Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Cameroun: Paul condamne fermement le massacre des « enfants innocents » à Kumba
06/11/2020 à 10h12 par La redaction

 

La crise anglophone qui secoue le Cameroun depuis 2016 connaît ses heures les plus sombres ces derniers jours. L'Ambazonie, cette région du Cameroun qui réclame une indépendance est en proie aux mouvements terroristes qui se réclament parfois sécessionnistes. Ces organisations ne misent que sur la violence et profitent de la confusion créée par les troubles socio-politiques. Entre décapitations et tueries, les populations de ces régions font depuis plusieurs mois les frais d'une bataille qui aurait dû être politique.

Le drame le plus marquant fut le massacre de Kumba, il y a 13 jours. Sept(7) enfants innocents ont péri dans l'attaque d'une école le 24 Octobre dernier. L'établissement scolaire a été la cible d'une fusillade qui a fait plusieurs victimes dont des blessés graves. Cet acte de violence de trop contre des innocents a interpellé non seulement la société civile mais aussi les politiques qui ont condamné avec véhémence cet acte. Souvent discret, le président camerounais Paul Biya est lui-même monté au créneau.

""Je condamne avec la plus grande fermeté ce crime barbare et lâche, envers des enfants innocents. J’ai par ailleurs donné des instructions pour que des mesures appropriées soient prises avec diligence, afin que les auteurs de ces actes ignobles soient interpellés par nos forces de défense et de sécurité, et traduits devant la justice. Aux familles endeuillées, ainsi qu’à la communauté éducative, j’adresse mon entière solidarité et mes sincères condoléances. J’y joins mes vœux de prompt rétablissement aux blessés, ainsi que la compassion particulièrement émue de mon Epouse." a t-il écrit dans un télégramme officiel envoyé au gouverneur de la zone endeuillée. Une réunion de crise a été organisée même sur son instruction par le Premier Ministre.

Ce massacre a même eu un écho à l'international où le secrétaire général de l'ONU Antonio Guteres a appelé à l'ouverture rapide d'une enquête et au respect du droit international et ceux des hommes par le biais de son bureau. Plusieurs personnalités et célébrités du pays se sont aussi mobilisés depuis pour dénoncer cette crise qui n'affiche aucune approche de solution à l'horizon. En espérant que les mots changent quelque chose dans les têtes de ceux qui brandissent des armes.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

U outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

 

La crise anglophone qui secoue le Cameroun depuis 2016 connaît ses heures les plus sombres ces derniers jours. L'Ambazonie, cette région du Cameroun qui réclame une indépendance est en proie aux mouvements terroristes qui se réclament parfois sécessionnistes. Ces organisations ne misent que sur la violence et profitent de la confusion créée par les troubles socio-politiques. Entre décapitations et tueries, les populations de ces régions font depuis plusieurs mois les frais d'une bataille qui aurait dû être politique.

Le drame le plus marquant fut le massacre de Kumba, il y a 13 jours. Sept(7) enfants innocents ont péri dans l'attaque d'une école le 24 Octobre dernier. L'établissement scolaire a été la cible d'une fusillade qui a fait plusieurs victimes dont des blessés graves. Cet acte de violence de trop contre des innocents a interpellé non seulement la société civile mais aussi les politiques qui ont condamné avec véhémence cet acte. Souvent discret, le président camerounais Paul Biya est lui-même monté au créneau.

""Je condamne avec la plus grande fermeté ce crime barbare et lâche, envers des enfants innocents. J’ai par ailleurs donné des instructions pour que des mesures appropriées soient prises avec diligence, afin que les auteurs de ces actes ignobles soient interpellés par nos forces de défense et de sécurité, et traduits devant la justice. Aux familles endeuillées, ainsi qu’à la communauté éducative, j’adresse mon entière solidarité et mes sincères condoléances. J’y joins mes vœux de prompt rétablissement aux blessés, ainsi que la compassion particulièrement émue de mon Epouse." a t-il écrit dans un télégramme officiel envoyé au gouverneur de la zone endeuillée. Une réunion de crise a été organisée même sur son instruction par le Premier Ministre.

Ce massacre a même eu un écho à l'international où le secrétaire général de l'ONU Antonio Guteres a appelé à l'ouverture rapide d'une enquête et au respect du droit international et ceux des hommes par le biais de son bureau. Plusieurs personnalités et célébrités du pays se sont aussi mobilisés depuis pour dénoncer cette crise qui n'affiche aucune approche de solution à l'horizon. En espérant que les mots changent quelque chose dans les têtes de ceux qui brandissent des armes.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire