Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Burkina Faso : 12 suspects de « terrorisme » retrouvés morts dans leur cellule
15/05/2020 à 00h07 par La redaction

Vingt-cinq personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi à mardi pour "suspicion de faits de terrorisme", mais douze d'entre elles ont trouvé la mort dans leur cellule, selon le procureur de Fada N'Gourma, dans l'est du Burkina Faso.

Douze personnes interpellées pour "suspicion de faits de terrorisme" ont été retrouvées mortes dans leurs cellules de détention au poste de gendarmerie de Tanwalbougou, dans l'est du Burkina Faso, a annoncé, mercredi 13 mai, le procureur de Fada N'Gourma.

"Vingt-cinq personnes ont été interpellées dans la nuit du 11 au 12 mai par les forces de défense et de sécurité à Tanwalbougou, pour suspicion de faits de terrorisme. Malheureusement douze d'entre elles ont trouvé la mort au cours de la même nuit dans les cellules où elles étaient détenues", a déclaré dans un communiqué le procureur Judicael Kadéba.

""Une enquête a été ouverte et des officiers de police judiciaire de la brigade de recherche de la gendarmerie de Fada N'Gourma se sont déplacés sur les lieux pour les constatations d'usage en la matière, en compagnie d'agents de santé", a-t-il précisé.

Selon des sources sécuritaires jointes par l'AFP, "seule l'enquête va déterminer la cause exacte de ce drame" mais la "piste d'une asphyxie sévère pourrait expliquer le décès de ces détenus" qui devaient être "transférés à Fada N'Gourma pour être auditionnés"".

Des sources indépendantes ont indiqué à l'AFP ne pas "exclure des bavures", affirmant que la majorité des détenus étaient de l'ethnie peule, régulièrement accusée de complicité avec les groupes jihadistes.

Cette affaire évoque d'autres morts survenus cette fois dans les locaux de l'unité anti-drogue de la police nationale en juillet 2019 : onze personnes, soupçonnées de trafic de stupéfiants, avaient été retrouvées mortes dans une même cellule. Les responsables de l'unité avaient été relevés de leurs fonctions et une enquête ouverte.

Amalgame fréquent entre jihadistes et Peuls

Les forces de l'ordre du Burkina Faso ont été plusieurs fois depuis quelques mois accusées de bavures ou d'exactions notamment contre des populations peules.

Certains Peuls ayant rejoint les groupes jihadistes, qui ont tué plus de 850 personnes depuis 2015 dans le pays, il est fréquent d'entendre des Burkinabè faire l'amalgame entre jihadistes et Peuls.

Le 2 mai, un enseignant peul a été retrouvé mort dans les locaux de la gendarmerie de Nongr-Maasom, à Ouagadougou, selon le mouvement burkinabè des droits de l'Homme et du peuple (MBDHP). Soupçonné de complicité avec des groupes terroristes, il avait été interpellé le 23 avril à Absouya, dans la région du Plateau central, où il séjournait en famille, à la suite de la fermeture des établissements d'enseignement pour cause de pandémie de coronavirus.

Entre décembre et janvier, au moins quatre personnes, toutes d'ethnie peule, ont été "victimes de disparitions forcées" survenues à Ouagadougou, notamment par le fait de présumés éléments des forces de défense et de sécurité, toujours selon le MBDHP.

""Ces graves dérives traduisent malheureusement un mépris dangereux des garanties et protections reconnues à toute personne sous main de justice, notamment la présomption d'innocence, l'interdiction de la torture et des traitements inhumains et le respect de la dignité inhérente à la personne humaine", dénonçait le MBDHP.

L'armée burkinabè ainsi que des groupes d'autodéfense ont également été accusés de massacres de civils peuls dans le nord et l'est du pays, dans le sillage des violences jihadistes.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 519 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Côte d'Ivoire/ Primud: Molare répond à ses détracteurs

14/10/2020

Côte d’Ivoire/...

En Côte d’Ivoire, Primud est l’un des meilleurs festivals...
Togo : le célèbre animateur Toni B Cool est mort

14/10/2020

Togo :...

  Triste nouvelle pour les inconditionnels fans...
Triste histoire : Son homme se marie avec une autre femme en cachette

14/10/2020

Triste histoire...

Enveloppée dans une triste histoire, une mère...
Skelly : "si DJ Arafat avait un village, il ne serait pas déterré"

13/10/2020

Skelly :...

Dans un message laissé sur sa page...
Hillary Clinton en justice pour avoir causé le chaos en Lybie

13/10/2020

Hillary Clinton...

Visiblement, HIllary Clinton a joué un rôle décisif dans l’envoi des...
Togo : Des Chinois achètent 1000 hectares

13/10/2020

Togo :...

  Véritable bombe à retardement. Au Togo,...
Covid-19 : Des paquebots de luxe sur le point d'être démolis

13/10/2020

Covid-19 :...

Avec cette  crise sanitaire due à la...
Le héros malien Mamoudou Gassama est désormais un homme marié

13/10/2020

Le héros...

Passé de sans papiers à héros national...
Muhammadu Buhari et Osinbajo prévoient 4 milliards nairas pour l'alimentation et le voyage

13/10/2020

Muhammadu Buhari...

  Le président Muhammadu Buhari a présenté...
Angola : l'ancien président dos Santos poursuivi par la justice

13/10/2020

Angola :...

  L'ancien président angolais José Eduardo dos...
Cameroun : la taxe sur les téléphones portables suscite de vives polémiques

13/10/2020

Cameroun :...

  Après avoir annoncé l'entrée en vigueur...
Belgique: une femme transgenre nommée vice première-ministre, une première en Europe

13/10/2020

Belgique: une...

La Belgique a mis fin à des...
Prix Nobel d’économie : les Américains Paul R. Milgrom et Robert B. Wilson, récompensés

13/10/2020

Prix Nobel...

Les deux Américains Paul R. Milgrom et...
Primud 2020: Sandia Chouchou clashe violemment Molare

13/10/2020

Primud 2020:...

Dans la soirée d’hier, se tenait les...
Douk Saga : 14 ans après sa mort, l’artiste reste dans la mémoire des mélomanes

13/10/2020

Douk Saga...

12 octobre 2006- 12 octobre 2020, cela...
Burkina Faso: une ville du pays enregistre une forte pénurie de préservatifs…La raison!

13/10/2020

Burkina Faso:...

Dans le sud-Ouest du Burkina Faso, dans...
Rumeurs de fuite du pays/ KKB est en “Côte d’Ivoire et “participera à l’élection présidentielle”, selon sa chargée de communication

13/10/2020

Rumeurs de...

Face aux rumeurs l’envoyant sa famille et...
Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara justifie la raison de son troisième mandat

13/10/2020

Côte d’Ivoire:...

En visite de famille à Odienné dans...
Présidentielle ivoirienne/ voici la date fixée pour le retrait des cartes d’électeurs

13/10/2020

Présidentielle ivoirienne/...

La Commission Électorale Indépendante (CEI) de Côte...
Alison-Madueke : la Nigériane recherchée dans trois pays pour l’un des plus grands détournements de fonds de l’histoire

13/10/2020

Alison-Madueke :...

Alison-Madueke, première femme présidente de l’OPEP (Organisation...

Vingt-cinq personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi à mardi pour "suspicion de faits de terrorisme", mais douze d'entre elles ont trouvé la mort dans leur cellule, selon le procureur de Fada N'Gourma, dans l'est du Burkina Faso.

Douze personnes interpellées pour "suspicion de faits de terrorisme" ont été retrouvées mortes dans leurs cellules de détention au poste de gendarmerie de Tanwalbougou, dans l'est du Burkina Faso, a annoncé, mercredi 13 mai, le procureur de Fada N'Gourma.

"Vingt-cinq personnes ont été interpellées dans la nuit du 11 au 12 mai par les forces de défense et de sécurité à Tanwalbougou, pour suspicion de faits de terrorisme. Malheureusement douze d'entre elles ont trouvé la mort au cours de la même nuit dans les cellules où elles étaient détenues", a déclaré dans un communiqué le procureur Judicael Kadéba.

""Une enquête a été ouverte et des officiers de police judiciaire de la brigade de recherche de la gendarmerie de Fada N'Gourma se sont déplacés sur les lieux pour les constatations d'usage en la matière, en compagnie d'agents de santé", a-t-il précisé.

Selon des sources sécuritaires jointes par l'AFP, "seule l'enquête va déterminer la cause exacte de ce drame" mais la "piste d'une asphyxie sévère pourrait expliquer le décès de ces détenus" qui devaient être "transférés à Fada N'Gourma pour être auditionnés"".

Des sources indépendantes ont indiqué à l'AFP ne pas "exclure des bavures", affirmant que la majorité des détenus étaient de l'ethnie peule, régulièrement accusée de complicité avec les groupes jihadistes.

Cette affaire évoque d'autres morts survenus cette fois dans les locaux de l'unité anti-drogue de la police nationale en juillet 2019 : onze personnes, soupçonnées de trafic de stupéfiants, avaient été retrouvées mortes dans une même cellule. Les responsables de l'unité avaient été relevés de leurs fonctions et une enquête ouverte.

Amalgame fréquent entre jihadistes et Peuls

Les forces de l'ordre du Burkina Faso ont été plusieurs fois depuis quelques mois accusées de bavures ou d'exactions notamment contre des populations peules.

Certains Peuls ayant rejoint les groupes jihadistes, qui ont tué plus de 850 personnes depuis 2015 dans le pays, il est fréquent d'entendre des Burkinabè faire l'amalgame entre jihadistes et Peuls.

Le 2 mai, un enseignant peul a été retrouvé mort dans les locaux de la gendarmerie de Nongr-Maasom, à Ouagadougou, selon le mouvement burkinabè des droits de l'Homme et du peuple (MBDHP). Soupçonné de complicité avec des groupes terroristes, il avait été interpellé le 23 avril à Absouya, dans la région du Plateau central, où il séjournait en famille, à la suite de la fermeture des établissements d'enseignement pour cause de pandémie de coronavirus.

Entre décembre et janvier, au moins quatre personnes, toutes d'ethnie peule, ont été "victimes de disparitions forcées" survenues à Ouagadougou, notamment par le fait de présumés éléments des forces de défense et de sécurité, toujours selon le MBDHP.

""Ces graves dérives traduisent malheureusement un mépris dangereux des garanties et protections reconnues à toute personne sous main de justice, notamment la présomption d'innocence, l'interdiction de la torture et des traitements inhumains et le respect de la dignité inhérente à la personne humaine", dénonçait le MBDHP.

L'armée burkinabè ainsi que des groupes d'autodéfense ont également été accusés de massacres de civils peuls dans le nord et l'est du pays, dans le sillage des violences jihadistes.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 519 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire