Au Front populaire ivoirien, parti fondé par Laurent Gbagbo, rien ne va plus! après la rencontre manquée entre Affi N’Guessan et l’ancien président ivoirien, une grosse tête vient de déserter l’écurie.

Agnès Monnet n’est plus la secrétaire générale du Front Populaire Ivoirien (FPI). La députée d’Agou, localité du sud de la Côte d’Ivoire, à 60 km d’Abidjan, a rendu sa démission au président du parti, Pascal Affi N’Guessan.

Cette décision de la numéro 2 du parti à la rose, fait suite à la rencontre manquée entre Laurent Gbagbo et Affi N’Guessan. Les deux hommes devaient se rencontrer en Belgique, la semaine dernière, mais celle-ci n’a pu se tenir, en raison de conditions dénoncées par le dernier cité.

Affi N’Guessan, avait au lendemain de son retour à Abidjan, tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a désigné Laurent Gbagbo comme le principal responsable de la crise au FPI. Ces propos qui ont été fortement critiqués par une frange du FPI, notamment ceux qui ont pris fait et cause pour l’ancien président ivoirien.

Dans sa lettre de démission, Agnès Monnet exprime sa peine sur l’échec de ce qu’elle voyait comme l’ultime solution pour l’unité du FPI. Elle a ainsi démissionné pour exprimer sa désapprobation vis à vis des tournures prises par la crise.