Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
France: Khamel abattu après avoir tué sa mère et sa sœur près de Paris
23/08/2018 à 15h43 par Steven Ablam Kpoglo

rance: un homme abattu après avoir tué sa mère et sa soeur près de Paris

Ce jeudi 23 août en milieu de matinée, un homme armé d’un couteau a tué deux membres de sa famille: sa mère et sa soeur. Une passante, victime elle aussi, est actuellement soignée et son pronostic vital est engagé. Que sait-on de l’assaillant, Khamel S. ? LCI fait le point.

Ce jeudi matin, rue Camille-Claudel à Trappes (Yvelines), Khamel S., 36 ans, a tué sa mère ainsi que sa sœur et blessé une passante, dont le pronostic vital est engagé. Retranché dans un pavillon, il a par la suite été abattu par les policiers à l’extérieur de la villa.

Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, a dressé le portrait d’un individu ayant des « problèmes psychiatriques importants ». Toujours selon le ministre, il était fiché au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) pour avoir fait l’apologie du terrorisme en 2016, mais présentait davantage le profil d’un « déséquilibré » que de quelqu’un « d’engagé » pouvant répondre aux « ordres et consignes » d’une « organisation terroriste, et de Daech en particulier ».

Khamel S., 36 ans, est né à Trappes. Il habitait chez sa mère et était inscrit au registre des exploitants de VTC. Selon nos informations, il était inscrit au FSPRT depuis 2016 pour apologie du terrorisme et fiché S, depuis le début de l’été. La RATP confirme à LCI qu’elle a mis fin à son contrat, en octobre 2016, pour non respect de l’article 8 de son contrat de travail relatif à la laïcité. De plus, il avait porté plainte contre sa mère pour une affaire d’héritage.

Un homme armé d’un couteau a tué sa mère et sa soeur et blessé grièvement une troisième personne, jeudi près de Paris, avant d’être tué par la police, les autorités tentant de déterminer si cet acte revêtait un caractère terroriste.

Après les faits commis à Trappes, commune défavorisée au sud-ouest de Paris, l’assaillant s’est retranché dans un pavillon, dont il est sorti en menaçant les forces de l’ordre, qui l’ont alors abattu, a indiqué à l’AFP une source policière.

«L’individu a été neutralisé», a confirmé sur Twitter le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Les deux personnes tuées sont la mère et la soeur de l’assaillant, a annoncé à l’AFP une source proche de l’enquête, ce qui semble favoriser la piste d’un différend familial, et non l’hypothèse terroriste. Les autorités disaient cependant dans la matinée n’exclure aucune piste.

Le parquet antiterroriste n’a pas été saisi, malgré une revendication effectuée peu après par le groupe djihadiste État islamique (EI). Selon l’EI, le «combattant» de Trappes a commis l’attaque «à la faveur des appels à cibler des ressortissants des pays de la coalition» internationale anti-EI, a indiqué l’agence de propagande du groupe Amaq.

La crédibilité des revendications de l’organisation terroriste est cependant de plus en plus contestée par les experts, alors qu’EI tente de compenser sa déroute sur le terrain.

Filière d’islam radical

Mercredi, dans un message diffusé mercredi sur Telegram par des comptes pro-EI, le chef d’EI, Abou Bakr al-Baghdadi, a appelé ses partisans à poursuivre le «jihad» dans le premier enregistrement qui lui est attribué en près d’un an.

Le «calife» auto-proclamé appelle à «frapper pour terroriser», exhortant ses partisans en Occident à mener des attaques à l’explosif ou à l’arme blanche «sur leurs terres».

Cet enregistrement a été diffusé alors que l’EI est acculé en Syrie et a été chassé de tous les centres urbains d’Irak après avoir contrôlé de vastes territoires dans ces deux pays.

L’assaillant de Trappes était fiché pour des faits d’apologie du terrorisme remontant à 2016, selon la source proche de l’enquête.

Trappes, commune pauvre de la grande banlieue de Paris, est réputée pour abriter une filière de l’islam radical. D’après une source antiterroriste, une cinquantaine de personnes de cette filière sont parties combattre en Irak et en Syrie.

Le gouvernement a placé cette ville de 30 000 habitants sur la liste des trente quartiers de «reconquête républicaine» impliquant des moyens et des effectifs supplémentaires pour la police.

L’attaque intervient alors que la France vit depuis 2015 sous une constante menace terroriste depuis la vague d’attentats djihadistes sans précédent, et a été frappée deux fois cette année au cours d’attaques qui ont fait cinq morts.

La vague d’attentats djihadistes en France a fait 246 tués en plus de trois ans, dont le dernier a succombé à une attaque au couteau dans le centre de Paris le 12 mai dernier.

Au total, 51 attentats ont été déjoués depuis janvier 2015.

Trappes : que sait-on de l’homme qui a tué sa mère et sa sœur ?

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

U outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Ldc : Basaksehir surprend Man United, Demba Ba buteur !

04/11/2020

Ldc :...

Défait ce week-end contre Arsenal à Old...
PSG: Mbappé en couple avec l'ex-petite amie de Neymar

04/11/2020

PSG: Mbappé...

Visiblement, les footballeurs sont très généreux ou...
Sans s3xe, un couple peut-il survivre?

04/11/2020

Sans s3xe,...

Peut-on vivre heureux en couple sans avoir...
Émigration clandestine au Sénégal : Deux étudiants y ont perdu la vie

04/11/2020

Émigration clandestine...

Le nombre de candidats sénégalais au voyage...
Justice - Sénégal : Assane Diouf entendu ce 10 novembre

04/11/2020

Justice –...

Placé sous mandat de dépôt, depuis juin,...
COMMUNIQUE DE PRESSE DU COLLECTIF DES Avocats DE SEM HENRI KONAN BEDIE ET DES LEADERS DE L’OPPOSITION POLITIQUE IVOIRIENNE

04/11/2020

COMMUNIQUE DE...

Le lundi 02 novembre 2020, des personnes...
VIDEO-SENEGAL-les deals commencent : Des paroles décevantes du nouveau ministre de l’artisanat du Sénégal.

04/11/2020

VIDEO-SENEGAL-les deals...

Avec ce nouveau remaniement au Sénégal, de...
Togo/Communiqué sanctionnant le conseil des ministres du 4 novembre 2020

04/11/2020

Togo/Communiqué sanctionnant...

1. Le Conseil des Ministres s’est réuni...
Au Sénégal, la mer a tué en une semaine plus de personnes que le Covid-19

04/11/2020

Au Sénégal,...

C’est le catastrophe dans les côtes sénégalaises....
VIDEO (Triste) : Des images émouvantes des quelques rescapés du bateau  sénégalais.

04/11/2020

VIDEO (Triste)...

Une pirogue sénégalaise qui a quitté  Mbour ...
Eto’o : «Sadio Mané me fait plaisir, je veux qu’il remporte le BO européen...»

04/11/2020

Eto’o :...

Présent à Dakar (Sénégal) pour le pré-lancement...
ALASSANE OUATTARA DÉCAISSE 18 MILLIARDS DE FCFA AFIN DE SOUDOYER LES GÉNÉRAUX DE L’ARMÉE POUR ALLER EN GUERRE CONTRE LE PEUPLE.

04/11/2020

ALASSANE OUATTARA...

  Juste avant le scrutin du 31...
Coup de tonnerre: Les Forces spéciales menacent d'arrêter Alassane Ouattara

04/11/2020

Coup de...

Un militaire des forces spéciales d'Alassane Ouattara...
Alassane Ouattara coincé par ses propres éléments ?

04/11/2020

Alassane Ouattara...

Alassane Ouattara, le président ivoirien vient d’être...
Interview de Laurent Gbagbo sur la tension politique ivoirienne

04/11/2020

Interview de...

Question (TV5) : Depuis l'annonce de la...
Liverpool : Jota explique pourquoi c’est facile d’évoluer aux côtés de Mané et Salah

04/11/2020

Liverpool :...

Liverpool a humilié hier mardi Atalanta en...
Présidentielle en Côte d'Ivoire : KKB félicite Alassane Ouattara

04/11/2020

Présidentielle en...

Au lendemain des élections présidentielles tenues dans...
Gfm : Ndoye Bane donne le prénom de sa fille à Deguene Chimère

04/11/2020

Gfm :...

L’animateur de la Tfm, Ndoye Bane a...
Troubles à Bettié : retour au calme dans la localité

04/11/2020

Troubles à...

Trois jours après les troubles du scrutin...
Trump annonce avoir gagné l’élection avant même la fin du décompte des voix

04/11/2020

Trump annonce...

Donald Trump a annoncé mardi 3 novembre...

rance: un homme abattu après avoir tué sa mère et sa soeur près de Paris

Ce jeudi 23 août en milieu de matinée, un homme armé d’un couteau a tué deux membres de sa famille: sa mère et sa soeur. Une passante, victime elle aussi, est actuellement soignée et son pronostic vital est engagé. Que sait-on de l’assaillant, Khamel S. ? LCI fait le point.

Ce jeudi matin, rue Camille-Claudel à Trappes (Yvelines), Khamel S., 36 ans, a tué sa mère ainsi que sa sœur et blessé une passante, dont le pronostic vital est engagé. Retranché dans un pavillon, il a par la suite été abattu par les policiers à l’extérieur de la villa.

Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, a dressé le portrait d’un individu ayant des « problèmes psychiatriques importants ». Toujours selon le ministre, il était fiché au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) pour avoir fait l’apologie du terrorisme en 2016, mais présentait davantage le profil d’un « déséquilibré » que de quelqu’un « d’engagé » pouvant répondre aux « ordres et consignes » d’une « organisation terroriste, et de Daech en particulier ».

Khamel S., 36 ans, est né à Trappes. Il habitait chez sa mère et était inscrit au registre des exploitants de VTC. Selon nos informations, il était inscrit au FSPRT depuis 2016 pour apologie du terrorisme et fiché S, depuis le début de l’été. La RATP confirme à LCI qu’elle a mis fin à son contrat, en octobre 2016, pour non respect de l’article 8 de son contrat de travail relatif à la laïcité. De plus, il avait porté plainte contre sa mère pour une affaire d’héritage.

Un homme armé d’un couteau a tué sa mère et sa soeur et blessé grièvement une troisième personne, jeudi près de Paris, avant d’être tué par la police, les autorités tentant de déterminer si cet acte revêtait un caractère terroriste.

Après les faits commis à Trappes, commune défavorisée au sud-ouest de Paris, l’assaillant s’est retranché dans un pavillon, dont il est sorti en menaçant les forces de l’ordre, qui l’ont alors abattu, a indiqué à l’AFP une source policière.

«L’individu a été neutralisé», a confirmé sur Twitter le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Les deux personnes tuées sont la mère et la soeur de l’assaillant, a annoncé à l’AFP une source proche de l’enquête, ce qui semble favoriser la piste d’un différend familial, et non l’hypothèse terroriste. Les autorités disaient cependant dans la matinée n’exclure aucune piste.

Le parquet antiterroriste n’a pas été saisi, malgré une revendication effectuée peu après par le groupe djihadiste État islamique (EI). Selon l’EI, le «combattant» de Trappes a commis l’attaque «à la faveur des appels à cibler des ressortissants des pays de la coalition» internationale anti-EI, a indiqué l’agence de propagande du groupe Amaq.

La crédibilité des revendications de l’organisation terroriste est cependant de plus en plus contestée par les experts, alors qu’EI tente de compenser sa déroute sur le terrain.

Filière d’islam radical

Mercredi, dans un message diffusé mercredi sur Telegram par des comptes pro-EI, le chef d’EI, Abou Bakr al-Baghdadi, a appelé ses partisans à poursuivre le «jihad» dans le premier enregistrement qui lui est attribué en près d’un an.

Le «calife» auto-proclamé appelle à «frapper pour terroriser», exhortant ses partisans en Occident à mener des attaques à l’explosif ou à l’arme blanche «sur leurs terres».

Cet enregistrement a été diffusé alors que l’EI est acculé en Syrie et a été chassé de tous les centres urbains d’Irak après avoir contrôlé de vastes territoires dans ces deux pays.

L’assaillant de Trappes était fiché pour des faits d’apologie du terrorisme remontant à 2016, selon la source proche de l’enquête.

Trappes, commune pauvre de la grande banlieue de Paris, est réputée pour abriter une filière de l’islam radical. D’après une source antiterroriste, une cinquantaine de personnes de cette filière sont parties combattre en Irak et en Syrie.

Le gouvernement a placé cette ville de 30 000 habitants sur la liste des trente quartiers de «reconquête républicaine» impliquant des moyens et des effectifs supplémentaires pour la police.

L’attaque intervient alors que la France vit depuis 2015 sous une constante menace terroriste depuis la vague d’attentats djihadistes sans précédent, et a été frappée deux fois cette année au cours d’attaques qui ont fait cinq morts.

La vague d’attentats djihadistes en France a fait 246 tués en plus de trois ans, dont le dernier a succombé à une attaque au couteau dans le centre de Paris le 12 mai dernier.

Au total, 51 attentats ont été déjoués depuis janvier 2015.

Trappes : que sait-on de l’homme qui a tué sa mère et sa sœur ?

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire