Doing Buzz: Emploi, Actualité, Concours,Tech, People, Télécharger etc..
De la prison avec sursis requise contre Mélenchon
21/09/2019 à 12h02 par La redaction
Le ministère public a requis vendredi trois mois de prison avec sursis contre Jean-Luc Mélenchon, jugé ces deux derniers jours à Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour les incidents qui ont émaillé des perquisitions notamment au siège de La France insoumise. Les procureurs ont également réclamé une amende de 8.000 euros à l’encontre du député de Marseille, poursuivi pour rébellion, rébellion en réunion, provocation à la rébellion et actes d’intimidation envers un magistrat et des policiers.
Le parquet s’est montré plus indulgent avec les cinq autres prévenus, dont le député Alexis Corbière et l’eurodéputé Manuel Bompard, contre qui sont requises des amendes de 2.000 à 10.000 euros, sans emprisonnement. Ces réquisitions sont très inférieures aux peines encourues, notamment dans le cas de Jean-Luc Mélenchon, qui risque théoriquement dix ans de prison ferme et 150.000 euros d’amende. A l’audience, le candidat aux présidentielles de 2012 et 2017 a soutenu jeudi la thèse du “procès politique” visant, selon lui, à “flétrir” l’opposant qu’il est.
 Devant le tribunal, magistrats et avocats ont rejoué, vidéos à l’appui, les perquisitions du 16 octobre 2018, en particulier celle au siège de LFI qui a viré à la cohue, contraignant le parquet à écourter les opérations. Ces perquisitions avaient lieu dans le cadre de deux enquêtes préliminaires ouvertes par le parquet de Paris, liées à des soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen et aux comptes de la campagne présidentielle du candidat, en 2017.
 Simon Carraud, édité par Jean-Philippe Lefief
coronavirus

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 36 499 autres abonnés

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE - OFFRE D'EMPLOI - BOURSE D'ETUDES - ANNONCE -BUSINESS - GODOGODOO groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Le ministère public a requis vendredi trois mois de prison avec sursis contre Jean-Luc Mélenchon, jugé ces deux derniers jours à Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour les incidents qui ont émaillé des perquisitions notamment au siège de La France insoumise. Les procureurs ont également réclamé une amende de 8.000 euros à l’encontre du député de Marseille, poursuivi pour rébellion, rébellion en réunion, provocation à la rébellion et actes d’intimidation envers un magistrat et des policiers.
Le parquet s’est montré plus indulgent avec les cinq autres prévenus, dont le député Alexis Corbière et l’eurodéputé Manuel Bompard, contre qui sont requises des amendes de 2.000 à 10.000 euros, sans emprisonnement. Ces réquisitions sont très inférieures aux peines encourues, notamment dans le cas de Jean-Luc Mélenchon, qui risque théoriquement dix ans de prison ferme et 150.000 euros d’amende. A l’audience, le candidat aux présidentielles de 2012 et 2017 a soutenu jeudi la thèse du “procès politique” visant, selon lui, à “flétrir” l’opposant qu’il est.
 Devant le tribunal, magistrats et avocats ont rejoué, vidéos à l’appui, les perquisitions du 16 octobre 2018, en particulier celle au siège de LFI qui a viré à la cohue, contraignant le parquet à écourter les opérations. Ces perquisitions avaient lieu dans le cadre de deux enquêtes préliminaires ouvertes par le parquet de Paris, liées à des soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen et aux comptes de la campagne présidentielle du candidat, en 2017.
 Simon Carraud, édité par Jean-Philippe Lefief
coronavirus

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 36 499 autres abonnés

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire