Le pouvoir de l'information à votre portée sur doingbuzz.com
Cameroun : Plus de 10 opposants condamnés à de la prison ferme
02/12/2019 à 14h19 par Dani Djanta

Au Cameroun , quinze (15) partisans du principal opposant Maurice Kamto, ont été condamnés vendredi à Douala à six mois de prison ferme pour avoir participé à une manifestation remettant en cause le résultat de la présidentielle de 2018.

Ils ont été condamnés pour « action de rébellion et manifestation illégale », a précisé Gabriel Kontcho, un de leurs avocats. « Il s’agit de ceux qui ont pris part à la marche du 1er juin 2019 » pour contester le résultat de la présidentielle de 2018, où Maurice Kamto était arrivé deuxième face à Paul Biya, a-t-il dit, ajoutant qu’il comptait faire appel.

Lire aussi :Côte d’Ivoire : Le gouvernement a-t-il écrit à la CPI pour maintenir Gbagbo en prison?

Depuis la libération de Maurice Kamto début octobre, après huit mois d’emprisonnement pour avoir participé à une de ces marches, aucun manifestant du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) n’avait encore été condamné. Le candidat malheureux à la présidentielle avait été relâché avec une centaine de ses partisans détenus pour les mêmes raisons sur ordre du président Paul Biya, mais les procédures engagées contre d’autres militants, dont les 15 condamnés vendredi, s’étaient poursuivies.

Le gouvernement a annoncé début novembre la tenue d’élections législatives et municipales en février, après qu’elles aient été reportées à deux reprises, mais le MRC a appelé lundi à leur boycott. « Organiser des élections au Cameroun aujourd’hui, qui plus est des élections locales, sans avoir rétabli la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest… c’est donner le message que (les) populations (de ces régions) ne sont pas des Camerounais et, ce faisant, consacrer la partition de fait du pays », avait déclaré Maurice Kamto.

Lire aussi : URGENT / Le classement du Ballon d’Or 2019 dévoilé

Depuis deux ans, l’ouest du pays est le théâtre d’un conflit meurtrier qui oppose indépendantistes anglophones à l’armée et qui a déjà fait plus de 3 000 morts, selon des ONG. Ces deux régions comptent environ 16% de la population camerounaise.

 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 71 810 autres abonnés

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Au Cameroun , quinze (15) partisans du principal opposant Maurice Kamto, ont été condamnés vendredi à Douala à six mois de prison ferme pour avoir participé à une manifestation remettant en cause le résultat de la présidentielle de 2018.

Ils ont été condamnés pour « action de rébellion et manifestation illégale », a précisé Gabriel Kontcho, un de leurs avocats. « Il s’agit de ceux qui ont pris part à la marche du 1er juin 2019 » pour contester le résultat de la présidentielle de 2018, où Maurice Kamto était arrivé deuxième face à Paul Biya, a-t-il dit, ajoutant qu’il comptait faire appel.

Lire aussi :Côte d’Ivoire : Le gouvernement a-t-il écrit à la CPI pour maintenir Gbagbo en prison?

Depuis la libération de Maurice Kamto début octobre, après huit mois d’emprisonnement pour avoir participé à une de ces marches, aucun manifestant du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) n’avait encore été condamné. Le candidat malheureux à la présidentielle avait été relâché avec une centaine de ses partisans détenus pour les mêmes raisons sur ordre du président Paul Biya, mais les procédures engagées contre d’autres militants, dont les 15 condamnés vendredi, s’étaient poursuivies.

Le gouvernement a annoncé début novembre la tenue d’élections législatives et municipales en février, après qu’elles aient été reportées à deux reprises, mais le MRC a appelé lundi à leur boycott. « Organiser des élections au Cameroun aujourd’hui, qui plus est des élections locales, sans avoir rétabli la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest… c’est donner le message que (les) populations (de ces régions) ne sont pas des Camerounais et, ce faisant, consacrer la partition de fait du pays », avait déclaré Maurice Kamto.

Lire aussi : URGENT / Le classement du Ballon d’Or 2019 dévoilé

Depuis deux ans, l’ouest du pays est le théâtre d’un conflit meurtrier qui oppose indépendantistes anglophones à l’armée et qui a déjà fait plus de 3 000 morts, selon des ONG. Ces deux régions comptent environ 16% de la population camerounaise.

 

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 71 810 autres abonnés

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Motsclés

cameroun politique