Guatemala : Un ancien soldat condamné à 5 160 ans de prison


Video player

Un ancien soldat a été condamné à 5 160 ans de prison pour sa participation à un massacre perpétré par l’armée au Guatemala.

Santos Lopez Alonzo a été accusé d’appartenance aux Kaibiles, une équipe d’élite qui a assassiné 201 paysans dans le village de Dos Erres en 1982.

L’homme de 66 ans a été expulsé des États-Unis en 2016 pour comparaître devant le tribunal guatémaltèque, où il a été reconnu « coupable » de 171 des meurtres.

Il a été condamné à 30 ans de prison pour crimes contre l’humanité et à 30 ans de prison pour chacune des 171 personnes, bien que les peines soient symboliques puisque le maximum qu’on puisse purger au Guatemala est de 50 ans.

Il avait également enlevé et adopté un garçon de cinq ans, Ramiro Osorio Cristales, après l’assassinat de sa famille lors du massacre. M. Osorio Cristales a été l’une des personnes qui ont témoigné au procès de Lopez Alonzo.

Selon un rapport du procès de l’International Justice Monitor, un expert médico-légal a déclaré à la Cour que 171 restes humains avaient été retrouvés dans un puits du village, où les militaires avaient jeté beaucoup de leurs victimes.

40% des corps dans le puits étaient des enfants de moins de 12 ans, selon l’expert. Les procureurs ont déclaré que la plupart des victimes ont été tuées à coups de masse.

L’ancien général péruvien Rodolfo Robles a témoigné en tant qu’expert en doctrine et structure militaires et il a déclaré à la Cour que l’unité de l’armée, composée de 60 hommes, avait agi d’une manière planifiée et coordonnée.

Il n’y avait aucune preuve que l’un des membres de l’unité s’y soit opposé ou ait tenté d’arrêter les meurtres, a-t-il déclaré dans son témoignage rapporté par The Monitor.

Santos Lopez Alonzo a avoué qu’il avait assisté au massacre mais qu’il n’avait pas pris part aux meurtres ou autres crimes qui ont eu lieu.

L’unité avait essayé de trouver des membres d’un groupe de guérilleros qui avaient tendu une embuscade à un convoi militaire, mais ils n’avaient pas réussi à trouver les guérilleros ou les armes.

Le massacre de Dos Erres a eu lieu sous le règne du dictateur José Efrain Rios Montt, inculpé de génocide et mort en avril de cette année.

Environ 200 000 personnes ont été tuées et 45 000 autres ont disparu pendant la guerre civile au Guatemala entre 1960 et 1996.

Santos Lopez Alonzo n’est pas le premier membre de l’unité à avoir été condamné pour le massacre: une poignée d’autres ont été condamnés à des peines de prison de plus de 6 000 ans.

D’autres sont dans des prisons américaines pour des infractions liées à l’immigration et beaucoup d’autres sont considérées comme vivant en liberté aux États-Unis.

Crédit photo : skynews

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire