Guerre en Ukraine : La galère des réfugiés africains à Marseille


Video player

Au début de la guerre, la Guinéenne Bella Diaby vivait en Ukraine. Aujourd’hui réfugié à Marseille, il partage les difficultés qu’il a rencontrées de Kharkiv aux Bouches-du-Rhône.

Comme beaucoup d’étrangers du Maghreb ou d’Afrique noire, Bella Diaby a connu de réelles difficultés pour quitter le pays et échapper aux bombes au début de l’invasion russe de l’Ukraine. Il a réussi, mais non sans difficultés. Car, une fois en France, a dû… à nouveau faire face à de graves déboires administratifs du fait de sa nationalité. Face à la violence de la situation et à l’afflux de réfugiés, le Conseil de l’Union européenne a mis en place début mars un dispositif spécial : l’Autorisation de Séjour Temporaire (APS).

Pour les Ukrainiens, se procurer ce précieux sésame est presque une formalité. Mais pour Bella Diaby, un Guinéen qui est venu dans le pays en 2013 pour poursuivre ses études – et a ensuite changé cela en trouvant un emploi d’ingénieur en construction à Kharkiv – la situation est complètement différente. Bien qu’il ait un permis de séjour de 10 ans.

Entendre une explosion

retourner. Le 24 février, Moscou a commencé son invasion du territoire ukrainien. Kharkiv, la deuxième plus grande ville du pays à la frontière avec la Russie, a été bombardée. Bella et sa colocataire ont passé la nuit dans le sous-sol de leur immeuble lorsqu’ils ont entendu une explosion. A l’aube, ils décidèrent de fuir. Les voici à la gare de Kharkov essayant de rejoindre Lviv dans l’ouest du pays. « Là, ils disaient que les trains étaient pour les femmes et les enfants, et que les hommes ne pouvaient pas sortir. Mais à quai, il ne restait que des Noirs et des Maghrébins », se souvient le jeune homme de 35 ans. Il finira par réussir à monter à bord d’une calèche.

 

Après un voyage semé d’embûches, Bella Diaby atteint la frontière polonaise. Selon ses propos, il a dû faire face aux mêmes différences de traitement parmi les réfugiés : « Les étrangers devaient attendre trois à quatre jours, dans le froid, sans nourriture, on ne pouvait avoir que du thé ou du café. La nuit, on brûlait quelques vêtements dans notre sac pour rester au chaud. »

« Fenêtre de rejet »

Le reste de l’itinéraire sera Berlin, Paris et enfin Marseille. Les Guinéens font face à de nouvelles disparités de traitement. « Je suis allé au chef-lieu le 5 avril et on m’a dit que je n’étais pas ukrainien et que je pouvais partir. Margot Bonis, chargée de mission juridique et accès au réseau hôtelier de Marseille, et l’avocat Me Philippe, qui a dénoncé le « Compteur déni » Avec l’intervention de Perolier, Bella Diaby a obtenu un deuxième rendez-vous APS en un mois. Le temps de vérifier son dossier, qui lui permet de bénéficier de l’APS pendant 6 mois en tant que résident permanent d’Ukraine, pour obtenir une autorisation de travail et de séjour en France. Le jeune Guinéen l’a finalement eu le 4 mai.

De son côté, le comté affirme avoir attribué « 2 331 APS le 14 juin » par l’intermédiaire de ses services, notant : « Si la documentation est complète, l’APS est délivré le même jour. Si des pièces justificatives ou des traductions manquent, veuillez contacter les parties intéressées au Participation spontanée dès réception de tous les documents. » Elle a insisté sur le fait que « moins de dix personnes n’ont pas fourni suffisamment de pièces justificatives pour permettre la délivrance d’une APS. Dans ce cas, afin de procéder à un examen plus approfondi des documents, ils se sont vu délivrer une période d’APS d’un mois. »

 

traitement injuste

Une version de l’argument du chef de projet du Réseau Hospitalité : « Il y a beaucoup de cas de ce genre de blocage, et nous nous sommes organisés pour faire face à chacun, assure Margot Bonis. Cela semble être spécifique à Marseille. A Paris, tous les réfugiés d’Ukraine sont pris en charge dans leur dossier. Bénéficiez d’au moins un mois d’APS pendant la période. Le traitement est en effet inégal au niveau national. Me Perolier insiste sans vergogne : « Pour les Ukrainiens, ça va bien. Mais pour d’autres, c’est une véritable catastrophe et une abomination.

L’avocat développe à travers un autre exemple : « La décision européenne permet une protection temporaire pour tous les membres de la même famille. Cependant, dans le cas d’une paire de dames qui étaient des messieurs ukrainiens et marocains, le gouvernement du comté a demandé à ce dernier de produire sa résidence permanente Ce n’est pas nécessaire car ce sont des conjoints !» Jusqu’à début juin, nous avons recensé 30 à 50 cas similaires dans le port de La Joliette en Méditerranée, sur le navire corse Linea qui accueillait des réfugiés ukrainiens.  »

Mais pour Bella Diaby, tout semble être sur la bonne voie désormais : « Quand le bateau dans lequel nous logions a été fermé, certains étaient envoyés dans d’autres villes. J’ai pu rester à Marseille, j’ai un studio dans le 13e. »

 

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire