Des règles irrégulières peuvent-elles affecter la santé cardiaque des femmes ?


Video player

En Inde, près de 25 à 30 % des femmes en âge de procréer souffrent du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ou de la maladie des ovaires polykystiques (MOPK). C’est également la raison la plus fréquente de l’infertilité féminine.

 

Le syndrome des ovaires polykystiques fait partie du syndrome métabolique caractérisé par une résistance à l’insuline et un excès d’hormones androgènes « mâles ». Cela entraîne des règles irrégulières, une prise de poids, un profil lipidique anormal et le diabète. « On note une association avec un mode de vie sédentaire, un début de dépression et d’hypertension », note le Dr Rajpal Singh, directeur et cardiologue interventionnel, Fortis La Femme Hospital, Richmond road, Bangalore.

 

Bien que la cause exacte du SOPK ne soit pas connue, cette affection est liée à des niveaux élevés d’insuline et d’autres hormones dans l’organisme.

Comme le SOPK affecte le fonctionnement des ovaires, il provoque des règles irrégulières, des ovaires polykystiques et un excès de pilosité faciale ou corporelle dû à des niveaux élevés d’hormones mâles. Le diagnostic de SOPK amène naturellement à s’inquiéter de l’effet que cette affection peut avoir sur la fertilité d’une femme.

 

« D’un point de vue cardiovasculaire, la présence des anomalies métaboliques susmentionnées double pratiquement le risque de maladies cardiovasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux. Il est donc important de traiter les symptômes du SOPK de manière précoce et agressive », ajoute le Dr Singh.

Lire aussi : 4 choses que vous ne saviez pas sur le sexe pendant les règles

La modification du mode de vie constitue la pierre angulaire de la prise en charge. La perte de poids, la discrétion diététique, l’exercice physique régulier, l’arrêt du tabac et l’examen par un gynécologue spécialisé dans le SOPK sont obligatoires. La perte de sommeil, la mauvaise estime de soi qui conduit à l’inutilité et à la frustration, voire à des pensées suicidaires, sont étroitement liées à l’équilibre délicat des hormones qui est gravement perturbé chez les femmes qui ne font pas suffisamment attention à leur santé.

 

Il a été démontré que l’utilisation de médicaments tels que la metformine, les inhibiteurs de l’ECA/ARB, l’aspirine et les statines est associée à de meilleurs résultats cardiovasculaires chez ces patients. « En cas d’apparition de symptômes cardiaques ou neurologiques, il faut consulter un cardiologue interventionnel expérimenté », suggère le médecin.

 

Il est important de noter que le SOPK est un problème de mode de vie, dont les symptômes peuvent être facilement contrôlés par de simples modifications quotidiennes. Une fois que les déséquilibres hormonaux sont corrigés par des mesures simples comme l’exercice, les restrictions et les modifications alimentaires, les manifestations psychologiques comme l’anxiété, la dépression, les sautes d’humeur et les excès alimentaires sont automatiquement contrôlés.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire