Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
Chemin de fer Dakar-Bamako : le Sénégal sur les mêmes rails que la Banque mondiale
17/03/2020 à 20h41 par La redaction
Publicité
Publicité

Une étude est en cours pour évaluer le montant des investissements nécessaires à la réhabilitation de la ligne ferroviaire entre les capitales sénégalaise et malienne, sur laquelle plus aucun train ne roule depuis 2018.

Après avoir examiné plusieurs options (transformation de l’Agence nationale des chemins de fer, de l’organe transitoire Dakar-Bamako Ferroviaire…), le gouvernement sénégalais a finalement décidé en conseil des ministres le 11 mars la création de « Chemins de Fer du Sénégal » (CFS), la société nationale de patrimoine ferroviaire chargée de mobiliser et de supporter les investissements.

Fin février, le président Macky Sall avait pourtant évoqué une relance de Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF), l’entité transitoire binationale qui a hérité en 2016 des actifs du concessionnaire franco-canadien Transrail.

Ce alors que la ligne n’a vu aucun train circuler depuis 2018. Fin décembre, DBF avait annoncé même la location de locomotives sud-africaines.

La structure n’a jamais réussi à mobiliser auprès des États les 20 milliards de FCFA (30,5 millions d’euros) qu’elle réclamait.

Remise en l’état de l’existant

En entérinant la création de CFS, le Sénégal valide ainsi le « schéma institutionnel » de la Banque mondiale, préalable au financement de la réhabilitation par l’institution, et clarifie sa position.

Depuis plusieurs mois, le Sénégalais Kibily Touré, l’administrateur général de DBF, militait pour que cet organe de transition soit transformé en opérateur et en société anonyme.

Une position qui avait de quoi irriter les fonctionnaires de Washington, favorables à une remise à l’état de l’existant (avec maintien de l’écartement métrique et de la charge à l’essieu), une exploitation par un opérateur privé, la séparation de l’infrastructure et de l’exploitation, la mise en place de deux sociétés de patrimoine ferroviaire…

Ce que le Mali a fait, en mettant en place la Société de patrimoine ferroviaire du Mali (Sopafer-Mali), qui a tenu son premier conseil d’administration fin novembre. Mais pas le Sénégal.

Investissement de 500 millions d’euros

Autant de conditions acceptées en juillet par les ministres sénégalais et malien des Transports, Oumar Youm et Ibrahima Abdoul Ly.

ON AVAIT L’IMPRESSION QUE LE SÉNÉGAL NE PARLAIT PAS D’UNE SEULE VOIX

Mais la différence de positions entre Kibily Touré et le ministre sénégalais avait suscité une certaine confusion auprès de la Banque mondiale sur les véritables intentions du Sénégal, avait expliqué Jeune Afrique en septembre 2019.

« Sa communication était troublée. On avait l’impression que le Sénégal ne parlait pas d’une seule voix », souligne une source proche du dossier.

Publicité

Nécessitant un investissement de 500 millions d’euros, la réhabilitation de la ligne fait actuellement l’objet d’une étude, commandée par la Banque mondiale au cabinet espagnol Typsa, qui devra évaluer les surcoûts consécutifs à la dégradation des installations et faire l’inventaire social de DBF.

À l’issue de cette procédure, un appel d’offres international devrait être lancé pour sélectionner un opérateur privé. Plusieurs acteurs ont manifesté un intérêt, comme l’émirati DP World, le nigérian Dangote, ou encore l’exploitant belge Vecturis, connu pour ses activités d’opérateur au Gabon et à Madagascar, et comme gestionnaire du Dakar-Bamako entre 2007 et 2012.

Nombreuses mésaventures depuis la privatisation

La crise actuelle du coronavirus laisse cependant planer un doute sur la tenue de la visite dans les deux capitales d’une délégation de la Banque mondiale prévue fin mars. Celle-ci avait pour but de discuter des étapes du projet qui pourrait commencer à se concrétiser au second semestre 2021, selon les experts.

La réhabilitation de l’ouvrage est essentielle pour alimenter le Mali. « 90 % de ce chemin de fer est à destination du Mali, qui paye actuellement un coût trop fort pour ses importations », commente un spécialiste.

Dédiée surtout au transport de fret, la ligne de 1 260 kilomètres a connu depuis 2003, et sa privatisation, nombre de mésaventures et de projets avortés, voyant se succéder beaucoup d’acteurs.

En 2011, le groupe Advens, actionnaire de l’opérateur Transrail, avait refusé de vendre les 60 % qu’il détenait dans ce dernier aux deux États. Il avait vu sa convention de concession résiliée en 2015.

Après cette date, les signatures du Sénégal et du Mali avec une entreprise chinoise puis avec un groupement turco-émirati étaient restées sans suite.

Publicité
Ne partez pas sans partager :

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

🚨DOINGBUZZ ACTUALITE NEW Pour offres d'emploi 👉🏾 -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun  -🇨🇲 Cameroun  groupe emploi whatsapp doingbuzz

Cliquer ici pour les autres groupes👆



Plus de news

Usa: Un Célèbre Pilote Se Tue En Tentant De Battre Un Record Du Monde (Vidéo)

20/06/2021

USA: Un...

Publicité Publicité Un célèbre pilote se tue....
Cedeao : Le Lancement De L'Eco Prévu Pour 2027

20/06/2021

CEDEAO :...

Publicité Publicité   Le lancement de l'Eco...
L'Ancien Médecin De Trump Doute De La Santé Mentale De Joe Biden

20/06/2021

L’ancien médecin...

Publicité Publicité   Le représentant Ronny Jackson,...
Grave Accident Au Cameroun ( Vidéo Très Sensible)

20/06/2021

Grave accident...

Publicité Publicité Publicité   Selon une source...
Gabon : Quand Pascaline Bongo Parle De Son Amant Boy Marley

20/06/2021

Gabon :...

Publicité Publicité Une liaison qui a été...
Retour De Gbagbo : Ouattara Manque L’occasion De Faire Un Grand Pas Vers La Réconciliation Nationale

20/06/2021

Retour de...

Publicité Publicité Laurent Gbagbo est rentré en...
Nigeria : Un Policier Tué Et 80 Élèves Kidnappés Dans Une École

19/06/2021

Nigeria :...

Publicité Publicité   Des assaillants armés ont...
Une Journaliste Américaine Défie Vladimir Poutine : &Quot;De Quoi Avez-Vous Peur Monsieur Le Président ? &Quot;

19/06/2021

Une journaliste...

Publicité Publicité Ce mercredi 16 juin 2021,...
Indice Mondial De La Paix : Voici Les 10 Pays Les Moins Pacifiques D’afrique En 2021

19/06/2021

Indice mondial...

Publicité Publicité Indice mondial de la paix...
J.o Tokyo/ Les Organisateurs Vont Se Rencontrer Pour Décider De La Présence De Spectateurs

19/06/2021

J.O Tokyo/...

Publicité Publicité Le Comité d’organisation des Jeux...
5 Choses À Savoir Sur Nady Bamba, La Seconde Femme De Laurent Gbagbo

19/06/2021

5 choses...

Publicité Publicité   Nady Bamba est la...
En Colère, Un Avocat De Guillaume Soro Tacle Le Procureur Adou Richard

19/06/2021

En colère,...

Publicité Publicité Très remonté, un des avocats...
Nady Bamba À Propos De Simone Gbagbo : « Elle Salue Laurent Gbagbo Et Elle Part »

19/06/2021

Nady Bamba...

Publicité Publicité Publicité C'est une vidéo choc....
Côte D’ivoire/Masa : Prof Yacouba Konaté Quitte La Maison Avec 42 Mois D’arriérés De Salaire

19/06/2021

Côte d’Ivoire/MASA...

Publicité Publicité M. Hervé Yapi, logisticien de...
Burkina Faso : Des Biens Et Comptes Bancaires Du Groupe Bolloré Saisis

19/06/2021

Burkina Faso...

Publicité Publicité   La bataille judiciaire entre...
Mame Mbaye Niang : &Quot;Je N'Aiderai Pas Macky Sall S'Il Brigue Un 3È Mandat&Quot;

19/06/2021

Mame Mbaye...

Publicité Publicité Un possible 3è mandat de...
Israël: Un Ministre Détruit Des Documents Administratifs Et Quitte Son Poste

19/06/2021

Israël: un...

Publicité Publicité   Les documents conservés dans...
Bénin: Une Vingtaine De Mémoires De Master Rejetés À L’université De Parakou

19/06/2021

Bénin: une...

Publicité Publicité Publicité Pour plagiat, 21 mémoires...
Une Jeune Marocaine Se Lance Le Défi De Traverser L’afrique À Vélo Pour Soutenir Les Droits Des Femmes Africaines

19/06/2021

Une jeune...

Publicité Publicité « Le jour de mon 32ème...
Bobrisky Gâte Son Père Avec Un Suv Lexus

19/06/2021

Bobrisky gâte...

Publicité Publicité Le travesti controversé nigérian Idris...
Publicité
Publicité

Une étude est en cours pour évaluer le montant des investissements nécessaires à la réhabilitation de la ligne ferroviaire entre les capitales sénégalaise et malienne, sur laquelle plus aucun train ne roule depuis 2018.

Après avoir examiné plusieurs options (transformation de l’Agence nationale des chemins de fer, de l’organe transitoire Dakar-Bamako Ferroviaire…), le gouvernement sénégalais a finalement décidé en conseil des ministres le 11 mars la création de « Chemins de Fer du Sénégal » (CFS), la société nationale de patrimoine ferroviaire chargée de mobiliser et de supporter les investissements.

Fin février, le président Macky Sall avait pourtant évoqué une relance de Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF), l’entité transitoire binationale qui a hérité en 2016 des actifs du concessionnaire franco-canadien Transrail.

Ce alors que la ligne n’a vu aucun train circuler depuis 2018. Fin décembre, DBF avait annoncé même la location de locomotives sud-africaines.

La structure n’a jamais réussi à mobiliser auprès des États les 20 milliards de FCFA (30,5 millions d’euros) qu’elle réclamait.

Remise en l’état de l’existant

En entérinant la création de CFS, le Sénégal valide ainsi le « schéma institutionnel » de la Banque mondiale, préalable au financement de la réhabilitation par l’institution, et clarifie sa position.

Depuis plusieurs mois, le Sénégalais Kibily Touré, l’administrateur général de DBF, militait pour que cet organe de transition soit transformé en opérateur et en société anonyme.

Une position qui avait de quoi irriter les fonctionnaires de Washington, favorables à une remise à l’état de l’existant (avec maintien de l’écartement métrique et de la charge à l’essieu), une exploitation par un opérateur privé, la séparation de l’infrastructure et de l’exploitation, la mise en place de deux sociétés de patrimoine ferroviaire…

Ce que le Mali a fait, en mettant en place la Société de patrimoine ferroviaire du Mali (Sopafer-Mali), qui a tenu son premier conseil d’administration fin novembre. Mais pas le Sénégal.

Investissement de 500 millions d’euros

Autant de conditions acceptées en juillet par les ministres sénégalais et malien des Transports, Oumar Youm et Ibrahima Abdoul Ly.

ON AVAIT L’IMPRESSION QUE LE SÉNÉGAL NE PARLAIT PAS D’UNE SEULE VOIX

Mais la différence de positions entre Kibily Touré et le ministre sénégalais avait suscité une certaine confusion auprès de la Banque mondiale sur les véritables intentions du Sénégal, avait expliqué Jeune Afrique en septembre 2019.

« Sa communication était troublée. On avait l’impression que le Sénégal ne parlait pas d’une seule voix », souligne une source proche du dossier.

Publicité

Nécessitant un investissement de 500 millions d’euros, la réhabilitation de la ligne fait actuellement l’objet d’une étude, commandée par la Banque mondiale au cabinet espagnol Typsa, qui devra évaluer les surcoûts consécutifs à la dégradation des installations et faire l’inventaire social de DBF.

À l’issue de cette procédure, un appel d’offres international devrait être lancé pour sélectionner un opérateur privé. Plusieurs acteurs ont manifesté un intérêt, comme l’émirati DP World, le nigérian Dangote, ou encore l’exploitant belge Vecturis, connu pour ses activités d’opérateur au Gabon et à Madagascar, et comme gestionnaire du Dakar-Bamako entre 2007 et 2012.

Nombreuses mésaventures depuis la privatisation

La crise actuelle du coronavirus laisse cependant planer un doute sur la tenue de la visite dans les deux capitales d’une délégation de la Banque mondiale prévue fin mars. Celle-ci avait pour but de discuter des étapes du projet qui pourrait commencer à se concrétiser au second semestre 2021, selon les experts.

La réhabilitation de l’ouvrage est essentielle pour alimenter le Mali. « 90 % de ce chemin de fer est à destination du Mali, qui paye actuellement un coût trop fort pour ses importations », commente un spécialiste.

Dédiée surtout au transport de fret, la ligne de 1 260 kilomètres a connu depuis 2003, et sa privatisation, nombre de mésaventures et de projets avortés, voyant se succéder beaucoup d’acteurs.

En 2011, le groupe Advens, actionnaire de l’opérateur Transrail, avait refusé de vendre les 60 % qu’il détenait dans ce dernier aux deux États. Il avait vu sa convention de concession résiliée en 2015.

Après cette date, les signatures du Sénégal et du Mali avec une entreprise chinoise puis avec un groupement turco-émirati étaient restées sans suite.

Publicité
Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire