Grève des fonctionnaires en Tunisie


Video player

Les vols ont été annulés, les transports publics cloués au sol et les bureaux du gouvernement ont été fermés lors d’une grève nationale du secteur public tunisien jeudi.

La grève vise à augmenter la pression sur un président déjà confronté à une série de crises économiques qui se détériorent.
La puissante Union générale du travail tunisienne (UGTT) a annoncé le débrayage, qui devait inclure 159 entreprises publiques, sur la base de revendications sociales et économiques pressantes. Le syndicat exige des augmentations de salaire et proteste contre les réformes économiques prévues par le gouvernement.
Le pouvoir d’achat des citoyens tunisiens s’est érodé depuis le début de l’année dans un contexte de hausse des prix, de chômage élevé et de pauvreté généralisée.
Le président Kais Saied a annoncé son intention de réduire sa masse salariale massive la semaine dernière, ajoutant qu’il réduirait progressivement les subventions énergétiques et alimentaires à partir de l’année prochaine. Le gouvernement a déclaré qu’il remplacerait les subventions par des versements en espèces aux familles à faible revenu.
En juillet 2021, Saied a brusquement limogé le gouvernement et a assumé des pouvoirs étendus. Alors que ses détracteurs l’accusent d’avoir organisé un coup d’État, Saied a déclaré qu’il avait agi en réponse au mécontentement économique et social généralisé.
Beaucoup craignent que la grève de jeudi n’ait un impact sérieux sur une économie déjà fragile et n’alimente une situation politique déjà tendue. Un Saied de plus en plus isolé a dirigé le pays seul pendant 10 mois, gouvernant par décret, tandis que les principaux alliés occidentaux ont fait part de leurs inquiétudes quant au recul démocratique.
Une réunion entre le gouvernement et l’UGTT s’est tenue mardi mais n’a pas abouti à un accord.
Le chef du syndicat a déclaré que la grève avait le potentiel de déclencher une « explosion sociale » qui était « normale et inévitable ».
Un problème clé pour le gouvernement de Saied est le besoin urgent du pays d’obtenir un nouveau prêt du Fonds monétaire international (FMI), le quatrième prêt de la Tunisie en une décennie.
Avant des négociations bloquées depuis des mois, le FMI a exigé que la Tunisie mette en place des réformes économiques, notamment la réduction des subventions dont dépendent de nombreux Tunisiens pauvres.
Le porte-parole du FMI, Gerry Rice, a salué les réformes économiques proposées par la Tunisie et a déclaré que les discussions avec les autorités progressaient.
Mais le dirigeant syndical Tabboubi a accusé le gouvernement de vouloir « vendre le pays et appauvrir la population » en imposant des changements dictés par le FMI.
Le dirigeant syndical a démenti les affirmations selon lesquelles la grève est une action politique.

Quel est ton avis sur le site ?

View Results

loading - Grève des fonctionnaires en Tunisie Loading ...
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire