Coronavirus : les conducteurs de moto taxi « Ole » sont en colère


Video player

Le coronavirus sème le chaos partout et ne manque pas de toucher plusieurs secteurs d’activité. Au Togo, les conducteurs de taxi moto plus précisement ceux de la société « Ole » se plaignent même si les autorités ne parlent pas encore de confinement. Ils se sont fait entendre ce 25 mars 2020 sur le média en ligne, Togo Infos.

La population togolaise se méfie du coronavirus, raison pour laquelle elle préfère s’autoconfiner bien avant que le gouvernement ne prenne cette mesure. Les conducteurs de taxi moto de la société « Ole » sont particulièrement impactés par ces mesures que prennent automatiquement la population dans la lutte contre la propagation du virus. « Les clients ne sortent plus à cause de cette pandémie », se plaignent-ils.

Togo: GoZem lance le premier service digital de réservation de Moto-Taxi-Communiqué

Ce qui nourrit encore plus la colère de ces conducteurs est la non adaptation du fonctionnement de la société « Ole » face à cette crise. » Nos responsables ne comprennent pas la situation. Ils veulent qu’on leur fasse le compte 2000 FCFA par jour comme on le faisait auparavant, mais les gens ne sortent plus. Ils ont peur du coronavirus. C’est pour cela on est venu leur dire de réduire le compte quotidien à 1000 FCFA. Ils refusent, c’est ce qui nous gêne. Lorsque la situation deviendra normale, on remontera à 2000 FCFA », a déclaré un conducteur à Togo Infos.

Les motos-taxis et les « Keke » (tricycles à moteur) sont interdits à Lagos

Les conducteurs veulent notamment des mesures d’accompagnement pour quatre semaines puisque l’activité est bloquée à cause de la pandémie du coronavirus.  » Si on gare les motos, on veut des mesures d’accompagnement. La pandémie est un imprévu et on doit prendre des mesures pour ces quatre semaines », a revendiqué un autre conducteur d’Ole.

Gozem et Total s’associent pour proposer des produits pétroliers de haute qualité aux conducteurs togolais

Outre cette revendication, les conducteurs de la société « Ole » veulent une amélioration de leur condition du travail, plus précisement de la journée de samedi.  » Samedi, les gens ne sortent pas, ils vont au travail mais la société veut encore 2000 FCFA en fin de journée. On est obligé d’aller emprunter de l’argent pour faire le compte en fin de journée. On veut qu’ils nous donnent la journée de samedi « , a-t-il fait savoir.

Pourtant, ils estiment être menacés lorsqu’ils se rassemblent pour revendiquer l’amélioration de leur condition de travail.  » Ils refusent qu’on ait des syndicats et on ne doit pas se rassembler. Si vous vous rassemblez, ils vont prendre votre moto « , ont-ils confié sur a chaîne You Tube du média.

 

Source : Togo Infos

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire