France : Lourdes sanctionne à Google et Facebook pour “leurs cookies”

Elle a annoncé jeudi que le protecteur français de la vie privée, la CNIL, avait infligé d’énormes amendes de 150 millions d’euros et 60 millions d’euros à Google et Facebook, respectivement, en raison de leurs pratiques en matière de “cookies”, qui sont utilisés spécifiquement pour la publicité ciblée. . Cette information a été divulguée par Politico Europe mercredi soir.

Le montant des amendes infligées à Google est un bilan complet des sanctions imposées par la CNIL.Auparavant, une amende de 100 millions d’euros avait été infligée à Google en décembre 2020 pour les cookies.

“La CNIL a constaté que facebook.com, google.fr et youtube.com ne permettaient pas de “refuser les cookies aussi simplement que de les accepter”, a-t-elle souligné.

 

Elle a ajouté que les deux plateformes ont trois mois pour se mettre en conformité, faute de quoi “l’entreprise devra payer une amende de 100 000 euros pour les retards quotidiens”.

Difficulté de refuser les cookies

Dans une réponse transmise à l’AFP, Google a annoncé qu’il allait changer d’approche après la décision de la Cnil. « Tout en respectant les attentes des internautes, (…) nous nous engageons à mettre en œuvre de nouvelles évolutions et à coopérer activement avec la Cnil dans le cadre de la (NDLR) directive vie privée électronique pour répondre à sa décision », assure le géant américain .

 

 

Un cookie est un petit fichier informatique installé par un site Internet sur le terminal d’un visiteur à des fins techniques ou publicitaires ciblées. Ils permettent notamment aux agences de suivre la navigation des utilisateurs afin de leur envoyer des publicités personnalisées en rapport avec leurs centres d’intérêt. Ils sont souvent condamnés pour d’éventuelles atteintes à la vie privée des internautes.

 

Depuis l’entrée en vigueur du règlement européen sur les données personnelles en 2018, les sites internet sont tenus de respecter des règles plus strictes afin d’obtenir le consentement des internautes avant de déposer des cookies.

Avec les sanctions infligées à Google et Facebook, la CNIL s’est interrogée sur la comparaison entre la difficulté des internautes à accepter les cookies et la difficulté à les refuser. « Les sites facebook.com, google.fr et youtube.com proposent un bouton pour accepter immédiatement les cookies, explique la Cnil. En revanche, “il faut plusieurs clics pour rejeter tous les cookies”, a-t-elle condamné.

Elle a souligné que ce qui est plus déroutant, c’est que le bouton que Facebook a ajouté pour rejeter le tracker s’appelle même “accepter les cookies”.

Figaro

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire