Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Coronavirus : dix réponses aux questions des étudiants étrangers en France
12/05/2020 à 10h27 par La redaction

Inscriptions, bourses, titres de séjour, stages à l’étranger… De nombreuses zones d’ombre demeurent sur le sort des étudiants étrangers en France en temps de pandémie.

Malgré le déconfinement progressif annoncé par le gouvernement, l’inquiétude des étudiants étrangers en France perdure. Parfois isolés et en difficulté à cause de la pandémie de Covid-19, ils s’interrogent sur leur avenir. Entre examens de fin d’année, renouvellement des titres de séjours et maintien des bourses, Jeune Afrique répond à leurs questions.

• Comment vont se dérouler les examens et les concours ?

Les examens en présentiel n’auront, quoi qu’il en soit, pas lieu avant le 20 juin. Certaines institutions et grandes écoles tentent de s’adapter, quitte à annuler des rendez-vous attendus : le célèbre « Grand Oral » de Sciences Po est remplacé par une note écrite. D’autres optent pour des oraux en visioconférence ou sur le contrôle continu. Des étudiants, notamment à l’Université de Paris 8, qui compte 30 % d’étudiants étrangers, ont demandé à ce que le deuxième trimestre soit gelé à cause des disparités d’accès aux technologies numériques.

• Les stages de fin d’études sont-ils maintenus ? 

« Mon stage est maintenu car il se déroule dans une région “verte”, sous réserve qu’il n’y ait pas de nouvelle vague de contaminations », explique une étudiante marocaine en journalisme. Tous n’ont pas cette chance et de nombreux stages ont été annulés. Dans ce cas, beaucoup d’écoles et universités proposent de les reporter, quitte à devoir de nouveau s’acquitter des frais de scolarité pour un trimestre supplémentaire pour certains établissements privés. D’autres acceptent de passer sur l’épreuve de la soutenance et de délivrer des diplômes sans le fameux « stage de fin d’études ». Dans les secteurs où cela est possible, les écoles conseillent souvent les stages en télétravail.

• Quid du renouvellement des titres de séjour ?

Très vite, le gouvernement a fait savoir que les titres de séjour des étudiants qui arrivent à échéance d’ici au 15 mai étaient prolongés de trois mois, en attendant une nouvelle communication. La prolongation vaut également pour les droits sociaux. « L’inverse aurait été incompréhensible… Mais ça a tout de même été un soulagement dans une période angoissante », souffle une étudiante à l’université de Paris 8.

• Puis-je bénéficier des aides spéciales annoncées par l’État ?

Le gouvernement français a annoncé avoir débloqué dix millions d’euros pour des « aides d’urgence ». Une partie de l’enveloppe servira à verser une somme de 200 euros aux étudiants précaires. Une baisse de ressources depuis le début de la pandémie permet d’y être éligible: perte d’un emploi étudiant, un stage rémunérateur annulé ou écourté.

• Ma bourse est-elle maintenue ? 

Les bourses les plus répandues – Crous, Campus France – sont maintenues, tout comme un certain nombre d’aides d’institutions privées, comme Émile Boutmy pour les étudiants étrangers de Sciences Po.

• Vais-je être remboursé si j’étudie dans le privé ?

Aucune mesure officielle n’a été annoncée. Mais selon des associations de consommateurs, les structures privées qui ont assuré une continuité pédagogique et ont fourni l’ensemble ou une partie des enseignements ne sont pas appelées à rembourser totalement les élèves et leurs familles. Certaines écoles ont toutefois proposé de petits abattements.

• Comment m’inscrire pour la rentrée 2020 ? 

Les établissements publics de l’enseignement supérieur ont revu leurs délais à la hausse pour accueillir les demandes des étudiants étrangers. Au lieu du 30 avril, les universités ont ainsi jusqu’au 30 juin pour répondre aux demandes d’admission préalable. Et les institutions s’adaptent : les oraux pour les admissions se feront en ligne.

Mais de nombreuses questions demeurent : « On ne sait pas encore si le même nombre de nouveaux étudiants étrangers sera accueilli à rentrée prochaine », s’inquiète Majdi Chaarana, vice-président de l’Unef, un des principaux syndicats étudiants en France. « Nous n’avons pas encore toutes les informations sur les visas qui seront octroyés, mais on nous a plutôt rassurés », explique de son côté un responsable d’une grande école privée parisienne, qui compte beaucoup sur la venue des étudiants étrangers.

• Les frais vont-ils diminuer ?

La question des frais de scolarité pour les étudiants étrangers est ouverte : après leur augmentation en 2019, de nombreuses universités avaient décidé de pratiquer malgré tout une exonération des frais supplémentaires. Ce mouvement pourrait connaître une hausse. De nombreuses voix s’inquiètent de voir le coronavirus impacter l’attractivité internationale des facs et écoles françaises et proposent de revoir à la baisse les frais de scolarité. Le débat est à suivre.

• Suis-je autorisé à rentrer voir ma famille pendant les vacances ?

Sur le papier, les retours vers un pays d’origine sont possibles. Des attestations de déplacement international peuvent être demandées. Néanmoins, les déplacements internationaux sont soumis à bien des aléas. Des liaisons aériennes ont été fermées, tout comme certains aéroports internationaux, à l’instar de celui d’Orly, qui pourrait rouvrir le 26 juin si la situation sanitaire s’améliore. Les voyageurs s’exposent à de possibles mesures de quarantaine à leur arrivée en fonction des pays.

• Je suis rentré dans mon pays avant le confinement. M’est-il possible de revenir en France ?

« Beaucoup d’étudiants sont rentrés dès que des mesures strictes de confinement se sont pointées à l’horizon », affirme un membre des équipes de Sciences Po Paris. Les retours sont possibles pour les étrangers titulaires d’un titre de séjour en cours de validité et pour les détenteurs de visas long séjour. Mais les cours dans le supérieur ne reprendront pas avant septembre.

• Qui sont mes interlocuteurs en cas de problème ?

Un numéro vert à destination des étudiants a été ouvert en France par le ministère – 0 806 000 278 -, qui anime aussi une plateforme, SupSolidaire. Campus France est un autre interlocuteur privilégié et informe les étudiants étrangers sur son site. Le syndicat étudiant Unef, qui compte un certain nombre d’adhérents étrangers, propose aussi de l’aide à l’information pour cette catégorie d’élèves.

Crédit: Jeune Afrique

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 506 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Inscriptions, bourses, titres de séjour, stages à l’étranger… De nombreuses zones d’ombre demeurent sur le sort des étudiants étrangers en France en temps de pandémie.

Malgré le déconfinement progressif annoncé par le gouvernement, l’inquiétude des étudiants étrangers en France perdure. Parfois isolés et en difficulté à cause de la pandémie de Covid-19, ils s’interrogent sur leur avenir. Entre examens de fin d’année, renouvellement des titres de séjours et maintien des bourses, Jeune Afrique répond à leurs questions.

• Comment vont se dérouler les examens et les concours ?

Les examens en présentiel n’auront, quoi qu’il en soit, pas lieu avant le 20 juin. Certaines institutions et grandes écoles tentent de s’adapter, quitte à annuler des rendez-vous attendus : le célèbre « Grand Oral » de Sciences Po est remplacé par une note écrite. D’autres optent pour des oraux en visioconférence ou sur le contrôle continu. Des étudiants, notamment à l’Université de Paris 8, qui compte 30 % d’étudiants étrangers, ont demandé à ce que le deuxième trimestre soit gelé à cause des disparités d’accès aux technologies numériques.

• Les stages de fin d’études sont-ils maintenus ? 

« Mon stage est maintenu car il se déroule dans une région “verte”, sous réserve qu’il n’y ait pas de nouvelle vague de contaminations », explique une étudiante marocaine en journalisme. Tous n’ont pas cette chance et de nombreux stages ont été annulés. Dans ce cas, beaucoup d’écoles et universités proposent de les reporter, quitte à devoir de nouveau s’acquitter des frais de scolarité pour un trimestre supplémentaire pour certains établissements privés. D’autres acceptent de passer sur l’épreuve de la soutenance et de délivrer des diplômes sans le fameux « stage de fin d’études ». Dans les secteurs où cela est possible, les écoles conseillent souvent les stages en télétravail.

• Quid du renouvellement des titres de séjour ?

Très vite, le gouvernement a fait savoir que les titres de séjour des étudiants qui arrivent à échéance d’ici au 15 mai étaient prolongés de trois mois, en attendant une nouvelle communication. La prolongation vaut également pour les droits sociaux. « L’inverse aurait été incompréhensible… Mais ça a tout de même été un soulagement dans une période angoissante », souffle une étudiante à l’université de Paris 8.

• Puis-je bénéficier des aides spéciales annoncées par l’État ?

Le gouvernement français a annoncé avoir débloqué dix millions d’euros pour des « aides d’urgence ». Une partie de l’enveloppe servira à verser une somme de 200 euros aux étudiants précaires. Une baisse de ressources depuis le début de la pandémie permet d’y être éligible: perte d’un emploi étudiant, un stage rémunérateur annulé ou écourté.

• Ma bourse est-elle maintenue ? 

Les bourses les plus répandues – Crous, Campus France – sont maintenues, tout comme un certain nombre d’aides d’institutions privées, comme Émile Boutmy pour les étudiants étrangers de Sciences Po.

• Vais-je être remboursé si j’étudie dans le privé ?

Aucune mesure officielle n’a été annoncée. Mais selon des associations de consommateurs, les structures privées qui ont assuré une continuité pédagogique et ont fourni l’ensemble ou une partie des enseignements ne sont pas appelées à rembourser totalement les élèves et leurs familles. Certaines écoles ont toutefois proposé de petits abattements.

• Comment m’inscrire pour la rentrée 2020 ? 

Les établissements publics de l’enseignement supérieur ont revu leurs délais à la hausse pour accueillir les demandes des étudiants étrangers. Au lieu du 30 avril, les universités ont ainsi jusqu’au 30 juin pour répondre aux demandes d’admission préalable. Et les institutions s’adaptent : les oraux pour les admissions se feront en ligne.

Mais de nombreuses questions demeurent : « On ne sait pas encore si le même nombre de nouveaux étudiants étrangers sera accueilli à rentrée prochaine », s’inquiète Majdi Chaarana, vice-président de l’Unef, un des principaux syndicats étudiants en France. « Nous n’avons pas encore toutes les informations sur les visas qui seront octroyés, mais on nous a plutôt rassurés », explique de son côté un responsable d’une grande école privée parisienne, qui compte beaucoup sur la venue des étudiants étrangers.

• Les frais vont-ils diminuer ?

La question des frais de scolarité pour les étudiants étrangers est ouverte : après leur augmentation en 2019, de nombreuses universités avaient décidé de pratiquer malgré tout une exonération des frais supplémentaires. Ce mouvement pourrait connaître une hausse. De nombreuses voix s’inquiètent de voir le coronavirus impacter l’attractivité internationale des facs et écoles françaises et proposent de revoir à la baisse les frais de scolarité. Le débat est à suivre.

• Suis-je autorisé à rentrer voir ma famille pendant les vacances ?

Sur le papier, les retours vers un pays d’origine sont possibles. Des attestations de déplacement international peuvent être demandées. Néanmoins, les déplacements internationaux sont soumis à bien des aléas. Des liaisons aériennes ont été fermées, tout comme certains aéroports internationaux, à l’instar de celui d’Orly, qui pourrait rouvrir le 26 juin si la situation sanitaire s’améliore. Les voyageurs s’exposent à de possibles mesures de quarantaine à leur arrivée en fonction des pays.

• Je suis rentré dans mon pays avant le confinement. M’est-il possible de revenir en France ?

« Beaucoup d’étudiants sont rentrés dès que des mesures strictes de confinement se sont pointées à l’horizon », affirme un membre des équipes de Sciences Po Paris. Les retours sont possibles pour les étrangers titulaires d’un titre de séjour en cours de validité et pour les détenteurs de visas long séjour. Mais les cours dans le supérieur ne reprendront pas avant septembre.

• Qui sont mes interlocuteurs en cas de problème ?

Un numéro vert à destination des étudiants a été ouvert en France par le ministère – 0 806 000 278 -, qui anime aussi une plateforme, SupSolidaire. Campus France est un autre interlocuteur privilégié et informe les étudiants étrangers sur son site. Le syndicat étudiant Unef, qui compte un certain nombre d’adhérents étrangers, propose aussi de l’aide à l’information pour cette catégorie d’élèves.

Crédit: Jeune Afrique

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 506 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire