Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
GABON | HOMOSEXUALITÉ : JEAN PING APPELLE AU RETRAIT DU TEXTE QUI DIVISE
06/07/2020 à 00h07 par La redaction

Alors que les deux chambres du Parlement ont acté la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon, Jean Ping qui se considère toujours comme le président élu du pays appelle au retrait du texte qui divise. Craignant des violences, il estime que le texte a été voté pour détourner l’opinion du débat sur la vacance du pouvoir.

GABON | HOMOSEXUALITÉ : JEAN PING APPELLE AU RETRAIT DU TEXTE QUI DIVISE

Pour Jean Ping, la dépénalisation de l’homosexualité a été votée pour détourner l’opinion du débat sur la vacance du pouvoir. © D.R.

Une rengaine : au Gabon, l’homosexualité a été dépénalisée. Si une bonne partie de l’opinion a dénoncé un vote inopportun au regard du contexte actuel de crise sanitaire, Jean Ping qui se considère toujours comme le président élu du pays, lui a emboité le pas le 4 juillet. Dans un discours fleuve, le président de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) accuse le système qu’il appelle depuis 2016 «régime usurpateur», d’avoir fait voter, en urgence, le texte décrié. «Je considère pour ma part, que sans consultation aucune, un choix a été imposé aux Gabonais et ce choix fait désormais débat et divise le corps social», a-t-il déclaré y voyant une initiative totalement inopportune «aux allures de diversion».

Pour lui, rien ne justifiait en cette période de crise sanitaire, de faire voter «une loi qui, au lieu de régler un problème en soulève un autre : la division». «Les Gabonais ne veulent pas de cette dépénalisation de l’homosexualité», croit savoir Jean Ping qui assure que le pouvoir est en total déphasage avec le peuple. «La ficelle est bien trop grosse, le piège qui consiste à qualifier le peuple gabonais, attaché aux us et coutumes de son pays et qui s’oppose fermement à cette initiative inopportune, de peuple homophobe, ne peut convaincre personne». Encore nostalgique des événements de 2016, Jean Ping dénie toute crédibilité à ce qu’il qualifie de «régime qui a tant prouvé par sa criminalité, sa soif effrénée du pouvoir, son aversion pour l’écrasante majorité des Gabonais qui partage l’envie, le besoin de démocratie, d’alternance, de respect de son vote et de ses droits fondamentaux».

Une fois de plus, Jean Ping accuse la ‘’Bande à Sylvia’’

«Le peuple Gabonais, une fois de plus aura espéré en vain», se désole l’homme qui appelle à un sursaut patriotique d’autant plus que, dit-il, les initiateurs de cette loi ne semblent écouter ou respecter ni l’expression des populations, ni les us et coutumes de notre pays qui, pourtant constituent les sources premières du droit. «Cela ne m’étonne pas du tout», a-t-il martelé affirmant que les «véritables tenants du pouvoir actuel» n’ont pas d’attaches profondes avec le pays. Pour lui, ils «agissent non pas pour le Gabon et ses enfants, mais pour leurs propres intérêts, en suivant les directives d’individus non-élus, de passage». C’est d’ailleurs, a-t-il déclaré, ce qui justifie l’ampleur, la vivacité de l’émoi dans le pays. «Le Peuple gabonais ne demande qu’une chose : le retrait pur et simple de ce texte qu’il considère comme contraire à ses traditions historiques et contemporaines», a-t-il clamé.

«L’histoire du droit enseigne qu’aucune législation, fut-elle futuriste, ne peut prospérer dans l’espace et dans le temps, si elle heurte brutalement et profondément les valeurs culturelles, religieuses et traditionnelles qui sont censées la sous-tendre», a-t-il rappelé indexant une fois de plus, «la bande à Sylvia Valentin». Si l’épouse d’Ali Bongo avait déjà, via les réseaux sociaux, répondu à Jean Ping en indiquant que la bande à Sylvia est celle qui œuvre pour l’épanouissement de la femme gabonaise, le président de la CNR revient à la charge en l’accusant d’être à la manœuvre du chaos du Gabon. «La bande à Sylvia est plus que jamais à la manœuvre. Elle menace, intimide et s’autorise même à agir, au nom d’Ali Bongo Ondimba, pour imposer des lois et des mœurs qui ne manqueront pas de plonger le Gabon dans une instabilité parentale, sociale et politique, dont les conséquences sont imprévisibles», a-t-il proclamé.

Pour Jean Ping, cette dépénalisation pourrait exacerber les tensions

Craignant une vague de violence, Jean Ping estime que les mesures restrictives imposées pour limiter la propagation du Covid-19 n’empêcheront pas les tensions à s’exprimer sous d’autres formes. «En puisant dans notre mémoire collective, l’histoire du Gabon nous apprend que les populations gabonaises savent parfois dire Non, avec beaucoup de détermination et de fermeté, lorsqu’elles sont outrées et poussées à bout», a-t-il évoqué. «N’oublions pas que c’étaient des Gabonais qui avaient dit Non à Omar Bongo à l’époque, lorsqu’il envisageait de faire du Gabon un Royaume», a-t-il ressorti.

Considérant que la réelle préoccupation du moment est celle de «la vacance de pouvoir au sommet de l’Etat», Jean Ping appelle la communauté internationale à aider le Gabon à ne pas sombrer davantage. «Aidez le Gabon à ne pas plonger dans le chaos !», a-t-il plaidé. «Il est plus que nécessaire, pendant qu’il est encore temps, de retirer ce texte qui divise, afin d’éviter la montée de la violence et que certains compatriotes ne soient jetés en pâture ou que notre pays, le Gabon, ne soit stigmatisé, à tort», a insisté le leader de l’opposition.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 480 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Michelle Obama s'attaque à Donald Trump

07/10/2020

Michelle Obama...

L'ancienne première dame américaine, Michelle Obama, dans...
Drake fait une grosse surprise à un fan hospitalisé

07/10/2020

Drake fait...

  Le rappeur américain Drake a fait...
“Qui es-tu pour parler de structurer l’islam ? “, Erdogan à Macron

07/10/2020

“Qui es-tu...

Lors d’un discours face à la nation...
Une seconde baleine retrouvée morte sur la plage de Lomé

07/10/2020

Une seconde...

Ça ne sent pas bien cette affaire...
Afrique du Sud : une famille en colère dépose un cadavre à la banque

07/10/2020

Afrique du...

Les membres d’une famille en colère après...
Nikanor brise le silence entre sur sa relation avec Sèssimè

07/10/2020

Nikanor brise...

  L'artiste Nikanor lève enfin le silence entre sa supposée...
Djibouti, pays d’un million d’habitants, construit la plus grande zone de libre-échange d’Afrique

07/10/2020

Djibouti, pays...

Djibouti profite de sa position stratégique sur...
Côte d’Ivoire: 80% du cacao pour la campagne 2020-2021 déjà vendus

07/10/2020

Côte d’Ivoire:...

En Côte d’Ivoire, la campagne 2020-2021 du...
Côte d’Ivoire / Mission ONU, CEDEAO et UA à Abidjan : les vérités crues de Boni Claverie aux émissaires

07/10/2020

Côte d’Ivoire...

Depuis le 4 octobre des émissaires de l’UA...
Covid-19 : Le Barça a perdu 97 millions d’euros à cause de la pandémie

07/10/2020

Covid-19 :...

Le FC Barcelone a annoncé des pertes...
JNCC 2020: Le ministre Adjoumani appelle à l’union de tous les acteurs du cacao

07/10/2020

JNCC 2020:...

Les journées nationales du cacao et du...
Côte d’Ivoire: 80% du cacao pour la campagne 2020-2021 déjà vendus

07/10/2020

Côte d’Ivoire:...

En Côte d’Ivoire, la campagne 2020-2021 du...
Petrolegate : Le Parlement européen soutient Ferdinand Ayité

06/10/2020

Petrolegate :...

Depuis plusieurs semaines, l’affaire du Petrolegate  fait...
Voici la nouvelle destination de Zidane

06/10/2020

Voici la...

La nouvelle vient de paraître. Alors qu’il a...
Le dentier du père de Michael Jackson vendu aux enchères

06/10/2020

Le dentier...

Le dentier de Joe Jackson, le père...
Bénin : Un couple et leurs enfants déambulent nus dans les rues

06/10/2020

Bénin :...

   La commune d’Abomey-Calavi, a été le...
Davido chassé d'une boîte de nuit au Ghana

06/10/2020

Davido chassé...

    L'artiste nigérian Davido et son...
Drogba et sa compagne sur le point de divorcer

06/10/2020

Drogba et...

 Didier Drogba et sa compagne seraient séparés. Cette révélation alimente...
Pasteur Gédéon : "Si tu as récité je vous salue Marie, tu iras en enfer"

06/10/2020

Pasteur Gédéon...

Gédéon de la Tchetchouvah a encore frappé....
Guillaume Soro : « L'opposition agira de façon méthodique »

06/10/2020

Guillaume Soro...

  Guillaume Soro et ses homologues opposants...

Alors que les deux chambres du Parlement ont acté la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon, Jean Ping qui se considère toujours comme le président élu du pays appelle au retrait du texte qui divise. Craignant des violences, il estime que le texte a été voté pour détourner l’opinion du débat sur la vacance du pouvoir.

GABON | HOMOSEXUALITÉ : JEAN PING APPELLE AU RETRAIT DU TEXTE QUI DIVISE

Pour Jean Ping, la dépénalisation de l’homosexualité a été votée pour détourner l’opinion du débat sur la vacance du pouvoir. © D.R.

Une rengaine : au Gabon, l’homosexualité a été dépénalisée. Si une bonne partie de l’opinion a dénoncé un vote inopportun au regard du contexte actuel de crise sanitaire, Jean Ping qui se considère toujours comme le président élu du pays, lui a emboité le pas le 4 juillet. Dans un discours fleuve, le président de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) accuse le système qu’il appelle depuis 2016 «régime usurpateur», d’avoir fait voter, en urgence, le texte décrié. «Je considère pour ma part, que sans consultation aucune, un choix a été imposé aux Gabonais et ce choix fait désormais débat et divise le corps social», a-t-il déclaré y voyant une initiative totalement inopportune «aux allures de diversion».

Pour lui, rien ne justifiait en cette période de crise sanitaire, de faire voter «une loi qui, au lieu de régler un problème en soulève un autre : la division». «Les Gabonais ne veulent pas de cette dépénalisation de l’homosexualité», croit savoir Jean Ping qui assure que le pouvoir est en total déphasage avec le peuple. «La ficelle est bien trop grosse, le piège qui consiste à qualifier le peuple gabonais, attaché aux us et coutumes de son pays et qui s’oppose fermement à cette initiative inopportune, de peuple homophobe, ne peut convaincre personne». Encore nostalgique des événements de 2016, Jean Ping dénie toute crédibilité à ce qu’il qualifie de «régime qui a tant prouvé par sa criminalité, sa soif effrénée du pouvoir, son aversion pour l’écrasante majorité des Gabonais qui partage l’envie, le besoin de démocratie, d’alternance, de respect de son vote et de ses droits fondamentaux».

Une fois de plus, Jean Ping accuse la ‘’Bande à Sylvia’’

«Le peuple Gabonais, une fois de plus aura espéré en vain», se désole l’homme qui appelle à un sursaut patriotique d’autant plus que, dit-il, les initiateurs de cette loi ne semblent écouter ou respecter ni l’expression des populations, ni les us et coutumes de notre pays qui, pourtant constituent les sources premières du droit. «Cela ne m’étonne pas du tout», a-t-il martelé affirmant que les «véritables tenants du pouvoir actuel» n’ont pas d’attaches profondes avec le pays. Pour lui, ils «agissent non pas pour le Gabon et ses enfants, mais pour leurs propres intérêts, en suivant les directives d’individus non-élus, de passage». C’est d’ailleurs, a-t-il déclaré, ce qui justifie l’ampleur, la vivacité de l’émoi dans le pays. «Le Peuple gabonais ne demande qu’une chose : le retrait pur et simple de ce texte qu’il considère comme contraire à ses traditions historiques et contemporaines», a-t-il clamé.

«L’histoire du droit enseigne qu’aucune législation, fut-elle futuriste, ne peut prospérer dans l’espace et dans le temps, si elle heurte brutalement et profondément les valeurs culturelles, religieuses et traditionnelles qui sont censées la sous-tendre», a-t-il rappelé indexant une fois de plus, «la bande à Sylvia Valentin». Si l’épouse d’Ali Bongo avait déjà, via les réseaux sociaux, répondu à Jean Ping en indiquant que la bande à Sylvia est celle qui œuvre pour l’épanouissement de la femme gabonaise, le président de la CNR revient à la charge en l’accusant d’être à la manœuvre du chaos du Gabon. «La bande à Sylvia est plus que jamais à la manœuvre. Elle menace, intimide et s’autorise même à agir, au nom d’Ali Bongo Ondimba, pour imposer des lois et des mœurs qui ne manqueront pas de plonger le Gabon dans une instabilité parentale, sociale et politique, dont les conséquences sont imprévisibles», a-t-il proclamé.

Pour Jean Ping, cette dépénalisation pourrait exacerber les tensions

Craignant une vague de violence, Jean Ping estime que les mesures restrictives imposées pour limiter la propagation du Covid-19 n’empêcheront pas les tensions à s’exprimer sous d’autres formes. «En puisant dans notre mémoire collective, l’histoire du Gabon nous apprend que les populations gabonaises savent parfois dire Non, avec beaucoup de détermination et de fermeté, lorsqu’elles sont outrées et poussées à bout», a-t-il évoqué. «N’oublions pas que c’étaient des Gabonais qui avaient dit Non à Omar Bongo à l’époque, lorsqu’il envisageait de faire du Gabon un Royaume», a-t-il ressorti.

Considérant que la réelle préoccupation du moment est celle de «la vacance de pouvoir au sommet de l’Etat», Jean Ping appelle la communauté internationale à aider le Gabon à ne pas sombrer davantage. «Aidez le Gabon à ne pas plonger dans le chaos !», a-t-il plaidé. «Il est plus que nécessaire, pendant qu’il est encore temps, de retirer ce texte qui divise, afin d’éviter la montée de la violence et que certains compatriotes ne soient jetés en pâture ou que notre pays, le Gabon, ne soit stigmatisé, à tort», a insisté le leader de l’opposition.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 480 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire