Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Coronavirus en Italie : les médecins doivent sélectionner les patients à soigner
23/03/2020 à 00h28 par La redaction

Alors que les hôpitaux sont submergés de malades infectés par le coronavirus, les médecins disent qu’ils sont confrontés au dilemme de choisir entre la vie et la mort de leurs patients. Une situation qu’ils disent n’avoir jamais vécue auparavant.

Les médecins en première ligne de la lutte contre le coronavirus en Italie disent qu’ils doivent sélectionner ceux qui reçoivent un traitement salvateur.

Les nouvelles infections à coronavirus se multipliant par centaines chaque jour, l’Italie a du mal à trouver suffisamment de lits dans les hôpitaux pour traiter les malades.

“Si une personne dont l’âge est compris entre 80 et 95 ans est en grave détresse respiratoire, il est peu probable qu’elle poursuive son traitement”, a déclaré au journal Corriere della Sera le médecin Christian Salaroli, chef de l’unité de soins intensifs d’un hôpital de Bergame, dans le nord de la Lombardie.

“Ce sont des mots terribles, mais qui sont malheureusement vrais. Nous ne sommes pas en mesure de tenter ce que vous appelez des miracles”, a dit M. Salaroli.

Mais qu’est-ce qui fait que ces décisions de vie ou de mort sont nécessaires dans le cas de l’épidémie en Italie ?

Des choix difficiles

Le coronavirus s’avère particulièrement mortel en Italie – plus de 4 000 personnes sont mortes en quatre semaines environ, dans ce pays, selon un bilan du samedi 21 mars. Le même jour, le décompte des infections en était 47 000 cas confirmés.

Selon les Nations unies, le pays a la deuxième population la plus âgée du monde après le Japon. Ces personnes sont celles qui souffrent le plus de la maladie, une fois qu’elles sont infectées.

Au début de ce mois, la Société italienne d’anesthésie, d’analgésie, de réanimation et de thérapie intensive (SIAARTI) a publié des recommandations éthiques destinées aux médecins qui devraient obtenir un lit de soins intensifs “dans des conditions exceptionnelles”, ce qui signifie qu’il n’y aurait pas de place pour tout le monde.

Plutôt que d’admettre les patients sur la base du “premier arrivé, premier servi”, la SIAARTI conseille aux médecins et aux infirmières confrontés aux “choix difficiles” de se concentrer sur les patients qui ont plus de chances de guérir après un traitement intensif.

“Ce n’est pas la SIAARTI qui propose de traiter certains patients et de limiter le traitement pour d’autres. Au contraire, ce sont les situations d’urgence qui [l’expliquent]”, précise la Société italienne d’anesthésie.

Tsunami

L’Italie compte environ 5 200 lits de soins intensifs, mais pendant les mois d’hiver, beaucoup d’entre eux sont déjà occupés par des patients souffrant de problèmes respiratoires.

La Lombardie et la Vénétie, régions situées dans le nord du pays, ne disposent que de 1 800 lits dans des établissements privés et publics.

Les autorités de ces régions du nord affirment qu’elles sont sur le point d’atteindre leur pleine capacité, et qu’elles seront bientôt à court de lits de soins intensifs.

“Les chiffres ont continué à augmenter. Nous sommes proches du moment où nous n’aurons plus de lits de soins intensifs”, a déclaré, lundi 9 mars, le gouverneur de la Lombardie, Attilio Fontana, dans une interview télévisée.

Le gouvernement travaille rapidement à la mise en place de centaines de lits de soins intensifs dans un établissement de santé construit dans l’urgence, dans le centre des expositions de la Fiera Milano – mais il n’a pas encore trouvé suffisamment de ventilateurs et d’infirmières.

Le médecin Stefano Magnone a dit à la BBC que l’hôpital dans lequel il travaille en Lombardie a atteint sa capacité d’accueil.

“La situation empire de jour en jour, car nous atteignons les limites de nos capacités, en termes de lits de soins intensifs, ainsi que dans les services ordinaires, pour traiter les patients atteints de coronavirus”, a-t-il déclaré.

“Dans notre province, nous sommes complètement à court de ressources, tant humaines que technologiques, nous attendons donc de nouveaux ventilateurs, de nouveaux dispositifs de ventilation…” a-t-il ajouté.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 519 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Alors que les hôpitaux sont submergés de malades infectés par le coronavirus, les médecins disent qu’ils sont confrontés au dilemme de choisir entre la vie et la mort de leurs patients. Une situation qu’ils disent n’avoir jamais vécue auparavant.

Les médecins en première ligne de la lutte contre le coronavirus en Italie disent qu’ils doivent sélectionner ceux qui reçoivent un traitement salvateur.

Les nouvelles infections à coronavirus se multipliant par centaines chaque jour, l’Italie a du mal à trouver suffisamment de lits dans les hôpitaux pour traiter les malades.

“Si une personne dont l’âge est compris entre 80 et 95 ans est en grave détresse respiratoire, il est peu probable qu’elle poursuive son traitement”, a déclaré au journal Corriere della Sera le médecin Christian Salaroli, chef de l’unité de soins intensifs d’un hôpital de Bergame, dans le nord de la Lombardie.

“Ce sont des mots terribles, mais qui sont malheureusement vrais. Nous ne sommes pas en mesure de tenter ce que vous appelez des miracles”, a dit M. Salaroli.

Mais qu’est-ce qui fait que ces décisions de vie ou de mort sont nécessaires dans le cas de l’épidémie en Italie ?

Des choix difficiles

Le coronavirus s’avère particulièrement mortel en Italie – plus de 4 000 personnes sont mortes en quatre semaines environ, dans ce pays, selon un bilan du samedi 21 mars. Le même jour, le décompte des infections en était 47 000 cas confirmés.

Selon les Nations unies, le pays a la deuxième population la plus âgée du monde après le Japon. Ces personnes sont celles qui souffrent le plus de la maladie, une fois qu’elles sont infectées.

Au début de ce mois, la Société italienne d’anesthésie, d’analgésie, de réanimation et de thérapie intensive (SIAARTI) a publié des recommandations éthiques destinées aux médecins qui devraient obtenir un lit de soins intensifs “dans des conditions exceptionnelles”, ce qui signifie qu’il n’y aurait pas de place pour tout le monde.

Plutôt que d’admettre les patients sur la base du “premier arrivé, premier servi”, la SIAARTI conseille aux médecins et aux infirmières confrontés aux “choix difficiles” de se concentrer sur les patients qui ont plus de chances de guérir après un traitement intensif.

“Ce n’est pas la SIAARTI qui propose de traiter certains patients et de limiter le traitement pour d’autres. Au contraire, ce sont les situations d’urgence qui [l’expliquent]”, précise la Société italienne d’anesthésie.

Tsunami

L’Italie compte environ 5 200 lits de soins intensifs, mais pendant les mois d’hiver, beaucoup d’entre eux sont déjà occupés par des patients souffrant de problèmes respiratoires.

La Lombardie et la Vénétie, régions situées dans le nord du pays, ne disposent que de 1 800 lits dans des établissements privés et publics.

Les autorités de ces régions du nord affirment qu’elles sont sur le point d’atteindre leur pleine capacité, et qu’elles seront bientôt à court de lits de soins intensifs.

“Les chiffres ont continué à augmenter. Nous sommes proches du moment où nous n’aurons plus de lits de soins intensifs”, a déclaré, lundi 9 mars, le gouverneur de la Lombardie, Attilio Fontana, dans une interview télévisée.

Le gouvernement travaille rapidement à la mise en place de centaines de lits de soins intensifs dans un établissement de santé construit dans l’urgence, dans le centre des expositions de la Fiera Milano – mais il n’a pas encore trouvé suffisamment de ventilateurs et d’infirmières.

Le médecin Stefano Magnone a dit à la BBC que l’hôpital dans lequel il travaille en Lombardie a atteint sa capacité d’accueil.

“La situation empire de jour en jour, car nous atteignons les limites de nos capacités, en termes de lits de soins intensifs, ainsi que dans les services ordinaires, pour traiter les patients atteints de coronavirus”, a-t-il déclaré.

“Dans notre province, nous sommes complètement à court de ressources, tant humaines que technologiques, nous attendons donc de nouveaux ventilateurs, de nouveaux dispositifs de ventilation…” a-t-il ajouté.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 519 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire