Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Coronavirus :  Voici quelques premières bonnes nouvelles
10/03/2020 à 11h57 par Georges Traore

Les chiffres des victimes du coronavirus ne fait que grimper dans le monde. Plus de 4000 morts ont été enregistrés aux dernières nouvelles. Mais dans cette masse de mauvaise nouvelle où plus de 100 000 personnes sont contaminées dans 91 pays du globe, le Covid-19 cache aussi des bonnes nouvelles comme le soulignent nos confrères de France 24.

 

Un air plus pur

 

Aussi banal que cela puisse paraître, l’apparition du virus rime avec la réduction des activités et donc des déplacements de personnes. Au-delà de cet aspect, c’est des milliers de véhicules de tout genre qui ne rejettent plus de CO2 dans la nature. Des usines aux arrêts, tout cela contribue à purifier l’air.

Deux clichés, publiés le 28 février par la Nasa sur Twitter, permettent en effet de visualiser la baisse du taux de dioxyde d’azote (NO2) entre janvier et février. "C’est la première fois que je constate une baisse aussi spectaculaire sur une zone aussi large", a fait savoir Fei Liu, chercheur sur la qualité de l'air au Goddard Space Flight Center de la Nasa.

Le trafic aérien a chuté de 17 180 vols le 22 janvier à 3 243 le 12 février, soit une baisse de 70 % du trafic par rapport au mois précédent.

 

Interdiction de consommation excessive des animaux sauvages

 

Comme au temps du Sras en 2013, le gouvernement chinois a décidé de passer à la vitesse supérieure en interdisant la surconsommation à tout va des animaux sauvages. Pour le moment, aucun lien direct n’a pu être établi entre le virus et un animal particulier.

Le comité permanent du parlement chinois a, approuvé cette proposition visant à "abolir la mauvaise habitude de trop consommer des animaux sauvages et protéger efficacement la santé et la vie de la population", a rapporté la télévision d'État CCTV.

Se basant sur "l'important problème de la consommation excessive d'animaux sauvages et les grands dangers cachés pour la santé et la sécurité publiques", Pékin a décidé de prendre de nouveau la situation en main. Reste à savoir si cela peut dissuader les Chinois.

Importance de la relocalisation d’entreprise

 

De nombreux chefs d’entreprise européens se sont rendus compte de leur dépendance de la Chine. C’est aussi grâce au coronavirus et les difficultés de s’approvisionner qu’ils ont compris l’enjeu. Mis en mal à cause du ralentissement de l’approvisionnement venant de Chine, certains d’entre eux ont pris conscience de l’intérêt de penser à des relocalisations.

C’est notamment le cas des industries pharmaceutiques particulièrement dépendantes de Pékin. "Il y a urgence à réduire notre dépendance à l’égard de ces pays et à rétablir notre souveraineté sanitaire, en particulier pour les médicaments indispensables tels que les antibiotiques ou les anticancéreux, a tancé Marie-Christine Belleville, membre de l’Académie de pharmacie. Il faut créer les conditions d’une relocalisation en Europe." Des relocalisations pourraient permettre de créer des emplois en Europe et baisser l’impact carbone des transports logistiques.

 

Des pangolins en survie

Pangolin

Pangolin

Au même moment, l’un des animaux les plus braconnés au monde, le pangolin peut survivre. Cet animal est très prisé dans la médecine chinoise particulièrement et de façon générale dans la cuisine. Avant l’épidémie de coronavirus, le pholidote à écailles était très prisé des Chinois, ses écailles faisaient la fortune des marchands de remèdes.      Le fait que les scientifiques aient fait le lien entre l’animal et le coronavirus a freiné la consommation de la viande de Pangolins. Selon les scientifiques, les pangolins seraient à l’origine de la transmission du covid 19.

Depuis 2017, les autorités chinoises ont interdit sa commercialisation. A s’en fier aux chiffres de l’ONG Traffic, 900 000 pangolins, en provenance d’Afrique, ont été vendus au marché noir en Asie du Sud-Est entre 2010 et 2019.

 

Baisse du prix de l’essence à la pompe

Le prix de l’essence a baissé. Et cela ne fera que la joie des conducteurs. Cela dépend aussi des pays puisque la transparence n’est pas une règle d’or partout. Néanmoins, il faut remarquer que les cours du pétrole ne cessent de s’effondrer. Vendredi 6 mars, à Londres et à New York, les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service françaises ont stagné ou baissé la semaine dernière, selon les données du ministère de la Transition écologique et solidaire reprises par France 24.

L’épidémie crée des inquiétudes et fait baisser les prix du pétrole continuellement.

 

 

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Les chiffres des victimes du coronavirus ne fait que grimper dans le monde. Plus de 4000 morts ont été enregistrés aux dernières nouvelles. Mais dans cette masse de mauvaise nouvelle où plus de 100 000 personnes sont contaminées dans 91 pays du globe, le Covid-19 cache aussi des bonnes nouvelles comme le soulignent nos confrères de France 24.

 

Un air plus pur

 

Aussi banal que cela puisse paraître, l’apparition du virus rime avec la réduction des activités et donc des déplacements de personnes. Au-delà de cet aspect, c’est des milliers de véhicules de tout genre qui ne rejettent plus de CO2 dans la nature. Des usines aux arrêts, tout cela contribue à purifier l’air.

Deux clichés, publiés le 28 février par la Nasa sur Twitter, permettent en effet de visualiser la baisse du taux de dioxyde d’azote (NO2) entre janvier et février. "C’est la première fois que je constate une baisse aussi spectaculaire sur une zone aussi large", a fait savoir Fei Liu, chercheur sur la qualité de l'air au Goddard Space Flight Center de la Nasa.

Le trafic aérien a chuté de 17 180 vols le 22 janvier à 3 243 le 12 février, soit une baisse de 70 % du trafic par rapport au mois précédent.

 

Interdiction de consommation excessive des animaux sauvages

 

Comme au temps du Sras en 2013, le gouvernement chinois a décidé de passer à la vitesse supérieure en interdisant la surconsommation à tout va des animaux sauvages. Pour le moment, aucun lien direct n’a pu être établi entre le virus et un animal particulier.

Le comité permanent du parlement chinois a, approuvé cette proposition visant à "abolir la mauvaise habitude de trop consommer des animaux sauvages et protéger efficacement la santé et la vie de la population", a rapporté la télévision d'État CCTV.

Se basant sur "l'important problème de la consommation excessive d'animaux sauvages et les grands dangers cachés pour la santé et la sécurité publiques", Pékin a décidé de prendre de nouveau la situation en main. Reste à savoir si cela peut dissuader les Chinois.

Importance de la relocalisation d’entreprise

 

De nombreux chefs d’entreprise européens se sont rendus compte de leur dépendance de la Chine. C’est aussi grâce au coronavirus et les difficultés de s’approvisionner qu’ils ont compris l’enjeu. Mis en mal à cause du ralentissement de l’approvisionnement venant de Chine, certains d’entre eux ont pris conscience de l’intérêt de penser à des relocalisations.

C’est notamment le cas des industries pharmaceutiques particulièrement dépendantes de Pékin. "Il y a urgence à réduire notre dépendance à l’égard de ces pays et à rétablir notre souveraineté sanitaire, en particulier pour les médicaments indispensables tels que les antibiotiques ou les anticancéreux, a tancé Marie-Christine Belleville, membre de l’Académie de pharmacie. Il faut créer les conditions d’une relocalisation en Europe." Des relocalisations pourraient permettre de créer des emplois en Europe et baisser l’impact carbone des transports logistiques.

 

Des pangolins en survie

Pangolin

Pangolin

Au même moment, l’un des animaux les plus braconnés au monde, le pangolin peut survivre. Cet animal est très prisé dans la médecine chinoise particulièrement et de façon générale dans la cuisine. Avant l’épidémie de coronavirus, le pholidote à écailles était très prisé des Chinois, ses écailles faisaient la fortune des marchands de remèdes.      Le fait que les scientifiques aient fait le lien entre l’animal et le coronavirus a freiné la consommation de la viande de Pangolins. Selon les scientifiques, les pangolins seraient à l’origine de la transmission du covid 19.

Depuis 2017, les autorités chinoises ont interdit sa commercialisation. A s’en fier aux chiffres de l’ONG Traffic, 900 000 pangolins, en provenance d’Afrique, ont été vendus au marché noir en Asie du Sud-Est entre 2010 et 2019.

 

Baisse du prix de l’essence à la pompe

Le prix de l’essence a baissé. Et cela ne fera que la joie des conducteurs. Cela dépend aussi des pays puisque la transparence n’est pas une règle d’or partout. Néanmoins, il faut remarquer que les cours du pétrole ne cessent de s’effondrer. Vendredi 6 mars, à Londres et à New York, les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service françaises ont stagné ou baissé la semaine dernière, selon les données du ministère de la Transition écologique et solidaire reprises par France 24.

L’épidémie crée des inquiétudes et fait baisser les prix du pétrole continuellement.

 

 

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire