara. Pour le leader de GPS, la présence d’ADO dans la course à la présidentielle est inconstitutionnelle, d’où l’importance d’empêcher la tenue du scrutin.

 

Guillaume Soro a assuré au cours de l’entretien que les membres de l’opposition sont plus qu’unis pour empêcher un éventuel troisième mandat d’ADO. « Il n’y a pas de baisse de pression… d’abord il nous fallait nous unir, de Bédié à monsieur Mamadou Coulibaly, en passant par Laurent Gbagbo, nous sommes tous unanimes, pour dire qu’il faut une unité d’action », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : Guillaume Soro se dit prêt pour sa victoire à la présidentielle

Guillaume Soro a lancé un appel à ses homologues de l’opposition afin de constituer une unité d’action pour dénoncer la candidature du président sortant. « Et c’est cette unité que nous sommes en train de préparer. Cette unité d’action requiert qu’il y ait un comité de pilotage de la désobéissance civile, mot d’ordre lancé par le président Henri Konan Bédié », a fait savoir Guillaume Soro.

Et d’ajouter : « Vous verrez que, de façon méthodique et efficace, l’opposition agira. Un peuple déterminé trace l’histoire de son pays. Et vous voyez, les Ivoiriens sont unanimes pour dire que monsieur Ouattara ne peut pas faire un troisième mandat en Côte d’Ivoire ».

Lire aussi : Guillaume Soro sur BF1 TV :  » le Conseil Constitutionnel a trahi le peuple ivoirien »

Guillaume Soro n’a pas manqué de s’en prendre au Conseil constitutionnel et à la Commission électorale indépendante. Le président de GPS exige leur dissolution car ces institutions seraient des outils aux mains du régime au pouvoir.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire