Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
« Guillaume Soro a décidé de prendre en main les opérations »
05/11/2020 à 17h37 par La redaction

Mamadou Traoré décrypte l’adresse à la Nation de Guillaume Soro, membre du CNT, le 4 novembre 2020 sur la crise en Côte d’Ivoire.

Guillaume Soro a parlé. Les mûrs du Restaurant se sont mis à trembler. Nos amis du Restaurant et même une bonne partie de la population ivoirienne ont retenu une seule chose dans cette intervention de Guillaume Soro. Il appelle, selon eux, les forces armées à agir afin de dégager le gourou du Restaurant qu’il ne reconnaît pas comme celui qui doit diriger le pays pour les années à venir.

Bref, pour parler terre à terre ,on pourrait dire que Guillaume Soro annonce qu’il se préparait à faire un coup d’État. Ceux qui le pensent ainsi n’ont peut-être pas tort de le penser ainsi vu l’image d’éternel putschiste collé sur son dos du fait de la rébellion qu’il a dirigée pour permettre l’arrivée de certains au pouvoir.

Mais pour moi, ce n’est pas comme cela que j’ai perçu l’intervention de Guillaume Soro. J’ai perçu son intervention comme le début d’une crise post-électorale après la crise pré-électorale et la crise électorale que nous avons connues. Pour moi, et j’insiste toujours sur ce fait.

On ne prévient pas son ennemi qu’on va l’attaquer tel ou tel jour. On le prend toujours par surprise. En d’autres termes, quand on veut faire un coup d’État, on ne prévient pas. On agit et on met tout le monde devant le fait accompli. En lançant son appel du 04 Novembre, Guillaume Soro a décidé de prendre en main les opérations d’harcèlement politique du pouvoir depuis que ses compagnons de l’opposition sont tenus en résidence surveillée.

Pour moi, cet appel de Guillaume Soro consiste à contraindre le pouvoir a engager une discussion avec l’opposition sous l’égide de la communauté internationale, comme l’a toujours recommandé le Président Bédié. Je rappelle aux uns et aux autres que lorsque la rébellion a éclaté ,Guillaume Soro et ses hommes ont décidé de ne pas reconnaître Laurent Gbagbo comme Président de la République.

C’est suite à une médiation internationale qu’ils ont fini par s’asseoir avec lui sur la même table de discussion et par accepter de le reconnaître comme le Chef de l’Etat. Après Octobre 2005, lorsqu’il n’y a pas eu d’élections, Guillaume Soro et ses hommes ainsi que l’opposition composée du RDR, du PDCI et autres, prétextant la non légitimité de Laurent Gbagbo, ont refusé de le reconnaître comme Président de la République.

Là encore, il a fallut la médiation de la communauté internationale pour que ces derniers l’acceptent comme Chef de l’Etat jusqu’à ce qu’il y ait des élections présidentielles. Je rappelle aux uns et aux autres que le RDR en a voulu terriblement à Guillaume Soro pour le fait qu’il ait accepté la main tendue de Laurent Gbagbo dans le cadre de l’accord politique de Ouagadougou (APO).

Il a failli perdre la vie pour cela lors d’un attentat perpétré contre l’avion qui le transportait à Bouaké. L’appel ou la menace de Guillaume Soro pourrait être perçu, à mon avis, comme une pression qu’il veut mettre sur le pouvoir afin d’engager des discussions avec l’opposition pour organiser de nouvelles élections avec des règles claires et consensuelles.

Car à ce jour l’opposition ne reconnaît pas qu’il ait eu une élection en Côte d’Ivoire. C’est en cela que je souhaite que le gourou du Restaurant mette de côté son orgueil afin de privilégier la voie du dialogue et de la discussion.

Qu’il ne donne pas l’occasion aux militaires de s’inviter dans le débat pour, soit le contraindre à la discussion, soit ne lui donner aucune occasion de discuter. Je l’ai toujours dit et je vais me répéter. Le péril militaire n’est bon pour personne. Ni pour le pouvoir ni pour l’opposition. C’est pourquoi, je voudrais demander aux chancelleries occidentales de tout mettre en œuvre afin que nous ne puissions pas connaître une crise post-électorale longue et qui mettra les ivoiriens dans un état psychologique intenable.

Je le répète, l’orgueil n’est pas le sentiment qu’il faut privilégier en ces moments difficiles pour tous. Il faut que le gourou du Restaurant fasse preuve de sagesse afin de préserver la vie et la liberté de beaucoup d’ivoiriens. Sinon, j’ai bien peur que la crise post-électorale qui s’annonce ainsi, nous soit énormément préjudiciable. Elle risque d’être plus préjudiciable au pouvoir qu’à l’opposition.

Je rappelle qu’on n’est jamais assez fort tout le temps et contre tout le monde en même temps. Souvent, il faut savoir s’arrêter et engager des discussions. S’il n’y avait pas eu des discussions sous l’égide de la communauté international, jamais le gourou du Restaurant n’aurait été candidat à plus forte raison vainqueur de l’élection de 2010.

On me dira que c’était avec un fusil sous la tempe que Gbagbo a accepté de discuter avec son opposition et que ce n’est pas le cas en ce moment du gourou du Restaurant. Il est bon de savoir que l’histoire ne se répète pas toujours avec le même schéma. Je souhaite de tout mon cœur que la sagesse finisse par gagner son cœur afin qu’il épargne aux ivoiriens une situation intenable.

Fasse Dieu qu’il soit sourd aux chants des sirènes qui sont autour de lui. Car demain s’il tombe, ils n’hésiteront pas à le lâcher pour se mettre à la disposition de ses tombeurs. L’histoire de ses prédécesseurs devrait amplement lui donner des enseignements à ce sujet.

C’était juste ma petite contribution à la décrispation de la crise politique dans laquelle nous sommes engagés bien que pour moi il n’y ait pas eu élection. Il y a plutôt eu un processus de désignation. Et un gouvernant désigné n’a pas la même légitimité qu’un gouvernant élu.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Mamadou Traoré décrypte l’adresse à la Nation de Guillaume Soro, membre du CNT, le 4 novembre 2020 sur la crise en Côte d’Ivoire.

Guillaume Soro a parlé. Les mûrs du Restaurant se sont mis à trembler. Nos amis du Restaurant et même une bonne partie de la population ivoirienne ont retenu une seule chose dans cette intervention de Guillaume Soro. Il appelle, selon eux, les forces armées à agir afin de dégager le gourou du Restaurant qu’il ne reconnaît pas comme celui qui doit diriger le pays pour les années à venir.

Bref, pour parler terre à terre ,on pourrait dire que Guillaume Soro annonce qu’il se préparait à faire un coup d’État. Ceux qui le pensent ainsi n’ont peut-être pas tort de le penser ainsi vu l’image d’éternel putschiste collé sur son dos du fait de la rébellion qu’il a dirigée pour permettre l’arrivée de certains au pouvoir.

Mais pour moi, ce n’est pas comme cela que j’ai perçu l’intervention de Guillaume Soro. J’ai perçu son intervention comme le début d’une crise post-électorale après la crise pré-électorale et la crise électorale que nous avons connues. Pour moi, et j’insiste toujours sur ce fait.

On ne prévient pas son ennemi qu’on va l’attaquer tel ou tel jour. On le prend toujours par surprise. En d’autres termes, quand on veut faire un coup d’État, on ne prévient pas. On agit et on met tout le monde devant le fait accompli. En lançant son appel du 04 Novembre, Guillaume Soro a décidé de prendre en main les opérations d’harcèlement politique du pouvoir depuis que ses compagnons de l’opposition sont tenus en résidence surveillée.

Pour moi, cet appel de Guillaume Soro consiste à contraindre le pouvoir a engager une discussion avec l’opposition sous l’égide de la communauté internationale, comme l’a toujours recommandé le Président Bédié. Je rappelle aux uns et aux autres que lorsque la rébellion a éclaté ,Guillaume Soro et ses hommes ont décidé de ne pas reconnaître Laurent Gbagbo comme Président de la République.

C’est suite à une médiation internationale qu’ils ont fini par s’asseoir avec lui sur la même table de discussion et par accepter de le reconnaître comme le Chef de l’Etat. Après Octobre 2005, lorsqu’il n’y a pas eu d’élections, Guillaume Soro et ses hommes ainsi que l’opposition composée du RDR, du PDCI et autres, prétextant la non légitimité de Laurent Gbagbo, ont refusé de le reconnaître comme Président de la République.

Là encore, il a fallut la médiation de la communauté internationale pour que ces derniers l’acceptent comme Chef de l’Etat jusqu’à ce qu’il y ait des élections présidentielles. Je rappelle aux uns et aux autres que le RDR en a voulu terriblement à Guillaume Soro pour le fait qu’il ait accepté la main tendue de Laurent Gbagbo dans le cadre de l’accord politique de Ouagadougou (APO).

Il a failli perdre la vie pour cela lors d’un attentat perpétré contre l’avion qui le transportait à Bouaké. L’appel ou la menace de Guillaume Soro pourrait être perçu, à mon avis, comme une pression qu’il veut mettre sur le pouvoir afin d’engager des discussions avec l’opposition pour organiser de nouvelles élections avec des règles claires et consensuelles.

Car à ce jour l’opposition ne reconnaît pas qu’il ait eu une élection en Côte d’Ivoire. C’est en cela que je souhaite que le gourou du Restaurant mette de côté son orgueil afin de privilégier la voie du dialogue et de la discussion.

Qu’il ne donne pas l’occasion aux militaires de s’inviter dans le débat pour, soit le contraindre à la discussion, soit ne lui donner aucune occasion de discuter. Je l’ai toujours dit et je vais me répéter. Le péril militaire n’est bon pour personne. Ni pour le pouvoir ni pour l’opposition. C’est pourquoi, je voudrais demander aux chancelleries occidentales de tout mettre en œuvre afin que nous ne puissions pas connaître une crise post-électorale longue et qui mettra les ivoiriens dans un état psychologique intenable.

Je le répète, l’orgueil n’est pas le sentiment qu’il faut privilégier en ces moments difficiles pour tous. Il faut que le gourou du Restaurant fasse preuve de sagesse afin de préserver la vie et la liberté de beaucoup d’ivoiriens. Sinon, j’ai bien peur que la crise post-électorale qui s’annonce ainsi, nous soit énormément préjudiciable. Elle risque d’être plus préjudiciable au pouvoir qu’à l’opposition.

Je rappelle qu’on n’est jamais assez fort tout le temps et contre tout le monde en même temps. Souvent, il faut savoir s’arrêter et engager des discussions. S’il n’y avait pas eu des discussions sous l’égide de la communauté international, jamais le gourou du Restaurant n’aurait été candidat à plus forte raison vainqueur de l’élection de 2010.

On me dira que c’était avec un fusil sous la tempe que Gbagbo a accepté de discuter avec son opposition et que ce n’est pas le cas en ce moment du gourou du Restaurant. Il est bon de savoir que l’histoire ne se répète pas toujours avec le même schéma. Je souhaite de tout mon cœur que la sagesse finisse par gagner son cœur afin qu’il épargne aux ivoiriens une situation intenable.

Fasse Dieu qu’il soit sourd aux chants des sirènes qui sont autour de lui. Car demain s’il tombe, ils n’hésiteront pas à le lâcher pour se mettre à la disposition de ses tombeurs. L’histoire de ses prédécesseurs devrait amplement lui donner des enseignements à ce sujet.

C’était juste ma petite contribution à la décrispation de la crise politique dans laquelle nous sommes engagés bien que pour moi il n’y ait pas eu élection. Il y a plutôt eu un processus de désignation. Et un gouvernant désigné n’a pas la même légitimité qu’un gouvernant élu.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire