Ed Sheeran remporte son procès pour plagiat contre Marvin Gaye

Ed Sheeran Remporte Son Procès Pour Plagiat Contre Marvin Gaye

Le roi de la pop britannique Ed Sheeran a remporté une bataille judiciaire au civil à New York contre les héritiers du musicien et producteur américain Ed Townsend, qui avait co-écrit la chanson « Let’s Get It On » avec la légende afro-américaine de la soul Marvin Gaye (1939-1984).

Les plaignants accusaient Sheeran d’avoir plagié une partie de cette chanson dans son tube mondial « Thinking Out Loud » de 2014. Le jury du tribunal fédéral de Manhattan a finalement décidé qu’Ed avait créé sa chanson « de manière indépendante » et que le titre de Marvin Gaye n’était donc pas une copie partielle du morceau de Gaye en 1973.

Lire aussi : Ed Sheeran au centre d’une polémique : La star accusée de plagiat

Ed Sheeran Remporte Son Procès Pour Plagiat Contre Marvin Gaye

Lors des audiences qui ont duré dix jours, Ed Sheeran avait joué de la guitare et chanté devant le tribunal en gage de bonne foi, tandis que les plaignants avaient pointé des « similitudes frappantes et des éléments communs manifestes » entre les deux chansons. Un musicologue cité par l’accusation avait déclaré que la progression d’accords sur les deux morceaux de Sheeran et de Gaye était quasiment identique.

Ed avait également remporté une bataille judiciaire distincte devant la Haute Cour de Londres en avril 2022, où il avait été accusé d’avoir copié une œuvre d’autres musiciens pour son tube « Shape Of You ». À la sortie du tribunal new-yorkais, le chanteur s’est déclaré « très content » de sa victoire contre une plainte « sans fondement », mais également « incroyablement frustré » qu’une telle affaire sur les droits d’auteur « puisse aller devant les tribunaux ».

Ed Sheeran, Accusé De Plagiat, Tube ,Shape Of You

Certains musicologues et juristes avaient averti que si le verdict avait été rendu en faveur des plaignants, cela aurait pu « refroidir » les artistes dans leur création musicale, entraînant ainsi une multiplication de conflits sur les droits d’auteurs et une forme de « paranoïa » qui se développerait chez les musiciens terrifiés à l’idée de se copier les uns les autres.