Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Confinement, jour 2 : cinq recommandations de l’OMS pour « préserver sa santé mentale »
19/03/2020 à 22h48 par La redaction

CONSEILS - Alors que la France entre dans son 2e jour de restrictions des déplacements et de confinement de la population, l'Organisation mondiale de la santé donne ses conseils pour préserver sa santé mentale.

Confinement, jour 2. Les mesures de restriction des déplacements de la population, prises pour limiter la propagation du coronavirus en France, doivent durer 15 jours. Au moins. Si on suit les modèles chinois ou italiens, plusieurs semaines de confinement à domicile s'annoncent. Mais à tourner en rond chacun chez soi, parfois loin de ses proches, en étant peut-être en chômage partiel... L'ennui et l'angoisse montent vite.

La perspective de fortes conséquences d’ordre psychologique sur les citoyens concernés par ces mesures a rapidement été anticipée par les institutions de santé. L'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui dépend de l'ONU, a donc émis des recommandations pour préserver sa santé mentale durant cette épreuve. Astrid Chevance, psychiatre et doctorante en épidémiologie à Paris, est actuellement en train de les traduire, avec des collègues, pour que la France puisse les appliquer au mieux. Elle les commente pour LCI.

Prendre soin les uns des autres

 "Se protéger et se soutenir les uns les autres" : l'organisation appelle à la solidarité de la population avant tout, en proposant notamment de donner son numéro de téléphone à ses voisins, ou à des personnes qui peuvent avoir besoin d'une aide supplémentaire. Elle incite aussi à "trouvez des occasions de partager des histoires positives et pleines d'espoir à propos de personnes qui se sont rétablies suite au Covid-19".

De manière générale, "être en lien avec les autres", est primordial pour passer cette crise. Il est important de créer ou maintenir le contact avec ses proches mais aussi avec des personnes âgées ou isolées, qui ne doivent pas rester sans lien social durant cet intense moment de stress. "Les personnes âgées, qui présentent parfois des troubles cognitifs, peuvent être plus stressées voire agressives", prévient Astrid Chevance. "Il faut essayer d’être très clair, avec une information adaptée sur la situation en cours". Il faut aussi s'assurer que nos aînés ont les médicaments nécessaires, sans dévaliser les pharmacies. "C'est déraisonnable d’aller prendre des mois et des mois de traitements, une avance de quinze jours suffit", explique la psychiatre.

VOIR AUSSI

Il faut également éviter la prise d'alcool et de psychotropes. "Ce sont des stratégies qui peuvent sembler payantes sur le moment pour réduire le stress, mais à long terme c’est désastreux", assure le Dr Chevance. L'euphorie provoquée par ces substances laisse généralement place à une "descente" dure à briser lorsqu'on ne peut pas sortir de chez soi ou s'aérer l'esprit. Pour faire baisser son anxiété, une réaction normale dans cette situation, l’OMS recommande de privilégier le dialogue, la réalisation d’activité et des exercices physiques compatibles avec le confinement, comme notamment la relaxation.

Réinventer et maintenir une routine quotidienne

Les recommandations de l'OMS préconisent d'ailleurs qu'en cas de confinement, il faut "essayer de maintenir une routine proche de la routine habituelle". Autrement dit, éviter la grasse mat, s'habiller, s'activer et manger à des heures fixes, éviter les excès. En effet, même si l'on est tenté, mieux vaut éviter le grignotage à longueur de journée. A la fois pour ne pas dérégler notre hygiène de vie, mais surtout car une augmentation des rations alimentaires ne serait pas sain avec la baisse d'activité dûe au maintien à domicile.

Astrid Chevance, médecin psychiatre à Paris, insiste aussi particulièrement sur l'importance de "ne pas décaler son cycle veille-sommeil". C'est encore une fois bien tentant, mais ce n'est pas parce qu'on a pas d'obligations le matin qu'il faut veiller jusqu'à l'aube. "Il faut se lever, ouvrir les volets, essayer de faire rentrer le plus de lumière possible dans l'habitation et maintenir une activité physique de base, y compris si l'on reste complètement à l’intérieur", précise-t-elle. "Si on reste allongé sur un lit jour et nuit, des troubles du sommeil peuvent apparaître ou s'intensifier".

LIRE AUSSI

"Les enfants sont particulièrement attachés à leur routine", ajoute la psychiatre. Cette situation de confinement peut être très déboussolante pour eux. Alors avec ses petits à la maison, il faut imaginer un emploi du temps pour le travail scolaire, pour les activités de création, pour jouer avec le reste de la famille, pour se reposer, etc. "Il faut aménager quelque chose qui ressemble à leur quotidien, inventer une nouvelle routine pour que lorsqu'ils se lèvent, ils sachent à peu près ce qui les attend dans la journée, et le lendemain", conseille le Dr Chevance.

Etre à l'écoute des enfants

"En temps de stress et de crise, il est fréquent que les enfants recherchent plus d’affection et sollicitent davantage leurs parents", prévient Astrid Chevance, en s'appuyant toujours sur les recommandations de l'OMS. "Ils peuvent être collants, sans réussir à verbaliser leur stress", explique la psychiatre. Pour débloquer la parole et les inquiétudes des plus jeunes, "il est nécessaire de parler du Covid-19 en étant sincère, honnête et en utilisant un vocabulaire approprié pour leur âge", annonce l'OMS.

"Il ne faut pas balayer les angoisses des enfants mais comprendre ce qui les tracasse, en gardant à l'esprit que leurs inquiétudes ne sont pas toujours celles des adultes", continue la doctoresse. Un enfant de 3 ans pourra être triste de voir son magasin de jouets fermé. Un enfant de 8 ans pourra avoir peur que ses camarades meurent de l'épidémie. Un enfant de 13 ans pourra être démoralisé à l'idée de ne plus voir son amoureux ou amoureuse durant des mois. La meilleure solution, en parler et proposer des solutions : appeler les amis, les proches pour lesquels ils se font du souci par exemple. Il faut d'ailleurs éviter de séparer les enfants de ceux qui s'occupent d'eux habituellement. Et si des périodes longues de séparation sont tout de même à prévoir, il faut idéalement maintenir un contact régulier avec la famille, avec des appels quotidiens.

LIRE AUSSI

Se préserver de la surinformation

"Il faut minimiser le temps passer à regarder, lire ou écouter les informations qui vous font sentir anxieux et stressés". Une recommandation dans le top 3 des conseils prodigués par l'OMS. Selon l'organisation, il est préférable d'aller chercher de l'information "pratique" sur les sites officiels des autorités nationales ou des instances internationales, "pour vous organiser et pour vous protéger vous et vos proches".

"Cela n'aide en rien de rester devant la télé à se faire du souci", confirme le Dr Chevance. Elle souligne qu'il est par ailleurs préférable de "limiter son actualisation des infos à un ou deux moments dédiés dans la journée". Une façon de se préserver des rumeurs et des fake news, et de se concentrer sur le factuel sans être submergé. "Connaître les faits peut aider à réduire la peur", mais "un flot continu d’informations peut angoisser n’importe qui", rassure l'organisation de l'ONU.

VOIR AUSSI

Changer de regard sur le virus

L'OMS consacre deux premiers paragraphes de ses recommandations sur la santé mentale, aux préjugés et aux idées néfastes accusant les personnes infectées par le virus d'être responsables de l'épidémie. "Le Covid-19 s’est répandu dans de nombreux pays. Cela n’a pas de lien avec l’ethnicité ou la nationalité. Soyons empathique avec tous ceux qui sont affectés dans quelque pays que ce soit", rappelle ainsi l’organisation. Le racisme anti-asiatique qui s'est renforcé en France depuis l'arrivée du virus témoigne particulièrement de ces allégations concernant des populations soit disant porteuses du virus. "Les personnes affectées par le Covid-19 n’ont rien fait de mal et ils ont besoin de notre soutien, de compassion et de bienveillance", insiste l'organisation.

 

"C’est dans la nature humaine de chercher un responsable, des coupables, de mettre la faute sur d’autres pays, d'autres cultures", regrette pour sa part le Dr Chevance. "Ce n'est pas constructif, il vaut mieux mettre son énergie à respecter les consignes et lutter contre le virus", conseille-t-elle. La psychiatre rappelle également qu'un virus "n’a pas d'intentions, il frappe tout le monde, se fiche des frontières".

De la même façon, l'OMS propose d'éviter de parler des personnes malades comme des "cas de Covid 19" ou des "familles Covid 19", des propos stigmatisants et déshumanisants. "Il vaut mieux parler de personnes", confirme Astrid Chevance. Des personnes qui ont le coronavirus, qui sont soignées pour, ou qui en ont guéri. Elle traduit la principale raison à cela ainsi : "Après l'épidémie, leur vie professionnelle, familiale et affective reprendra. Il est important de séparer la personne de la maladie."

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 569 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Mali: Après Sidiki Diabaté et sa mère, un autre membre de la famille jeté en prison

23/10/2020

Mali: Après...

Décidément, la famille de Sidiki Diabaté a...
Bamba Moriféré : ” Alassane Ouattara n’est pas un Ivoirien. C’est un homme dangereux “

23/10/2020

Bamba Moriféré...

L’opposant Bamba Moriféré a fait une adresse...
Côte d’Ivoire / Violences préélectorales : 8 morts et 41 blessés à Dabou

23/10/2020

Côte d’Ivoire...

La flambée de violences qui s’est emparée...
Main tendue du gouvernement ivoirien / Blé Guirao (UDPCI) : ” On n’est plus à ce niveau …”

23/10/2020

Main tendue...

Le Secrétaire Général de l’UDPCI, ex-allié du...
Mamadou Koulibaly : “Ouattara pense que c’est un droit pour lui de tuer les Ivoiriens

23/10/2020

Mamadou Koulibaly...

Le Professeur Mamadou Koulibaly garde toujours une...
Guinée / élection présidentielle : les observateurs de la Cedeao surpris en train de se partager de l’argent-(Source)

23/10/2020

Guinée /...

Dans la soirée du mercredi, des journalistes...
Côte d’Ivoire /Dialogue politique : Bédié et Affi dénoncent le jeu trouble de la CEDEAO

23/10/2020

Côte d’Ivoire...

Les candidats Henri Konan Bédié et Pascal...
Violences en Côte d'Ivoire : Kerozen arrête la musique

23/10/2020

Violences en...

  La Côte d'Ivoire est en train...
La Togolaise Gisèle Victoria Magbo brille dans la diaspora

22/10/2020

La Togolaise...

Elle s’appelle Gisèle Victoria Magbo et est...
Pape François défend le droit des couples homosexuels

22/10/2020

Pape François...

Pour Pape François, les personnes homosexuelles ont...
Alpha Condé : « si la victoire me revient, je reste ouvert au dialogue »

22/10/2020

Alpha Condé :...

Dans le cadre du processus électoral en...
Mali : l'ex-président IBK et son épouse sont de retour

22/10/2020

Mali :...

  Renversé du pouvoir, l'ancien président malien...
Guinée : des observateurs de la CEDEAO surpris avec d'importantes sommes d'argent

22/10/2020

Guinée :...

Cette nouvelle pourrait envenimer la situation post-électorale...
Trump aurait un bureau et un compte bancaire en Chine

22/10/2020

Trump aurait...

  Le président américain, Donald Trump dispose...
Côte d'Ivoire : la Sotra enregistre une perte de deux milliards de FCFA

22/10/2020

Côte d’Ivoire...

  La désobéissance civile lancée par l'opposition...
Côte d'Ivoire/ CEI : le gouvernement réserve une place pour le PDCI

22/10/2020

Côte d’Ivoire/...

  Le gouvernement ivoirien a décidé d’examiner...
Mali : l’ex-président Keïta de retour à Bamako deux mois après avoir été renversé

22/10/2020

Mali :...

L’ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta (« IBK »),...
Opération Barkhane : 500 Chasseurs en route pour le Mali

22/10/2020

Opération Barkhane...

Le Premier régiment de chasseurs de Thierville...
$ 1,7 milliard d'aide pour le Burkina, le Mali et le Niger

22/10/2020

$ 1,7...

Encore une information sur l'aide, direz-vous ?...
Un nouveau coronavirus du porc susceptible d’infecter les humains

22/10/2020

Un nouveau...

Il se nomme SADS-CoV, le nouveau coronavirus...

CONSEILS - Alors que la France entre dans son 2e jour de restrictions des déplacements et de confinement de la population, l'Organisation mondiale de la santé donne ses conseils pour préserver sa santé mentale.

Confinement, jour 2. Les mesures de restriction des déplacements de la population, prises pour limiter la propagation du coronavirus en France, doivent durer 15 jours. Au moins. Si on suit les modèles chinois ou italiens, plusieurs semaines de confinement à domicile s'annoncent. Mais à tourner en rond chacun chez soi, parfois loin de ses proches, en étant peut-être en chômage partiel... L'ennui et l'angoisse montent vite.

La perspective de fortes conséquences d’ordre psychologique sur les citoyens concernés par ces mesures a rapidement été anticipée par les institutions de santé. L'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui dépend de l'ONU, a donc émis des recommandations pour préserver sa santé mentale durant cette épreuve. Astrid Chevance, psychiatre et doctorante en épidémiologie à Paris, est actuellement en train de les traduire, avec des collègues, pour que la France puisse les appliquer au mieux. Elle les commente pour LCI.

Prendre soin les uns des autres

 "Se protéger et se soutenir les uns les autres" : l'organisation appelle à la solidarité de la population avant tout, en proposant notamment de donner son numéro de téléphone à ses voisins, ou à des personnes qui peuvent avoir besoin d'une aide supplémentaire. Elle incite aussi à "trouvez des occasions de partager des histoires positives et pleines d'espoir à propos de personnes qui se sont rétablies suite au Covid-19".

De manière générale, "être en lien avec les autres", est primordial pour passer cette crise. Il est important de créer ou maintenir le contact avec ses proches mais aussi avec des personnes âgées ou isolées, qui ne doivent pas rester sans lien social durant cet intense moment de stress. "Les personnes âgées, qui présentent parfois des troubles cognitifs, peuvent être plus stressées voire agressives", prévient Astrid Chevance. "Il faut essayer d’être très clair, avec une information adaptée sur la situation en cours". Il faut aussi s'assurer que nos aînés ont les médicaments nécessaires, sans dévaliser les pharmacies. "C'est déraisonnable d’aller prendre des mois et des mois de traitements, une avance de quinze jours suffit", explique la psychiatre.

VOIR AUSSI

Il faut également éviter la prise d'alcool et de psychotropes. "Ce sont des stratégies qui peuvent sembler payantes sur le moment pour réduire le stress, mais à long terme c’est désastreux", assure le Dr Chevance. L'euphorie provoquée par ces substances laisse généralement place à une "descente" dure à briser lorsqu'on ne peut pas sortir de chez soi ou s'aérer l'esprit. Pour faire baisser son anxiété, une réaction normale dans cette situation, l’OMS recommande de privilégier le dialogue, la réalisation d’activité et des exercices physiques compatibles avec le confinement, comme notamment la relaxation.

Réinventer et maintenir une routine quotidienne

Les recommandations de l'OMS préconisent d'ailleurs qu'en cas de confinement, il faut "essayer de maintenir une routine proche de la routine habituelle". Autrement dit, éviter la grasse mat, s'habiller, s'activer et manger à des heures fixes, éviter les excès. En effet, même si l'on est tenté, mieux vaut éviter le grignotage à longueur de journée. A la fois pour ne pas dérégler notre hygiène de vie, mais surtout car une augmentation des rations alimentaires ne serait pas sain avec la baisse d'activité dûe au maintien à domicile.

Astrid Chevance, médecin psychiatre à Paris, insiste aussi particulièrement sur l'importance de "ne pas décaler son cycle veille-sommeil". C'est encore une fois bien tentant, mais ce n'est pas parce qu'on a pas d'obligations le matin qu'il faut veiller jusqu'à l'aube. "Il faut se lever, ouvrir les volets, essayer de faire rentrer le plus de lumière possible dans l'habitation et maintenir une activité physique de base, y compris si l'on reste complètement à l’intérieur", précise-t-elle. "Si on reste allongé sur un lit jour et nuit, des troubles du sommeil peuvent apparaître ou s'intensifier".

LIRE AUSSI

"Les enfants sont particulièrement attachés à leur routine", ajoute la psychiatre. Cette situation de confinement peut être très déboussolante pour eux. Alors avec ses petits à la maison, il faut imaginer un emploi du temps pour le travail scolaire, pour les activités de création, pour jouer avec le reste de la famille, pour se reposer, etc. "Il faut aménager quelque chose qui ressemble à leur quotidien, inventer une nouvelle routine pour que lorsqu'ils se lèvent, ils sachent à peu près ce qui les attend dans la journée, et le lendemain", conseille le Dr Chevance.

Etre à l'écoute des enfants

"En temps de stress et de crise, il est fréquent que les enfants recherchent plus d’affection et sollicitent davantage leurs parents", prévient Astrid Chevance, en s'appuyant toujours sur les recommandations de l'OMS. "Ils peuvent être collants, sans réussir à verbaliser leur stress", explique la psychiatre. Pour débloquer la parole et les inquiétudes des plus jeunes, "il est nécessaire de parler du Covid-19 en étant sincère, honnête et en utilisant un vocabulaire approprié pour leur âge", annonce l'OMS.

"Il ne faut pas balayer les angoisses des enfants mais comprendre ce qui les tracasse, en gardant à l'esprit que leurs inquiétudes ne sont pas toujours celles des adultes", continue la doctoresse. Un enfant de 3 ans pourra être triste de voir son magasin de jouets fermé. Un enfant de 8 ans pourra avoir peur que ses camarades meurent de l'épidémie. Un enfant de 13 ans pourra être démoralisé à l'idée de ne plus voir son amoureux ou amoureuse durant des mois. La meilleure solution, en parler et proposer des solutions : appeler les amis, les proches pour lesquels ils se font du souci par exemple. Il faut d'ailleurs éviter de séparer les enfants de ceux qui s'occupent d'eux habituellement. Et si des périodes longues de séparation sont tout de même à prévoir, il faut idéalement maintenir un contact régulier avec la famille, avec des appels quotidiens.

LIRE AUSSI

Se préserver de la surinformation

"Il faut minimiser le temps passer à regarder, lire ou écouter les informations qui vous font sentir anxieux et stressés". Une recommandation dans le top 3 des conseils prodigués par l'OMS. Selon l'organisation, il est préférable d'aller chercher de l'information "pratique" sur les sites officiels des autorités nationales ou des instances internationales, "pour vous organiser et pour vous protéger vous et vos proches".

"Cela n'aide en rien de rester devant la télé à se faire du souci", confirme le Dr Chevance. Elle souligne qu'il est par ailleurs préférable de "limiter son actualisation des infos à un ou deux moments dédiés dans la journée". Une façon de se préserver des rumeurs et des fake news, et de se concentrer sur le factuel sans être submergé. "Connaître les faits peut aider à réduire la peur", mais "un flot continu d’informations peut angoisser n’importe qui", rassure l'organisation de l'ONU.

VOIR AUSSI

Changer de regard sur le virus

L'OMS consacre deux premiers paragraphes de ses recommandations sur la santé mentale, aux préjugés et aux idées néfastes accusant les personnes infectées par le virus d'être responsables de l'épidémie. "Le Covid-19 s’est répandu dans de nombreux pays. Cela n’a pas de lien avec l’ethnicité ou la nationalité. Soyons empathique avec tous ceux qui sont affectés dans quelque pays que ce soit", rappelle ainsi l’organisation. Le racisme anti-asiatique qui s'est renforcé en France depuis l'arrivée du virus témoigne particulièrement de ces allégations concernant des populations soit disant porteuses du virus. "Les personnes affectées par le Covid-19 n’ont rien fait de mal et ils ont besoin de notre soutien, de compassion et de bienveillance", insiste l'organisation.

 

"C’est dans la nature humaine de chercher un responsable, des coupables, de mettre la faute sur d’autres pays, d'autres cultures", regrette pour sa part le Dr Chevance. "Ce n'est pas constructif, il vaut mieux mettre son énergie à respecter les consignes et lutter contre le virus", conseille-t-elle. La psychiatre rappelle également qu'un virus "n’a pas d'intentions, il frappe tout le monde, se fiche des frontières".

De la même façon, l'OMS propose d'éviter de parler des personnes malades comme des "cas de Covid 19" ou des "familles Covid 19", des propos stigmatisants et déshumanisants. "Il vaut mieux parler de personnes", confirme Astrid Chevance. Des personnes qui ont le coronavirus, qui sont soignées pour, ou qui en ont guéri. Elle traduit la principale raison à cela ainsi : "Après l'épidémie, leur vie professionnelle, familiale et affective reprendra. Il est important de séparer la personne de la maladie."

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 569 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire