Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Des infirmières perdent leur emploi après qu’une vidéo virale les montre en train de maltraiter un bébé
02/01/2020 à 18h07 par La redaction

Quand nous pensons aux infirmières, nous imaginons tout de suite des personnes dévouées pour leurs patients et leur bien-être. Nous sommes bien loin d’imaginer des exceptions qui déchaînent leur haine sur des bébés. Pourtant, ces harpies ont maltraité sans scrupules un nouveau-né en lui déformant le visage sous l’hilarité générale. La vidéo virale de cette odieuse « plaisanterie » a ébranlé la toile. Fort heureusement, les instigatrices de ces maltraitances ont perdu leur emploi. Ce témoignage nous est relayé par nos confrères du site américain The Daily Mail.

Trois femmes viennent entacher la réputation dont jouit le personnel soignant dans le monde entier. Ces infirmières saoudiennes ont heureusement été prises en flagrant délit de maltraitance sur un nouveau-né grâce à une vidéo qu’elles ont-elles-mêmes publiée sur les réseaux sociaux. Ce contenu peut heurter les âmes sensibles. Ces femmes sans-cœur malmenaient terriblement le pauvre bébé en lui écrabouillant le visage.

Maltraitances
Cette histoire prend lieu et place en Arabie Saoudite. Alors qu’elles étaient chargées de s’occuper d’un nourrisson atteint d’une infection, elles se filment en train de malmener le pauvre bébé malade. Sur la vidéo, nous pouvons voir l’une des infirmières écrabouiller avec ses mains le visage du nouveau-né pendant que sa collègue, en train de filmer, s’esclaffe.

Vidéo virale
Fort heureusement, les harpies ont été prises au dépourvu. Leur vidéo virale a pu aider à les identifier et la direction s’est vite chargé de licencier ces infirmières sans scrupules. Le porte-parole des Affaires Sanitaires d’Arabie Saoudite a vite réagi face à cette odieuse affaire. « Le ministère s’est chargé d’enquêter sur la vidéo et a vite identifié les infirmières et l’établissement où l’incident a eu lieu » déclare-t-il. Après ces investigations, les infirmières ont été suspendues de leurs fonctions et ont été interdites d’exercer leur métier dans d’autres établissements. Une sentence juste au vu de leurs actes odieux sur un nouveau-né. Les parents ont également été témoins de ces maltraitances en visionnant la vidéo sur les réseaux sociaux.

Indignation générale
Cette vidéo virale publiée sur les réseaux sociaux n’a pas manqué de susciter l’indignation générale. Parmi les commentaires que nous pouvons lire : « Comment osent-elles faire ça à ce bébé ? » ou « Ces infirmières ont de la chance que je ne sois pas la mère de ce bébé. J’aurais écrabouillé leurs visages encore plus fort » Un journaliste saoudien a jugé que leur sentence était insuffisante et réclame un emprisonnement pour châtiments corporels sur mineurs. Les noms de ces infirmières ont été gardés secrets et leurs licences médicales ont été révoquées. Heureusement, ces femmes font figure d’exception au cœur d’une profession respectée qui place le bien-être de ses patients en priorité et ce, dans des conditions de plus en plus difficiles.

Surveiller et punir
Cette vidéo a soulevé le débat autour de la nécessité de placer des caméras de surveillance dans les établissements hospitaliers. Et pour cause, les dérives potentielles devront être encadrées et surveillées à l’aide d’outils efficaces à titre préventif.

Maltraitances hospitalières : les Ehpad sur la sellette
En France, les maltraitances en milieu hospitalier concernent surtout les personnes âgées et dépendantes. Dans le département du Val-de-Marne, un aide-soignant a été pris en flagrant délit de maltraitances sur une nonagénaire. La famille de cette résidente à l’Etablissement hospitalier pour les personnes âgées et dépendantes (Ehpad) était déjà soupçonneuse de mauvais traitements à son égard. A l’aide de la caméra de vidéosurveillance, ils ont pu prouver que ce membre du personnel médical a traîné la nonagénaire par les jambes avant de la jeter sur son lit. On impute souvent ces maltraitances aux conditions de plus en plus difficiles et au manque d’effectif hospitalier.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 576 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Crise au Nigeria: le président Buhari réunit ses prédécesseurs

23/10/2020

Crise au...

Alors que la crise continue au Nigeria,...
Mali : l’armée affirme avoir repris Farabougou, assiégé par des jihadistes

23/10/2020

Mali :...

Les forces armées maliennes ont annoncé avoir...
Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'opposition ne veut pas négocier avec le pouvoir mais appelle à "une médiation internationale"

23/10/2020

Présidentielle en...

Voiture incendiée lors de manifestations contre un...
Guinée: Alpha Condé “force” la victoire dans un pays à feu et à sang

23/10/2020

Guinée: Alpha...

Alors que la Commission électorale indépendante (CENI)...
Guinée Conakry : Alpha Condé passe au premier tour selon des résultats préliminaires rendus publics par la CENI.

23/10/2020

Guinée Conakry...

Les résultats provisoires globaux de la présidentielle...
Togo : La jeune Gisèle Victoria Magbo brille dans la diaspora

23/10/2020

Togo :...

Elle s’appelle Gisèle Victoria Magbo et est...
Crise cardiaque :  Sidiki Diakité est mort

23/10/2020

Crise cardiaque...

La mort d'une personnalité publique est souvent...
Sidiki Diakité est mort

23/10/2020

Sidiki Diakité...

  Sidiki Diabaté de la Côte d'Ivoire...
Violences policières au Nigeria : les femmes s'exposent seins nus

23/10/2020

Violences policières...

Les protestations contre les violences policières se...
Egypte/ Justice: 49 personnes exécutées en 10 jour

23/10/2020

Egypte/ Justice:...

La condamnation à mort est toujours effective...
Les internautes tournent en dérision la rencontre Bédié-Ouattara

23/10/2020

Les internautes...

    Pour apaiser la tension pré-électorale...
Burkina Faso : Roch Kaboré envisage le retour de Blaise Compaoré, s'il est réélu

23/10/2020

Burkina Faso...

  L'ancien président burkinabè Blaise Compaoré pourrait...
Mali: Après Sidiki Diabaté et sa mère, un autre membre de la famille jeté en prison

23/10/2020

Mali: Après...

Décidément, la famille de Sidiki Diabaté a...
Bamba Moriféré : ” Alassane Ouattara n’est pas un Ivoirien. C’est un homme dangereux “

23/10/2020

Bamba Moriféré...

L’opposant Bamba Moriféré a fait une adresse...
Côte d’Ivoire / Violences préélectorales : 8 morts et 41 blessés à Dabou

23/10/2020

Côte d’Ivoire...

La flambée de violences qui s’est emparée...
Main tendue du gouvernement ivoirien / Blé Guirao (UDPCI) : ” On n’est plus à ce niveau …”

23/10/2020

Main tendue...

Le Secrétaire Général de l’UDPCI, ex-allié du...
Mamadou Koulibaly : “Ouattara pense que c’est un droit pour lui de tuer les Ivoiriens

23/10/2020

Mamadou Koulibaly...

Le Professeur Mamadou Koulibaly garde toujours une...
Guinée / élection présidentielle : les observateurs de la Cedeao surpris en train de se partager de l’argent-(Source)

23/10/2020

Guinée /...

Dans la soirée du mercredi, des journalistes...
Côte d’Ivoire /Dialogue politique : Bédié et Affi dénoncent le jeu trouble de la CEDEAO

23/10/2020

Côte d’Ivoire...

Les candidats Henri Konan Bédié et Pascal...
Violences en Côte d'Ivoire : Kerozen arrête la musique

23/10/2020

Violences en...

  La Côte d'Ivoire est en train...

Quand nous pensons aux infirmières, nous imaginons tout de suite des personnes dévouées pour leurs patients et leur bien-être. Nous sommes bien loin d’imaginer des exceptions qui déchaînent leur haine sur des bébés. Pourtant, ces harpies ont maltraité sans scrupules un nouveau-né en lui déformant le visage sous l’hilarité générale. La vidéo virale de cette odieuse « plaisanterie » a ébranlé la toile. Fort heureusement, les instigatrices de ces maltraitances ont perdu leur emploi. Ce témoignage nous est relayé par nos confrères du site américain The Daily Mail.

Trois femmes viennent entacher la réputation dont jouit le personnel soignant dans le monde entier. Ces infirmières saoudiennes ont heureusement été prises en flagrant délit de maltraitance sur un nouveau-né grâce à une vidéo qu’elles ont-elles-mêmes publiée sur les réseaux sociaux. Ce contenu peut heurter les âmes sensibles. Ces femmes sans-cœur malmenaient terriblement le pauvre bébé en lui écrabouillant le visage.

Maltraitances
Cette histoire prend lieu et place en Arabie Saoudite. Alors qu’elles étaient chargées de s’occuper d’un nourrisson atteint d’une infection, elles se filment en train de malmener le pauvre bébé malade. Sur la vidéo, nous pouvons voir l’une des infirmières écrabouiller avec ses mains le visage du nouveau-né pendant que sa collègue, en train de filmer, s’esclaffe.

Vidéo virale
Fort heureusement, les harpies ont été prises au dépourvu. Leur vidéo virale a pu aider à les identifier et la direction s’est vite chargé de licencier ces infirmières sans scrupules. Le porte-parole des Affaires Sanitaires d’Arabie Saoudite a vite réagi face à cette odieuse affaire. « Le ministère s’est chargé d’enquêter sur la vidéo et a vite identifié les infirmières et l’établissement où l’incident a eu lieu » déclare-t-il. Après ces investigations, les infirmières ont été suspendues de leurs fonctions et ont été interdites d’exercer leur métier dans d’autres établissements. Une sentence juste au vu de leurs actes odieux sur un nouveau-né. Les parents ont également été témoins de ces maltraitances en visionnant la vidéo sur les réseaux sociaux.

Indignation générale
Cette vidéo virale publiée sur les réseaux sociaux n’a pas manqué de susciter l’indignation générale. Parmi les commentaires que nous pouvons lire : « Comment osent-elles faire ça à ce bébé ? » ou « Ces infirmières ont de la chance que je ne sois pas la mère de ce bébé. J’aurais écrabouillé leurs visages encore plus fort » Un journaliste saoudien a jugé que leur sentence était insuffisante et réclame un emprisonnement pour châtiments corporels sur mineurs. Les noms de ces infirmières ont été gardés secrets et leurs licences médicales ont été révoquées. Heureusement, ces femmes font figure d’exception au cœur d’une profession respectée qui place le bien-être de ses patients en priorité et ce, dans des conditions de plus en plus difficiles.

Surveiller et punir
Cette vidéo a soulevé le débat autour de la nécessité de placer des caméras de surveillance dans les établissements hospitaliers. Et pour cause, les dérives potentielles devront être encadrées et surveillées à l’aide d’outils efficaces à titre préventif.

Maltraitances hospitalières : les Ehpad sur la sellette
En France, les maltraitances en milieu hospitalier concernent surtout les personnes âgées et dépendantes. Dans le département du Val-de-Marne, un aide-soignant a été pris en flagrant délit de maltraitances sur une nonagénaire. La famille de cette résidente à l’Etablissement hospitalier pour les personnes âgées et dépendantes (Ehpad) était déjà soupçonneuse de mauvais traitements à son égard. A l’aide de la caméra de vidéosurveillance, ils ont pu prouver que ce membre du personnel médical a traîné la nonagénaire par les jambes avant de la jeter sur son lit. On impute souvent ces maltraitances aux conditions de plus en plus difficiles et au manque d’effectif hospitalier.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 576 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire