Donald Trump porte plainte contre Twitter

 

L’ancien président Donald Trump poursuit Twitter dans l’espoir d’inciter la plateforme de médias sociaux à rétablir son compte. Le milliardaire républicain base sa plainte sur une nouvelle loi de Floride.

Dans une plainte déposée dans le Southern District of Florida vendredi soir, Trump demande une injonction préliminaire sur l’interdiction de Twitter. L’ancien président argue que la plateforme viole le premier amendement, ainsi que la législation signée par le gouverneur Ron DeSantis en mai.

Dans la plainte de Donald Trump, qui a été rapportée par The Verge, la plateforme de médias sociaux est décrite comme « une avenue majeure du discours public ». Et la plateforme aurait été « contrainte par les membres du Congrès des États-Unis » à le censurer.

À lire aussi :
Donald Trump a-t-il transmis les codes nucléaires à Joe Biden ?

La plainte indique que le compte Twitter de Trump était une « source importante de nouvelles et d’informations sur les affaires gouvernementales », le qualifiant de « mairie numérique ». En interdisant le compte de l’ancien président, la plainte soutient que la plateforme contrôle le discours politique et est « profondément dangereuse pour le débat démocratique ouvert. »

La plainte de Trump s’appuie également sur une nouvelle loi de Floride qui fait l’objet de ses propres batailles judiciaires. La nouvelle loi citée dans la plainte était une priorité de la législature de l’État contrôlée par les républicains. Cette mesure vise à limiter le contrôle des médias sociaux sur ce qui apparaît sur leurs plateformes.

À lire aussi :
En cas de divorce avec Donald Trump, Melania  toucherait cette somme astronomique

La loi exige des entreprises de médias sociaux qu’elles publient leurs conditions de service avec des normes pour traiter des questions telles que la censure, le déplafonnement et le blocage des utilisateurs, et qu’elles appliquent ces normes de manière cohérente. Citant cette mesure, la plainte fait valoir que Twitter a appliqué ses règles concernant les messages COVID-19 de manière incohérente, « pour apaiser les acteurs gouvernementaux qui ont généralement approuvé les manifestations de l’été 2020″, mais « désapprouvé les événements du 6 janvier ».

À lire aussi :
IVANA TRUMP : CE TERRIBLE DRAME AVANT SA RENCONTRE AVEC DONALD TRUMP

Twitter a banni Trump de sa plateforme en janvier, à la suite des émeutes du 6 janvier qui ont entraîné la mort de cinq personnes. L’application avait initialement suspendu Trump pendant 12 heures pour « violations répétées et graves de notre politique d’intégrité civique », en réponse à ses fausses affirmations selon lesquelles l’élection était frauduleuse. Deux jours plus tard, la plateforme a décidé d’imposer une interdiction permanente, incitant d’autres médias sociaux comme Facebook et Snapchat à faire de même.

Avec Le Monde

--
jobwide
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire