Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Brexit: offre finale de Boris Johnson, l’UE perplexe
03/10/2019 à 09h36 par La redaction

Brexit: offre finale de Boris Johnson, l’UE perplexe

Brexit: offre finale de Boris Johnson, l’UE perplexe

À moins d'un mois de la date prévue du Brexit, le Premier ministre britannique Boris Johnson a mis la pression sur les Européens mercredi 2 octobre, avec une offre finale présentée comme la seule manière d'éviter une sortie sans accord. Mais pour les partenaires du Royaume-Uni, cette nouvelle proposition britannique n'apporte pas grand-chose de nouveau par rapport aux précédentes.

Boris Johnson s'est entretenu au téléphone avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, raconte le correspondant de RFI à BruxellesPierre Bénazet. Et dans la lettre qu'il lui a adressée, le Premier ministre britannique propose que les parlementaires et l’exécutif d’Irlande du Nord se prononcent avant l’entrée en vigueur du système, puis tous les quatre ans pour le renouveler. Ce qui risque de heurter le plus les Européens, c’est justement l’absence de durabilité de l’offre de Boris Johnson.

L’offre finale du gouvernement britannique est plus acceptable que la première tentative il y a un mois sur les produits agricoles car désormais tous les biens et produits seraient concernés. M. Juncker a d'ailleurs « reconnu les avancées positives, notamment en ce qui concerne l'alignement complet de la réglementation pour toutes les marchandises et le contrôle des marchandises en provenance de Grande-Bretagne qui entrent en Irlande du Nord ». Cela ressemble finalement à ce que l’Union européenne avait proposé comme filet de sécurité pour l’Irlande avant même le début des négociations, à savoir une frontière en mer d’Irlande ce qui à l’époque avait fait hurler les unionistes nord-irlandais du DUP alliés de Theresa May, eux qui refusaient que le Royaume-Uni soit coupé en deux, Grande-Bretagne d’un côté et Irlande du Nord de l’autre.

Mais c’est là que s’arrête la ressemblance, d’abord à cause de la limitation dans le temps et surtout parce que Boris Johnson présente une formule tarabiscotée où l’Irlande du Nord serait dans l’UE d’un point de vue règlementaire mais pas dans l’Union douanière européenne. Il n’est en revanche question nulle part d’une autre grande préoccupation des Européens, à savoir les garanties pour les droits des citoyens. Cette offre britannique à prendre ou à laisser, risque de diviser les Européens entre les tenants de la fermeté envers Londres et les partisans d’un nouvel accord pour éviter la catastrophe d’un Brexit abrupt.

? Les réactions à Westminster

De notre correspondante, Muriel Delcroix

On ne peut pas dire que pour l’instant ce plan ait déclenché un enthousiasme fou. Parmi les premiers à doucher les espoirs de Boris Johnson –si toutefois il en avait encore- Jeremy Corbyn : pour le chef des travaillistes, principal parti d’opposition, ce plan est « pire que l’accord de Theresa May » rejeté trois fois par le Parlement britannique. Il ne fera que saper le processus de paix irlandais, qui plus est le dirigeant y décèle l’intention du gouvernement britannique de se livrer à une dérégulation sauvage aux portes de l’UE.

Tout aussi sceptiques, les libéraux démocrates : ils voient d’un très mauvais œil la création de deux frontières sur l’île d’Irlande qui ne respectent pas l’accord de paix de 98 et porteront un coup sévère à l’économie nord-irlandaise. Pour eux comme pour les travaillistes, ce plan est proposé par un Premier ministre qui sait très bien que Bruxelles le rejettera et qui compte en réalité faire sortir le Royaume-Uni du bloc européen le 31 octobre sans accord, ignorant le fait que le Parlement a fait passer une loi qui l’en empêche.

Tout va dépendre de trois groupes qui vont être instrumentaux dans les jours à venir: le DUP, le petit parti unioniste nord-irlandais qui assurait jusqu’à il y a peu une majorité au gouvernement conservateur. Sa dirigeante Arlene Foster a pour le moment apporté un soutien prudent à Boris Johnson. Ensuite, les députés conservateurs ardents Brexiters qui avaient systématiquement voté contre l’accord de Theresa May. Eux aussi affichent un « optimisme prudent » face à un plan qui écarte résolument l’option du backstop irlandais, mais veulent avoir plus d’assurances sur les autres aspects de l’accord de retrait qu’ils critiquaient aussi. Enfin dernier groupe, la vingtaine de députés travaillistes qui soutiennent le Brexit, mais avec un accord et pourraient se laisser convaincre si le gouvernement entame des discussions avec eux.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 387 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz sur Télégram: Si vous êtes sur Télégramme abonnez vous !!
😍 ACTUALITE via Telegram
😍 Offre d'emploi via Telegram .
groupe emploi whatsapp doingbuzz -🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger -🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo RDC - 🇨🇬 Congo Brazzaville -🇲🇦 Maroc - 🇹🇩 Tchad -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Site de petites annonces/ site de vente et d'achat 100% Togo

togopapel Offre d'emploi et concours

Plus sur Doingbuzz

Actualités du jour sur Doingbuzz: Mercredi  le 20 Janvier 2021

20/01/2021

Actualités du...

  Nous vous proposons un condensé des...
Le pompier Andrea Hall dirige le serment d'allégeance

20/01/2021

Le pompier...

Mis à jour à 13 h 05...
Pourquoi Donald Trump a gracié les rappeurs Lil Wayne et Kodak Black

20/01/2021

Pourquoi Donald...

DONALD TRUMP - L’un risquait une condamnation...
Togo/ Femme décapitée : la réaction du maire Gomado

20/01/2021

Togo/ Femme...

Le week-end passé, le corps d’une jeune...
roi 12-12

20/01/2021

Mali :...

Le jeune entrepreneur malien Sidi Mouctar Dembélé...
Coupe du monde des clubs: les remplacements supplémentaires seront testés mais en cas de commotion cérébrale

20/01/2021

Coupe du...

  Un nouveau test dans la sphère...
Doingbuzz - DIRECT TV : suivez en direct l’investiture de Joe Biden

20/01/2021

Doingbuzz –...

Sous haute surveillance, suite à l’assaut du...
Coupe du monde des clubs: voici les combinaisons complètes des matches

20/01/2021

Coupe du...

    La Fédération Internationale de Football...
Diary sow

20/01/2021

Diary Sow...

Recherchée depuis le 04 janvier date à...
Kpodzro,Barrigah

20/01/2021

Mgr Kpodzro...

Il arrive que des mésententes et incompréhensions...
Skelly : "J'espère que cette maladie va me tuer"

20/01/2021

Skelly :...

La star ivoirienne, Skelly serait gravement malade....
CHAN 2021: les résultats et les classements dans chaque groupe après la première journée

20/01/2021

CHAN 2021:...

Commencer le samedi 16 janvier, le Championnat...
« Le plus grand parti d’opposition au Togo est l’UFC » dixit Abass Kaboua

20/01/2021

« Le plus...

Connu pour ses sorties retentissantes, le député...
Telegram Application

20/01/2021

États-Unis : Telegram,...

Apple est sous pression. Elle est sommée de...
USA : Lil Wayne bientôt libéré par grâce présidentielle

20/01/2021

USA : Lil Wayne bientôt...

Avant de quitter la Maison Blanche cette...
Gab, le nouveau repaire des partisans de Trump, expliqué en six points

20/01/2021

Gab, le...

Comme «la nature a horreur du vide»,...
Actualités du jour sur Doingbuzz: Lundi le 19 Janvier 2021

20/01/2021

Actualités du...

Nous vous proposons  un condensé des articles...
États-Unis : Après Twitter, Donald Trump censuré par YouTube et Facebook

20/01/2021

États-Unis :...

Encore président pour quelques jours, Donald Trump...
États-Unis - Incendie au Capitole : le bâtiment évacué après un feu allumé par des sans-abri

20/01/2021

États-Unis –...

Le Capitole à Washington a été provisoirement...
"Je connais le nom et l'adresse de la personne qui détient Diary Sow"

19/01/2021

« Je connais...

Bonne nouvelle pour les parents, proches et...

À moins d'un mois de la date prévue du Brexit, le Premier ministre britannique Boris Johnson a mis la pression sur les Européens mercredi 2 octobre, avec une offre finale présentée comme la seule manière d'éviter une sortie sans accord. Mais pour les partenaires du Royaume-Uni, cette nouvelle proposition britannique n'apporte pas grand-chose de nouveau par rapport aux précédentes.

Boris Johnson s'est entretenu au téléphone avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, raconte le correspondant de RFI à BruxellesPierre Bénazet. Et dans la lettre qu'il lui a adressée, le Premier ministre britannique propose que les parlementaires et l’exécutif d’Irlande du Nord se prononcent avant l’entrée en vigueur du système, puis tous les quatre ans pour le renouveler. Ce qui risque de heurter le plus les Européens, c’est justement l’absence de durabilité de l’offre de Boris Johnson.

L’offre finale du gouvernement britannique est plus acceptable que la première tentative il y a un mois sur les produits agricoles car désormais tous les biens et produits seraient concernés. M. Juncker a d'ailleurs « reconnu les avancées positives, notamment en ce qui concerne l'alignement complet de la réglementation pour toutes les marchandises et le contrôle des marchandises en provenance de Grande-Bretagne qui entrent en Irlande du Nord ». Cela ressemble finalement à ce que l’Union européenne avait proposé comme filet de sécurité pour l’Irlande avant même le début des négociations, à savoir une frontière en mer d’Irlande ce qui à l’époque avait fait hurler les unionistes nord-irlandais du DUP alliés de Theresa May, eux qui refusaient que le Royaume-Uni soit coupé en deux, Grande-Bretagne d’un côté et Irlande du Nord de l’autre.

Mais c’est là que s’arrête la ressemblance, d’abord à cause de la limitation dans le temps et surtout parce que Boris Johnson présente une formule tarabiscotée où l’Irlande du Nord serait dans l’UE d’un point de vue règlementaire mais pas dans l’Union douanière européenne. Il n’est en revanche question nulle part d’une autre grande préoccupation des Européens, à savoir les garanties pour les droits des citoyens. Cette offre britannique à prendre ou à laisser, risque de diviser les Européens entre les tenants de la fermeté envers Londres et les partisans d’un nouvel accord pour éviter la catastrophe d’un Brexit abrupt.

? Les réactions à Westminster

De notre correspondante, Muriel Delcroix

On ne peut pas dire que pour l’instant ce plan ait déclenché un enthousiasme fou. Parmi les premiers à doucher les espoirs de Boris Johnson –si toutefois il en avait encore- Jeremy Corbyn : pour le chef des travaillistes, principal parti d’opposition, ce plan est « pire que l’accord de Theresa May » rejeté trois fois par le Parlement britannique. Il ne fera que saper le processus de paix irlandais, qui plus est le dirigeant y décèle l’intention du gouvernement britannique de se livrer à une dérégulation sauvage aux portes de l’UE.

Tout aussi sceptiques, les libéraux démocrates : ils voient d’un très mauvais œil la création de deux frontières sur l’île d’Irlande qui ne respectent pas l’accord de paix de 98 et porteront un coup sévère à l’économie nord-irlandaise. Pour eux comme pour les travaillistes, ce plan est proposé par un Premier ministre qui sait très bien que Bruxelles le rejettera et qui compte en réalité faire sortir le Royaume-Uni du bloc européen le 31 octobre sans accord, ignorant le fait que le Parlement a fait passer une loi qui l’en empêche.

Tout va dépendre de trois groupes qui vont être instrumentaux dans les jours à venir: le DUP, le petit parti unioniste nord-irlandais qui assurait jusqu’à il y a peu une majorité au gouvernement conservateur. Sa dirigeante Arlene Foster a pour le moment apporté un soutien prudent à Boris Johnson. Ensuite, les députés conservateurs ardents Brexiters qui avaient systématiquement voté contre l’accord de Theresa May. Eux aussi affichent un « optimisme prudent » face à un plan qui écarte résolument l’option du backstop irlandais, mais veulent avoir plus d’assurances sur les autres aspects de l’accord de retrait qu’ils critiquaient aussi. Enfin dernier groupe, la vingtaine de députés travaillistes qui soutiennent le Brexit, mais avec un accord et pourraient se laisser convaincre si le gouvernement entame des discussions avec eux.

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 55 387 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire