En difficulté financière, le Gabon a vendu ses avions militaires


Video player

Faces aux difficultés financières consécutives dues parfois à la mal gouvernance, Ali Bongo, le chef de l’Etat gabonais pense se rattraper par d’autres moyens. Le ministère de la défense nationale sous l’ordre du leader a vendu les avions militaires, qui sont en maintenance en Europe.

 Selon une source, le Gabon ne dispose plus de l’avion militaire. Le Lockheed C-130 Hercules, envoyé en révision en décembre 2014 au Portugal, aurait déjà été vendu par la junte au pouvoir. « Le gouvernement justifie cette décision par des difficultés de trésorerie auxquelles le pays est confronté », a expliqué la source, rapporté par le site d’information matinadafrique.com tout en précisant que toute la flotte militaire a été bradée en Europe.

Or, le Gabon était jusque-là l’un des rares pays en Afrique subsaharienne à posséder des avions militaires à la pointe de la technologie. Mais malheureusement, ces appareils qui pourriront faire la fierté d’une nation et d’un continent ne sont plus là.

Il est souvent difficile aux Gabonais de connaître mieux ces appareils d’autant plus que ce sont des appareils militaires et pour des raisons sécuritaires, ces avions chèrement acquis par le gouvernement n’étaient visibles que lors de la traditionnelle parade de la fête de l’indépendance sur le front de mer. Le public a toujours eu le loisir de voir évoluer ces appareils pilotés par des militaires gabonais et étrangers.

Selon le confrère matindafrique.com, en août 2006, le Gabon avait réceptionné trois avions de combat de type Mirage F-1 de fabrication française pour les attaques au sol. Ces appareils de haute gamme, répondant aux difficultés liées aux attaques terrestre  avaient été livrés par l’armée sud-africaine qui a formé des pilotes gabonais au terme du délai convenu avec les autorités gabonaises.

A la demande du tyran gabonais connu pour ses folies dispendieuses, écrit le confrère le Gabon a acheté des aéronefs dont des avions de combat Mirage F1, des hélicoptères Puma et un avion de transport Boeing 777. Ces appareils n’ont participé au dernier défilé de la fête nationale, au motif qu’ils manquaient de carburant.

« En réalité,  la vraie raison de l’absence de ces avions est qu’ils ont déjà été vendus par la présidence de la République. Les autorités ont justifié cette braderie par les difficultés de trésorerie que traverse notre pays » a confié la source, relevant que les recettes n’ont pas été versées au Trésor public.

Rappelons qu’avant les derniers avions achetés à la demande du président Ali Bongo, le Gabon possédait déjà des Mirage-5 acquis entre 1977 et 1985. Ces appareils constituaient la flotte de combat de l’armée de l’air gabonaise. Après les échecs des développements du Mirage I et II, le Mirage III de Dassault aviation était retenu par les armées de certains pays.

 

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire