Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Cameroun : la taxe sur les téléphones portables suscite de vives polémiques
13/10/2020 à 11h18 par Tritech Raheem

 

Après avoir annoncé l'entrée en vigueur d'une "taxe sur le mobile et les tablettes", la ministre des Postes et des Télécommunications, Libom Minette a suscité une vague d'indignations sur la toile. Toutefois, certains Camerounais ne voient pas d'inconvénients par rapport à l'application d'une telle taxe.

Cette nouvelle taxe numérique qui sera mise en vigueur ce jeudi 15 octobre défraie la chronique au Cameroun. Cette taxation est une première dans le pays et elle a du mal à être acceptée par tous. Sur les réseaux sociaux, les avis des citoyens divergent; certains dénoncent cette nouvelle taxe et d'autres n'hésitent pas à vanter ses avantages.

 

Alors que Paul Zambo, le promoteur de Arintech, la plateforme impliquée dans cette taxation, a expliqué qu’il s’agit d'un nouveau procédé de collecte des frais douaniers sur ces gadgets, d'autres y voient une mesure pour piller les citoyens. « Ce n’est pas de la faute du consommateur s’il y a des failles dans le système, au lieu de renforcer le système de douanes, vous choisissez de spolier les citoyens », a dénoncé un internaute sous le tweet de la ministre des télécommunications.

 

« Comment pouvez-vous demander à un consommateur de payer la douane sur un téléphone en lieu et place de l’opérateur économique qui l’importe dans le pays. Cette loi est unique dans le monde. C’est du grand n’importe quoi… C’est inadmissible », s’insurge le réseau National des consommateurs du Cameroun (RNC).

Lire aussi : Mairie Ave 1 : un poste de contrôle de taxes communales secoue la toile

Toutefois, si certains trouvent ce projet "risible à tous les niveaux", d'autres par contre n'y voient pas d'inconvénients. Patrice Amba Salla, le CEO de la ferme Moderne de Ndoro ne fait pas barrage à cette taxation mais il y trouve seulement de l'exagération. « Le téléphone portable ou la tablette sont des marchandises au même titre que les tissus, les chaussures ou le vin. Leur facilité de dissimulation ou d’assimilation à des effets personnels ne doit pas créer l’illusion d’exonération », a -t-il tweeté.

Pour le politologue Siméon Roland Ekodo Mveng, cette nouvelle taxe est avantageuse dans le sens où elle va conduire à d'intenses révoltes. « La persécution fiscale est un facteur explicatif des grandes révolutions dans des contextes où les rentes servaient à engraisser la petite bourgeoisie monarchique, les noblesses d'épée et de robe, ainsi les seigneurs féodaux », a-t-il écrit.

Lire aussi : Cameroun : De grandes multinationales menacées de suspension de toute activité douanière

Rappelons que les initiateurs de la taxation considèrent cela comme une disposition pour solutionner les voies créées par les importateurs pour contourner la douane. Pour Paul Zambo; il s'agit de changer la frontière physique en frontière numérique pour coincer les importateurs de ces gadgets.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

 

Après avoir annoncé l'entrée en vigueur d'une "taxe sur le mobile et les tablettes", la ministre des Postes et des Télécommunications, Libom Minette a suscité une vague d'indignations sur la toile. Toutefois, certains Camerounais ne voient pas d'inconvénients par rapport à l'application d'une telle taxe.

Cette nouvelle taxe numérique qui sera mise en vigueur ce jeudi 15 octobre défraie la chronique au Cameroun. Cette taxation est une première dans le pays et elle a du mal à être acceptée par tous. Sur les réseaux sociaux, les avis des citoyens divergent; certains dénoncent cette nouvelle taxe et d'autres n'hésitent pas à vanter ses avantages.

 

Alors que Paul Zambo, le promoteur de Arintech, la plateforme impliquée dans cette taxation, a expliqué qu’il s’agit d'un nouveau procédé de collecte des frais douaniers sur ces gadgets, d'autres y voient une mesure pour piller les citoyens. « Ce n’est pas de la faute du consommateur s’il y a des failles dans le système, au lieu de renforcer le système de douanes, vous choisissez de spolier les citoyens », a dénoncé un internaute sous le tweet de la ministre des télécommunications.

 

« Comment pouvez-vous demander à un consommateur de payer la douane sur un téléphone en lieu et place de l’opérateur économique qui l’importe dans le pays. Cette loi est unique dans le monde. C’est du grand n’importe quoi… C’est inadmissible », s’insurge le réseau National des consommateurs du Cameroun (RNC).

Lire aussi : Mairie Ave 1 : un poste de contrôle de taxes communales secoue la toile

Toutefois, si certains trouvent ce projet "risible à tous les niveaux", d'autres par contre n'y voient pas d'inconvénients. Patrice Amba Salla, le CEO de la ferme Moderne de Ndoro ne fait pas barrage à cette taxation mais il y trouve seulement de l'exagération. « Le téléphone portable ou la tablette sont des marchandises au même titre que les tissus, les chaussures ou le vin. Leur facilité de dissimulation ou d’assimilation à des effets personnels ne doit pas créer l’illusion d’exonération », a -t-il tweeté.

Pour le politologue Siméon Roland Ekodo Mveng, cette nouvelle taxe est avantageuse dans le sens où elle va conduire à d'intenses révoltes. « La persécution fiscale est un facteur explicatif des grandes révolutions dans des contextes où les rentes servaient à engraisser la petite bourgeoisie monarchique, les noblesses d'épée et de robe, ainsi les seigneurs féodaux », a-t-il écrit.

Lire aussi : Cameroun : De grandes multinationales menacées de suspension de toute activité douanière

Rappelons que les initiateurs de la taxation considèrent cela comme une disposition pour solutionner les voies créées par les importateurs pour contourner la douane. Pour Paul Zambo; il s'agit de changer la frontière physique en frontière numérique pour coincer les importateurs de ces gadgets.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire