Actualités

Démission de Hashim Thaçi, président kosovar ce 5 novembre 2020

Démission De Hashim Thaçi, Président Kosovar Ce 5 Novembre 2020

Hashim Thaçi, président kosovar, a démissionné ce 5 novembre 2020, après la confirmation de son inculpation par la Haye de crimes de guerre.

« Il y a quelques instants j’ai été informé officiellement qu’un juge du tribunal spécial avait confirmé mon inculpation », a déclaré le Président kosovar, lors d’une conférence de presse. « Comme je l’ai promis, je ne vais permettre dans aucune circonstance que je me présente devant la cour en tant que président de la République du Kosovo », a-t-il ajouté. « En conséquence, pour défendre l’intégrité de la fonction de président et du Kosovo, ainsi que la dignité des citoyens, je démissionne du poste de président de la République du Kosovo ».

À lire aussi :   Côte d'Ivoire/Politique : Encore une démission au FPI

Agé de 52 ans, Hashim Thaçi est l’ancien chef politique de l’Armée de libération du Kosovo (UCK), une organisation paramilitaire qui a combattu pour l’indépendance du Kosovo à la fin des années 1990. Sa mise en accusation pour meurtres, disparitions, persécutions et tortures, avait été rendue publique en juin.

 

Hashim Thaçi proclame depuis toujours son innocence dans le conflit de 1998-99, accusant la justice internationale de “réécrire l’Histoire”. La plupart des habitants du Kosovo considèrent le conflit comme une “guerre juste” contre l’oppresseur serbe.

Son allié proche, Kadri Veseli, ex-patron du renseignement de la guérilla kosovare, a également annoncé jeudi la confirmation de son inculpation par le tribunal de La Haye.

À lire aussi :   Etats-Unis : Trump appelle à la démission de Joe Biden

Le KSC est une instance de droit kosovar composée de juges internationaux et chargée d’enquêter sur des crimes commis par l’UCK des indépendantistes kosovars pendant et après le conflit de 1998-99, principalement à l’encontre de Serbes, de Roms et d’opposants kosovars à la guérilla. Ce tribunal spécial siège aux Pays-Bas afin de protéger les témoins qui sont soumis à des pressions et des menaces.

Le dernier conflit en ex-Yougoslavie, la guerre du Kosovo entre forces serbes et guérilla indépendantiste kosovare albanaise a fait plus de 13.000 morts, des Albanais pour la plupart.

À lire aussi :   "Je préfère être tué", Alpha Condé à propos de la signature de sa démission
--
redaction web redaction web
groupe emploi whatsapp doingbuzz

Cliquer ici pour les autres groupes👆

Publicité 3vision-group

Abonne toi à la chaine Youtube

Laisser votre commentaire