Le pouvoir de l'information à votre portée sur doingbuzz.com
Egypte : une fille en prison à cause de TikTok
03/08/2020 à 11h27 par Dani Djanta

 

En Egypte, utiliser TikTok peut mener en prison. Accusées d'incitation à la débauche, Manar Samy a été condamnée il y a quelques jours à trois ans de prison pour « incitation à la débauche » pour des vidéos postées sur le réseau social TikTok.

 

TikTok  est une application  mobile de partage de vidéo et de réseautage social lancée en septembre 2016. Son logo évoque une note de musique. Les autorités égyptiennes exercent depuis quelques années un contrôle plus strict d'Internet à la faveur de lois leur permettant de bloquer des sites considérés comme une menace pour la sécurité nationale et de surveiller les comptes affichant plus de 5000 abonnés.

 

Ce jugement intervient quelques jours après la condamnation par un autre tribunal de cinq Egyptiennes à deux ans de prison pour atteinte aux bonnes mœurs, également pour des publications sur TikTok, l'application la plus populaire chez les 15-25 ans du moment à travers le monde. Ce sont « toutes des femmes, toutes jeunes, toutes exerçant leur droit à la liberté d'expression en ligne », a affirmé l'ONG de protection des libertés numériques Access Now.

Lire aussi : USA : Grace, 15 ans, en prison pour devoirs de maison non faits

Depuis que le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi a ratifié la loi sur la cybercriminalité et adopté une nouvelle loi sur la régulation des médias il y a deux ans, la répression des défenseurs des droits de l'homme, des militants et des « influenceurs » de tout type a plus qu'empiré.

 

La loi sur la cybercriminalité autorise la surveillance en ligne, le blocage des sites web et la surveillance des internautes et de l'utilisation des services de communication en Égypte. C'est la plus récente d'une série de lois de plus en plus sévères adoptées depuis la victoire du gouvernement actuel aux élections de 2015.

 

Selon des groupes de défense des droits de l'homme, les libertés ont été considérablement réduites en Égypte depuis l'arrivée au pouvoir d'Abdel Fattah al-Sissi en 2014. De nombreux comédiens, universitaires, blogueurs, journalistes, dissidents, avocats et militants ont été jetés en prison ces dernières années. S'y ajoutent désormais ces influenceuses.

 

« Cela n'a rien à voir avec la protection des valeurs de la société. Il s'agit de surveiller et de contrôler Internet », a dénoncé Marwa Fatafta, de l'ONG Access Now, affirmant que « désormais, la répression en ligne s'étend aussi aux activités apolitiques ». « Se posant en arbitres de la moralité, les autorités égyptiennes édictent des lignes rouges sur ce qui est permis socialement et politiquement sur Internet », a critiqué Marwa Fatafta.

 

Avec leparisien.fr

Lire aussi : Côte d'Ivoire : Fabrice Sawegnon condamné à 12 mois de prison avec sursis

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 78 710 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Si vous êtes au Togo, on vous recommande ce site pour mieux vendre et acheter

togopapel

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Côte d'Ivoire/ Unité d'action : Guillaume Soro a le soutien d'Henri Konan Bédié

18/09/2020

Côte d’Ivoire/...

  Après avoir été écarté de la...
Chine: une bactérie s’échappe d’un laboratoire et contamine plus de 3 000 personnes

18/09/2020

Chine: une...

3.245 personnes ont été infectées par la...
Soro Guillaume: “tant que nous ne sommes pas candidats ce scrutin n’aura pas lieu”

18/09/2020

Soro Guillaume:...

Soro Kigbafori guillaume livrait une conférence de...
Gohou Michel sacré meilleur humoriste africain 2020

18/09/2020

Gohou Michel...

Une fois de plus, Gohou Michel porte...
Etats-Unis: le président Trump visé par une nouvelle accusation d’agression sexuelle

18/09/2020

Etats-Unis: le...

Amy Dorris c’est l’ex-mannequin âgée aujourd’hui de...
Nigeria : un employé d’aéroport « suspendu » pour avoir « demandé de l’argent à Davido » (vidéo)

18/09/2020

Nigeria :...

Un employé d’aéroport, qui a récemment fait...
Quelle est la fortune de Céline Dion ?

18/09/2020

Quelle est...

Céline Dion, née le 30 mars 1968...
Côte d'Ivoire : Chris Yapi répond à ceux qui veulent le connaître

17/09/2020

Côte d’Ivoire...

Toujours présent sur les réseaux sociaux mais...
Côte d'Ivoire : Vincent Toh Bi Irié dévoile enfin les raisons de sa démission

17/09/2020

Côte d’Ivoire...

Le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié...
USA : la famille d'une afro-américaine tuée par la Police reçoit 12 millions de dollars

17/09/2020

USA :...

12 millions de dollars comme  dédommagement pour...
Côte d'Ivoire : bras de fer autour de l'éligibilité de Guillaume Soro

17/09/2020

Côte d’Ivoire...

C’est une bonne nouvelle pour le candidat...
Ghana : un voleur d’ordinateur écope de 21 ans de prison

17/09/2020

Ghana :...

La cour de justice du circuit de...
Des célébrités américaines boycottent Instagram

17/09/2020

Des célébrités...

  Ce mercredi 16 septembre, plusieurs personnalités...
USA : une femme reçoit une carte postale 100 ans après son envoi

17/09/2020

USA :...

Une femme s’est rendue sur les réseaux...
Côte d’Ivoire / Arrestation de Koua Justin à Korhogo : voici les raisons avancées

17/09/2020

Côte d’Ivoire...

Koua Justin, très proche de l’ancien président...
Un politicien devient populaire après avoir publié plus de 10000 photos à la fois sur son compte Facebook

17/09/2020

Un politicien...

Avant l’invention des médias sociaux, la politique...
Cameroun : Mgr Abraham Kome exige un code électoral équitable

17/09/2020

Cameroun :...

Monsieur Abraham Kome, l’évêque de Bafang dans...
PIB: la Côte d’Ivoire devient le pays le plus riche de l’Afrique de l’Ouest

17/09/2020

PIB: la...

L’économie ivoirienne a connu une belle progression...
Des sanctions économiques imposées à l’ancienne première dame gambienne par les Etats-Unis.

17/09/2020

Des sanctions...

Ce mardi 15 septembre, des sanctions économiques...
Muhammadu Buhari : « le Nigeria est la nation africaine la plus prospère du monde »

17/09/2020

Muhammadu Buhari...

Alors que le Nigeria se prépare à...

 

En Egypte, utiliser TikTok peut mener en prison. Accusées d'incitation à la débauche, Manar Samy a été condamnée il y a quelques jours à trois ans de prison pour « incitation à la débauche » pour des vidéos postées sur le réseau social TikTok.

 

TikTok  est une application  mobile de partage de vidéo et de réseautage social lancée en septembre 2016. Son logo évoque une note de musique. Les autorités égyptiennes exercent depuis quelques années un contrôle plus strict d'Internet à la faveur de lois leur permettant de bloquer des sites considérés comme une menace pour la sécurité nationale et de surveiller les comptes affichant plus de 5000 abonnés.

 

Ce jugement intervient quelques jours après la condamnation par un autre tribunal de cinq Egyptiennes à deux ans de prison pour atteinte aux bonnes mœurs, également pour des publications sur TikTok, l'application la plus populaire chez les 15-25 ans du moment à travers le monde. Ce sont « toutes des femmes, toutes jeunes, toutes exerçant leur droit à la liberté d'expression en ligne », a affirmé l'ONG de protection des libertés numériques Access Now.

Lire aussi : USA : Grace, 15 ans, en prison pour devoirs de maison non faits

Depuis que le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi a ratifié la loi sur la cybercriminalité et adopté une nouvelle loi sur la régulation des médias il y a deux ans, la répression des défenseurs des droits de l'homme, des militants et des « influenceurs » de tout type a plus qu'empiré.

 

La loi sur la cybercriminalité autorise la surveillance en ligne, le blocage des sites web et la surveillance des internautes et de l'utilisation des services de communication en Égypte. C'est la plus récente d'une série de lois de plus en plus sévères adoptées depuis la victoire du gouvernement actuel aux élections de 2015.

 

Selon des groupes de défense des droits de l'homme, les libertés ont été considérablement réduites en Égypte depuis l'arrivée au pouvoir d'Abdel Fattah al-Sissi en 2014. De nombreux comédiens, universitaires, blogueurs, journalistes, dissidents, avocats et militants ont été jetés en prison ces dernières années. S'y ajoutent désormais ces influenceuses.

 

« Cela n'a rien à voir avec la protection des valeurs de la société. Il s'agit de surveiller et de contrôler Internet », a dénoncé Marwa Fatafta, de l'ONG Access Now, affirmant que « désormais, la répression en ligne s'étend aussi aux activités apolitiques ». « Se posant en arbitres de la moralité, les autorités égyptiennes édictent des lignes rouges sur ce qui est permis socialement et politiquement sur Internet », a critiqué Marwa Fatafta.

 

Avec leparisien.fr

Lire aussi : Côte d'Ivoire : Fabrice Sawegnon condamné à 12 mois de prison avec sursis

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 78 710 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire