Facebook/ Autorisation des messages haineux contre les russes : l’ONU inquiète


Video player

Facebook et Instagram ont déclaré qu’ils allaient autoriser les utilisateurs de certains pays à appeler à la violence contre le président russe Vladimir Poutine et les soldats russes. C’est une décision qui suscite l’inquiétude au sein des locaux de l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Selon des courriels internes adressés à ses modérateurs de contenu, Meta, la maison mère de Facebook, autorise aussi temporairement certains messages appelant à la mort du président russe Vladimir Poutine ou du président biélorusse Alexandre Loukachenko.

Réagissant à l’assouplissement des règles de Meta, la porte-parole du Bureau des droits de l’homme de l’ONU, Elizabeth Throssell, a déclaré que la politique manquait de clarté, ce qui “pourrait certainement contribuer à l’amélioration de la situation”.

“Il s’agit manifestement d’une question très, très complexe, mais elle soulève des inquiétudes au regard du droit des droits de l’homme et du droit humanitaire international”, a déclaré à la presse à Genève la porte-parole du bureau des droits de l’homme des Nations unies.

 

Facebook protéger le droit des Ukrainiens

Les appels à la mort des dirigeants seront autorisés à moins qu’ils ne contiennent d’autres cibles ou qu’ils présentent deux indicateurs de crédibilité, tels que le lieu ou la méthode, indique un courriel, dans le cadre d’une modification récente des règles de l’entreprise en matière de violence et d’incitation.

La décision de permettre aux utilisateurs de certains pays de pouvoir faire de tels posts, selon Nick Clegg, responsable des affaires mondiales de Meta, est temporaire et “prise dans des circonstances extraordinaires et sans précédent.”

“Je veux être clair comme de l’eau de roche : nos politiques sont axées sur la protection du droit des gens à s’exprimer en tant qu’expression d’autodéfense en réaction à une invasion militaire de leur pays”, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Il a fait remarquer que cette politique ne s’applique qu’à l’Ukraine et que la société n’a pas modifié ses politiques contre les discours haineux visant les Russes.

Les changements de politique temporaires sur les appels à la violence envers les soldats russes s’appliquent à l’Arménie, l’Azerbaïdjan, l’Estonie, la Géorgie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie, la Russie, la Slovaquie et l’Ukraine, selon un courriel.

 

La réplique de la Russie

En réponse à la nouvelle politique de Facebook à son encontre, la Russie a annoncé vendredi son intention de bloquer l’accès à Instagram et a lancé une procédure pénale contre son propriétaire, Meta Platforms Inc.

La décision de vendredi est la dernière en date dans la confrontation de la Russie avec les plateformes de médias sociaux basées aux États-Unis, qui s’est intensifiée depuis son invasion de l’Ukraine.

Le régulateur russe des communications et des médias, Roskomnadzor, a déclaré qu’il restreignait l’accès au très populaire Instagram parce que la plateforme diffuse des “appels à commettre des actes violents contre des citoyens russes, y compris du personnel militaire”. L’interdiction entrera en vigueur lundi, a-t-il précisé.

 

Source

[newsletter_form]
--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire