Carnet noir : Alber Elbaz est mort de… Covid-19 !


Video player

L’ex-directeur artistique de Lanvin, Alber Elbaz, a rendu l’âme, le samedi 24 avril 2021 à l’âge de 59 ans, des suites du Coronavirus. La nouvelle de son décès a été annoncée par le célèbre groupe de luxe Richemont, au lendemain de sa disparition, via un communiqué diffusé, à l’occasion, sur les réseaux sociaux.

Le créateur de mode israélo-américain, Alber Elbaz, n’est plus. C’est en substance ce qui ressort du communiqué que la papesse de la mode, Suzy Menkes, a diffusé le 25 avril 2021 sur Instagram : « Alber Elbaz, le couturier fin, sage et capricieux, qui a donné la priorité aux femmes, nous a quittés, après trois semaines de lutte contre le Covid ».

Il faut dire que le départ de ce créateur, qui est d’ailleurs l’un des plus aimées du secteur, a beaucoup ébranlé la communauté de la mode. De son vivant, l’homme reconnaissable à sa silhouette ronde, ses lunettes et son nœud papillon, s’est particulièrement illustré par ses belles créations – souvent de petites robes noires – qui ont toujours su mettre en valeur des actrices hollywoodiennes comme Natalie Portman, Sienna Miler ou Cate Blanchett.

Grâce à son parcours impressionnant et ses contributions non négligeables à l’industrie hollywoodienne, le natif du Maroc s’est bâti, au fil des années, une grande renommée dans l’univers de la mode. Il vivra désormais à travers les nombreuses collections qu’il a créées pour une demi-douzaine de maisons de mode, dont la sienne.

Retour sur le parcours d’Alber Elbaz

Alber Elbaz a fait ses premiers pas dans le landerneau de la mode, aux côtés du créateur américain Geoffrey Beene, à New York, avant d’être recruté par Guy Laroche. Après avoir eu quelques difficultés à succéder à Yves Saint Laurent pour la ligne prêt-à-porter du couturier français, en 1998, il n’y restera que quelques années.

En effet, en 2001, Alber Elbaz rejoint la maison de mode Lanvin et reste à sa tête pendant 14 longues années. Des années durant lesquelles, il n’avait qu’une chose en tête : redorer le blason de la plus ancienne maison de couture française, fondée par Jeanne Lanvin, en 1889. Ce qu’il ne manqua d’ailleurs pas de faire avant d’être évincé de la maison, en 2015. Ce départ brutal et traumatisant sera très mal vécu par le créateur israélo-américain qui va mettre des années à s’en remettre.

Ainsi, dans l’intervalle, Elbaz se fait discret, mais réalise tout de même quelques collaborations çà et là. En fin d’année 2019, il fait son comeback officiel en s’associant à Richemont pour créer sa propre marque de vêtement qu’il a baptisé « AZ factory ». Son objectif à travers celui-ci, comme il l’affirmait de son vivant, est de mettre à la disposition du public une marque « fonctionnelle et qui convient à tout le monde ».

Somme toute, le parcours d’Alber Elbaz a été riche d’épreuves, mais aussi et surtout d’accomplissements. Il fait, en effet, partie des rares créateurs de mode à avoir réalisé tant de choses de leur vivant.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire