Coup d’Etat au Soudan : Ce que l’on en sait

Une affaire de coup d’Etat secoue le Soudan depuis les premières heures de ce lundi 25 octobre. Le ministère de l’Information a annoncé qu’une bonne partie des dirigeants du pays, dont le Premier ministre Abdallah Hamdok, avaient été arrêtés et emmenés « vers une destination inconnue » par des hommes armés.

Dans la foulée, des centaines de manifestants sont descendus dans la rue pour « résister » à cette tentative de putsch. La situation reste tendue dans ce pays de l’Afrique de l’est en proie à une instabilité qui ne dit pas son nom.

Selon nos informations, le général Abdel Fattah al-Burhane est à la commande de la situation. Il a fait savoir qu’il souhaitait toujours « une transition vers un Etat civil et des élections libres en 2023″« .

Néanmoins, il a tout relevé tous les dirigeants de leurs fonctions, pour les remplacer, dit-il, par un nouveau gouvernement composé de « personnes compétentes ». Le général Burhane a décrété l’état d’urgence et s’est engagé à respecter les accords internationaux signés par le Soudan, l’un des quatre Etats arabes à avoir récemment décidé de reconnaître Israël.

Les Etats-Unis ont très vite réagi à ces arrestations par l’intermédiaire de leur émissaire en Afrique. Sur Twitter, Jeffrey Feltman a fait part de « l’inquiétude profonde » de son pays après les annonces de prise de pouvoir par des militaires.

Tout ce qui se passe aujourd’hui est la conséquence directe de l’éviction de l’ancien président Omar el-Béchir et son inculpation, les tenants du pouvoir se sont divisés. L’incompréhension est devenue maître fragilisant plus le pays. C’est le gouvernement de transition dirigés par des militaires et civils qui vient de tomber.

 

Nous y reviendrons…

 

Lire aussi : Interrogé sur le pardon aux victimes/ Laurent Gbagbo: « Je ne parle pas comme Blé Goudé »

 

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire