...

Bientôt une pénurie de Fufu au Ghana ? Des citoyens mécontents


Video player

Il est obligatoire pour tout employeur de traiter ses employés avec respect et dignité. Les employés doivent disposer d’outils et d’équipements adéquats, d’un environnement de travail sûr et d’une rémunération appropriée pour le travail qu’ils effectuent. C’est sur ce principe que se basent les pileurs de fufu pour revendiquer leur droit.

La Fufu Association of Ghana est le dernier syndicat en date à avoir menacé de déposer ses outils si la direction refuse d’augmenter les salaires.

Le fufu est une spécialité sous-régionale appréciée par les membres de presque tous les peuples. Malgré l’engouement qu’il suscite, sa préparation demande beaucoup de travail.

L’écrasement du manioc, de l’igname et de la banane plantain cuits pour obtenir un fufu fin et beau demande beaucoup d’efforts, surtout pour ceux qui le pilent pour le vendre. Bien qu’il existe une machine qui facilite l’écrasement du manioc et de la banane plantain, de nombreuses personnes optent toujours pour le produit pilé au mortier et au pilon.

656ad26c6e8044379f72c0c71e759065 300x169 - Bientôt une pénurie de Fufu au Ghana ? Des citoyens mécontents

Lire aussi : 10 plats africains que vous devriez essayer en 2022

C’est pour cette raison que les opérateurs de chop bar font appel aux services d’hommes costauds pour piler le tubercule contre rémunération. Mais les membres de l’Association ghanéenne des pileurs de la région centrale ne sont pas satisfaits de leurs conditions de service et ont menacé de se mettre en grève.

Dans une interview accordée à TV3, l’un des membres mécontents a déploré le fait qu’ils ne soient payés que la somme dérisoire de 15 Ghs (Près de 1000 Fcfa) après une journée entière de dur labeur à piler le fufu.

Il a souligné que ceux d’Accra gagnent bien plus que cela, et que si leurs employeurs n’augmentent pas leur salaire à 60 Ghs, ils se mettront en grève.

--
Hey toi 👋 Partage ce contenu 👉

Laisser votre commentaire