Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Des dizaines de milliers de manifestants et des violences à l’hôpital
17/06/2020 à 11h08 par La redaction

L’hôpital public a organisé une manifestation historique : 18 000 personnes à Paris, 220 cortèges dans toute la France. Elle a drainé bien au-delà de l’hôpital, des artistes aux politiques et aux gilets jaunes. Les simples usagers étaient aussi nombreux. Reportages à Brest et à Paris, qui a connu des violences.

Une justice aux larmes de sang a plané au-dessus de la manifestation de l’hôpital public, mardi 16 juin, à Paris. À un moment, elle a affronté les corbeaux noirs de l’aveuglement, de l’imprévoyance ou du cynisme. Concentrée comme dans son théâtre, la metteuse en scène Ariane Mnouchkine a dirigé ses acteurs. En exergue, les paroles d’Agamemnon : « Lourde est la profération coléreuse des citoyens. Il faudra payer le prix de la malédiction populaire. »

 © CCC© CCC

« L’hôpital public est notre bien commun, explique Ariane Mnouchkine, il est abîmé depuis des dizaines d’années. Consciemment ou non, quelque chose de la démocratie est attaqué par les pouvoirs. Cela devient dangereux. » Touchée par le Covid-19, elle a découvert « avec retard les mensonges accumulés », et avec le confinement, « quelque chose d’infantilisant ».

L’hôpital public manifeste inlassablement depuis plus d’un an. Avec l’épidémie, ses soutiens sont devenus nombreux et divers : artistes, politiques, comme Manon Aubry (LFI) ou Olivier Faure (PS), syndicats et associations, dont les « Rosie » féministes d’Attac. Des jeunes femmes du mouvement pour le climat marchent aussi pour l’hôpital, parce que « notre système capitaliste nous rend malades », explique Gabriele. « Cette épidémie est liée à notre surconsommation, notre surproduction. L’hôpital doit lui aussi produire toujours plus. » Des centaines de gilets jaunes et de black blocs sont présents également.

Le dispositif policier est massif : les CRS quadrillent le quartier entre le ministère de la santé et l’esplanade des Invalides, bloquent les rues. Les canons à eau sont bien en évidence, étrange écho à la grande manifestation des infirmières en 1988, contre lesquelles ils ont été utilisés. Le gouvernement socialiste de Michel Rocard est sorti affaibli de l’épisode. Sur l’esplanade des Invalides, à la fin de la manifestation, des heurts ont opposé gilets jaunes et black blocs aux forces de l’ordre. Celles-ci ont chargé, sous les huées des hospitaliers. Il y a eu des blessés.

Une soignante interpellée par les forces de l'ordre lors de la manifestation parisienne du 16 juin 2020. © Antoine GuibertUne soignante interpellée par les forces de l'ordre lors de la manifestation parisienne du 16 juin 2020. © Antoine Guibert

C’est la plus grosse manifestation de l’hôpital à ce jour : 18 000 participants à Paris. Et elle a largement dépassé la capitale : 220 manifestations étaient programmées dans toute la France. À Brest, sur les téléphones tombent les nouvelles du cortège parisien, envoyées par la quinzaine de collègues, membre du syndicat Sud et du collectif Inter-Urgences, parties manifester dans la capitale. Rien à voir avec l’ambiance tout a fait bon enfant du défilé brestois. « Des images dont les journalistes vont encore faire leur beurre. Que ça m’agace ! », note Valérie, aide-soignante à l’Ehpad public Kerlevenez.

Laëtitia Le Gleau, infirmière en hépatologie à l’hôpital de Brest, pleure. Alors que les soignants sortent par centaines de la cour de l’hôpital Morvan, au centre-ville, portant pancartes et drapeaux, ils sont applaudis, sans relâche, par les manifestants restés sur le trottoir. « On l’a vu à la télévision, on le sait bien que les gens nous soutiennent, mais là, ça fait quelque chose… »

Comme dans une vingtaine de villes en Bretagne, les usagers se sont joints à cette journée de manifestation. « Pendant toute la période de confinement, cela me semblait difficile de montrer son soutien, confirme Sylvain (prénom d’emprunt), un Brestois qui travaille dans un établissement culturel. À part au balcon et sur Internet, mais c’était un peu frustrant. » Pour le jeune homme, « tout le secteur public souffre des mêmes maux depuis une décennie, une vente de l’État par morceaux. Et l’hôpital est un marché juteux. »

Passée de la recherche en génétique au théâtre, Maëva Le Hir, venue en soutien elle aussi, espère que « le mouvement ne va pas retomber » : « Il ne faut pas rater le dernier virage avant le mur, en multipliant les actions. » Avec son collectif culturel, Le Maquis, elle était déjà dans la rue la semaine passée pour lutter contre le racisme et les violences policières.

Pour cette autre manifestante, retraitée de l’hôpital de Brest, revenir dans la rue aujourd’hui n’avait rien d’évident. C’est d’ailleurs sa sœur, ancienne institutrice, qui lui a soufflé l’idée. « J’ai tellement souffert ici, mais chut, c’est tabou de dire qu’on va mal à l’hôpital, raconte-t-elle avec amertume. Sur les suicides, les burn-out, silence radio ! » Cela fait pourtant des années que cette ancienne infirmière attend que ses « collègues se bougent les fesses ! » « La révolte arrive enfin, elle a eu un coup de pouce grâce au Covid, c’est étrange, mais mieux que rien… » L’ancienne infirmière n’a jamais vu autant de monde à une manifestation de soignants dans cette grande ville du Finistère, même si la majorité sont des professionnels de santé.

« Autant de monde, à Brest, c’est inédit », confirme Pascale Robardet, responsable du syndicat Sud santé au CHU régional Brest-Carhaix.

La manifestation à Brest. © Mathilde GoanecLa manifestation à Brest. © Mathilde Goanec

« À Lorient, ils ont commencé au petit déjeuner, avec les usagers. À Morlaix, ils ont organisé des grillades, ici on a attendu 18 heures pour mettre un point d’orgue à cette journée, et accueillir les gens qui travaillent, explique Thomas Bourhis, secrétaire du syndicat CGT à l’hôpital. On espère que les gens ont pris conscience au cours de cette crise que le système de santé protège tout le monde, et que c’est leur affaire à eux aussi. »

Laëtitia Le Gleau, alors que la place de la mairie se noircit de monde pour les prises de parole en fin de journée, n’est pas sûre que la mobilisation du jour change cependant quelque chose : « Des promesses, cela fait longtemps qu’on nous en fait ! », dit-elle. Mais elle convaincue d’une chose : « Ce n’est même pas une question de salaire, mais avant tout une question de moyens. Si nous sommes bien traités, les gens seront mieux soignés. »

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 527 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Côte d’Ivoire : l’opposition veut empêcher les élections « par tous les moyens légaux »

16/10/2020

Côte d’Ivoire :...

L’opposition ivoirienne veut empêcher les élections par...
Bénin : La grotte mariale de Dassa-Zoumè cambriolée

16/10/2020

Bénin :...

L’église de la grotte mariale  logée  dans...
Bénin/ Ecole : châtiments corporels équivalent à licenciement

16/10/2020

Bénin/ Ecole...

Au Bénin, un chef d'établissement scolaire qui...
Présidentielle ivoirienne / Des anti-3e mandat entrent en action et barrent des routes

16/10/2020

Présidentielle ivoirienne...

Depuis ce jeudi 15 octobre matin, il...
Présidentielle ivoirienne : Bédié et Affi ordonnent le blocage du processus électoral “par tous les moyens légaux”

16/10/2020

Présidentielle ivoirienne...

Henri Konan Bédié, candidat du PDCI et...
Restitution de la dent de Patrice Lumumba : un tribunal belge rend son verdict

16/10/2020

Restitution de...

Près de 60 ans après son assassinat...
Affaire Bishop Benjamin Boni convoqué pour une chanson : la police apporte des précisions

16/10/2020

Affaire Bishop...

La rumeur est devenue plus que virale...
Guillaume Soro en tournée européenne

15/10/2020

Guillaume Soro...

Le candidat à la présidentielle du 31...
"Ma femme ne sait pas faire l'amour, je suis dépassé"

15/10/2020

« Ma femme...

Faire l’amour n’est pas une science. Selon...
"J'ai couché avec la femme de mon père"

15/10/2020

« J’ai couché...

« J'ai couché avec la femme de mon...
Grand P embrase la toile avec son incroyable anniversaire (Photos)

15/10/2020

Grand P...

Le 11 Octobre dernier, Grand P fêtait...
Togo : les ministres signent un engagement et se font admirer sur la toile

15/10/2020

Togo :...

Le "contrat d'engagement" signé par le gouvernement...
Interview de Koné Dramane, le militaire le plus recherché de Côte d’Ivoire

15/10/2020

Interview de...

Une interview de Koné Dramane, le militaire...
Rwanda: le commerce du cannabis autorisé

15/10/2020

Rwanda: le...

Le commerce du cannabis au Rwanda est...
Togo : Eugène Atigan rend un vibrant hommage à Tony B  Cool

15/10/2020

Togo :...

Eugène Atigan, dans un message laissé sur...
Meghan Markle: voici les raisons de son absence sur les réseaux sociaux

15/10/2020

Meghan Markle:...

Régulièrement critiquée sur les réseaux sociaux, Meghan...
Emma Lohoues remet les internautes à leurs places

15/10/2020

Emma Lohoues...

Emma Lohoues, critiquée pour avoir porté une...
Maryline Kouadio, Miss CI 2020 se fait lyncher après son passage sur une chaîne de télé

15/10/2020

Maryline Kouadio,...

C’est incontestable, la Miss CI 2020 est...
Présidentielle ivoirienne : l’artiste Meiway se dresse une nouvelle fois contre OUATTARA

15/10/2020

Présidentielle ivoirienne...

Frédéric Ehui, plus connu sous son nom...
Querelles politiques : Soro ” arrache ” le groupe parlementaire RACI à Soro Kanigui

15/10/2020

Querelles politiques...

Un autre palier vient d’être franchi dans...

L’hôpital public a organisé une manifestation historique : 18 000 personnes à Paris, 220 cortèges dans toute la France. Elle a drainé bien au-delà de l’hôpital, des artistes aux politiques et aux gilets jaunes. Les simples usagers étaient aussi nombreux. Reportages à Brest et à Paris, qui a connu des violences.

Une justice aux larmes de sang a plané au-dessus de la manifestation de l’hôpital public, mardi 16 juin, à Paris. À un moment, elle a affronté les corbeaux noirs de l’aveuglement, de l’imprévoyance ou du cynisme. Concentrée comme dans son théâtre, la metteuse en scène Ariane Mnouchkine a dirigé ses acteurs. En exergue, les paroles d’Agamemnon : « Lourde est la profération coléreuse des citoyens. Il faudra payer le prix de la malédiction populaire. »

 © CCC© CCC

« L’hôpital public est notre bien commun, explique Ariane Mnouchkine, il est abîmé depuis des dizaines d’années. Consciemment ou non, quelque chose de la démocratie est attaqué par les pouvoirs. Cela devient dangereux. » Touchée par le Covid-19, elle a découvert « avec retard les mensonges accumulés », et avec le confinement, « quelque chose d’infantilisant ».

L’hôpital public manifeste inlassablement depuis plus d’un an. Avec l’épidémie, ses soutiens sont devenus nombreux et divers : artistes, politiques, comme Manon Aubry (LFI) ou Olivier Faure (PS), syndicats et associations, dont les « Rosie » féministes d’Attac. Des jeunes femmes du mouvement pour le climat marchent aussi pour l’hôpital, parce que « notre système capitaliste nous rend malades », explique Gabriele. « Cette épidémie est liée à notre surconsommation, notre surproduction. L’hôpital doit lui aussi produire toujours plus. » Des centaines de gilets jaunes et de black blocs sont présents également.

Le dispositif policier est massif : les CRS quadrillent le quartier entre le ministère de la santé et l’esplanade des Invalides, bloquent les rues. Les canons à eau sont bien en évidence, étrange écho à la grande manifestation des infirmières en 1988, contre lesquelles ils ont été utilisés. Le gouvernement socialiste de Michel Rocard est sorti affaibli de l’épisode. Sur l’esplanade des Invalides, à la fin de la manifestation, des heurts ont opposé gilets jaunes et black blocs aux forces de l’ordre. Celles-ci ont chargé, sous les huées des hospitaliers. Il y a eu des blessés.

Une soignante interpellée par les forces de l'ordre lors de la manifestation parisienne du 16 juin 2020. © Antoine GuibertUne soignante interpellée par les forces de l'ordre lors de la manifestation parisienne du 16 juin 2020. © Antoine Guibert

C’est la plus grosse manifestation de l’hôpital à ce jour : 18 000 participants à Paris. Et elle a largement dépassé la capitale : 220 manifestations étaient programmées dans toute la France. À Brest, sur les téléphones tombent les nouvelles du cortège parisien, envoyées par la quinzaine de collègues, membre du syndicat Sud et du collectif Inter-Urgences, parties manifester dans la capitale. Rien à voir avec l’ambiance tout a fait bon enfant du défilé brestois. « Des images dont les journalistes vont encore faire leur beurre. Que ça m’agace ! », note Valérie, aide-soignante à l’Ehpad public Kerlevenez.

Laëtitia Le Gleau, infirmière en hépatologie à l’hôpital de Brest, pleure. Alors que les soignants sortent par centaines de la cour de l’hôpital Morvan, au centre-ville, portant pancartes et drapeaux, ils sont applaudis, sans relâche, par les manifestants restés sur le trottoir. « On l’a vu à la télévision, on le sait bien que les gens nous soutiennent, mais là, ça fait quelque chose… »

Comme dans une vingtaine de villes en Bretagne, les usagers se sont joints à cette journée de manifestation. « Pendant toute la période de confinement, cela me semblait difficile de montrer son soutien, confirme Sylvain (prénom d’emprunt), un Brestois qui travaille dans un établissement culturel. À part au balcon et sur Internet, mais c’était un peu frustrant. » Pour le jeune homme, « tout le secteur public souffre des mêmes maux depuis une décennie, une vente de l’État par morceaux. Et l’hôpital est un marché juteux. »

Passée de la recherche en génétique au théâtre, Maëva Le Hir, venue en soutien elle aussi, espère que « le mouvement ne va pas retomber » : « Il ne faut pas rater le dernier virage avant le mur, en multipliant les actions. » Avec son collectif culturel, Le Maquis, elle était déjà dans la rue la semaine passée pour lutter contre le racisme et les violences policières.

Pour cette autre manifestante, retraitée de l’hôpital de Brest, revenir dans la rue aujourd’hui n’avait rien d’évident. C’est d’ailleurs sa sœur, ancienne institutrice, qui lui a soufflé l’idée. « J’ai tellement souffert ici, mais chut, c’est tabou de dire qu’on va mal à l’hôpital, raconte-t-elle avec amertume. Sur les suicides, les burn-out, silence radio ! » Cela fait pourtant des années que cette ancienne infirmière attend que ses « collègues se bougent les fesses ! » « La révolte arrive enfin, elle a eu un coup de pouce grâce au Covid, c’est étrange, mais mieux que rien… » L’ancienne infirmière n’a jamais vu autant de monde à une manifestation de soignants dans cette grande ville du Finistère, même si la majorité sont des professionnels de santé.

« Autant de monde, à Brest, c’est inédit », confirme Pascale Robardet, responsable du syndicat Sud santé au CHU régional Brest-Carhaix.

La manifestation à Brest. © Mathilde GoanecLa manifestation à Brest. © Mathilde Goanec

« À Lorient, ils ont commencé au petit déjeuner, avec les usagers. À Morlaix, ils ont organisé des grillades, ici on a attendu 18 heures pour mettre un point d’orgue à cette journée, et accueillir les gens qui travaillent, explique Thomas Bourhis, secrétaire du syndicat CGT à l’hôpital. On espère que les gens ont pris conscience au cours de cette crise que le système de santé protège tout le monde, et que c’est leur affaire à eux aussi. »

Laëtitia Le Gleau, alors que la place de la mairie se noircit de monde pour les prises de parole en fin de journée, n’est pas sûre que la mobilisation du jour change cependant quelque chose : « Des promesses, cela fait longtemps qu’on nous en fait ! », dit-elle. Mais elle convaincue d’une chose : « Ce n’est même pas une question de salaire, mais avant tout une question de moyens. Si nous sommes bien traités, les gens seront mieux soignés. »

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 527 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire