George Floyd : des policiers noirs sont interdits d’accès à l’étage de Derek Chauvin


Video player

L’arrivée en détention de Derek Chauvin, le policier accusé du meurtre de George Floyd, a bouleversé certaines habitudes de la prison hôte. En effet, huit policiers noirs de la prison du comté de Ramsey, dans le Minnesota, estiment avoir été victimes de discrimination raciale. Ils affirment que l’accès à l’étage où était détenu Derek Chauvin leur a été interdit à cause de la couleur de leur peau.

 

Le média américain CNN rapporte que les policiers ont déposé des accusations de discrimination auprès du département des droits de l’homme du Minnesota. L’une des plaintes rapporte que tous les employés de couleur de la prison ont été séparés de Derek Chauvin. Ils avaient été rassemblés au troisième étage laissant le cinquième à l’ex-agent accusé de meurtre.

 Lire aussi : Le genou de Derek Chauvin aurait duré sur le cou de George Floyd moins longtemps que 8:46

Les agents dans leurs accusations, croient « que les actions du comté de Ramsey étaient discriminatoires parce qu’ils ont ouvertement isolé et séparé les officiers de couleur à cause de la couleur de leur peau». Pourtant, le directeur de l’établissement pénitentiaire, Steve Lydon, a expliqué les raisons qui l’ont motivées à prendre une telle décision. Tout porte à croire qu’il n’avait aucune intention malsaine.

 

«Reconnaissant que le meurtre de George Floyd était susceptible de créer un traumatisme racial particulièrement aigu, j’ai senti que j’avais le devoir immédiat de protéger et de soutenir les employés qui pouvaient avoir été traumatisés et qui pouvaient aggraver le traumatisme actuel en ayant à faire face à Chauvin», a expliqué Steve Lydon dans une déclaration fournie par le bureau du shérif de Ramsey. Voyant, les dégâts que la décision a engendré, il n’a pas tardé à revenir sur sa décision reconnaissant que c’était une erreur.

Lire aussi : Un million de dollars pour Derek Chauvin, le meurtrier présumé de George Floyd

Une déclaration du bureau du shérif révèle que malgré qu’il ait reconnu son tort, le directeur a finalement été suspendu dans ses fonctions. Par ailleurs, les officiers de couleurs veulent s’assurer que de tels actes ne se reproduisent plus. Ils demandent aux autorités de prendre des mesures adéquates pour qu’ils ne soient plus victimes des décisions discriminatoires. A en croire leur avocat Bonnie Smith, les agents victimes revendiquent aussi une indemnisation pour détresse émotionnelle et leur manque à gagner.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire