Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Bénin : Le journaliste Ignace Sossou libéré
24/06/2020 à 16h52 par Georges Traore

Condamné à 12 mois de prison, dont 6 mois avec sursis, assorti d’une amende de 200.000 FCFA, le journaliste béninois, Ignace Sossou est enfin libre. Il a fait ses 6 derniers mois derrière les barreaux mais n’a pas manqué du soutien de la famille des médias. Et ce de par le monde. Il est enfin en droit de rejoindre ses proches après ce temps passé loin d’eux.

Le journaliste Ignace Sossou  est donc en liberté ce 24 juin 2020. L’affaire qui l’a conduit en prison concernait le procureur Mario Mètonou dont il a publié des tweets. L’affaire a vite dégénéré en quelques jours. Initialement condamné à 18 mois de prison ferme et une amende de 200.000 FCFA à l’issue d’une audience publique tenue le mardi 24 décembre 2019, Ignace Sossou avait fait appel. Par la suite, la cour d’appel de Cotonou l’a condamné à 12 mois de prison, dont 6 avec sursis, assorti d’une amende de 200.000 FCFA.

D’après son avocat Me Brice Houssou, Ignace Sossou n’a rien fait de déontologiquement mauvais, en ce qui concerne sa qualité de journaliste. « Il n’a rien fait en terme d’infraction à la loi pénale. Il n’était pas le seul à publier les extraits des communicateurs sur les réseaux sociaux », a-t-il expliqué. « Il se fait, c’est ce que nous pensons, que les extraits que, lui, il a publiés, sont les extraits qui gênent une certaine autorité judiciaire », ajoute-il avant de soulever quelques interrogations: « Mais lorsque des extraits publiés par un journaliste gênent une autorité judiciaire, est-ce que cela est constitutif d’infraction à la loi pénale, notamment à la loi portant code du numérique? Là est tout le débat juridique. Est-ce que sa position de journaliste ne l’extrait pas de l’application de la loi portant code du numérique ?»

Ignace Sossou est économiste et journaliste indépendant à la rédaction de BENIN WEB TV. Il est l’auteur de l’enquête sur les évasions fiscales au niveau du supermarché Erevan et à la Sobépec. Un travail mené sous la coordination de la Cellule Nobert Zongo pour le journalisme d’Investigation (CENOZO) et le Consortium international du journalisme d’investigation (ICIJ) et pour lequel il a été condamné à 1 mois de prison avec sursis plus une amende de 500 000 F avec sursis. Il avait fait appel mais le procès est toujours en attente.

 

Lire aussi : Affaire Ignace Sossou : « l’inexcusable erreur » de l’agence française CFI

 

Avec Beninwebtv

 

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Condamné à 12 mois de prison, dont 6 mois avec sursis, assorti d’une amende de 200.000 FCFA, le journaliste béninois, Ignace Sossou est enfin libre. Il a fait ses 6 derniers mois derrière les barreaux mais n’a pas manqué du soutien de la famille des médias. Et ce de par le monde. Il est enfin en droit de rejoindre ses proches après ce temps passé loin d’eux.

Le journaliste Ignace Sossou  est donc en liberté ce 24 juin 2020. L’affaire qui l’a conduit en prison concernait le procureur Mario Mètonou dont il a publié des tweets. L’affaire a vite dégénéré en quelques jours. Initialement condamné à 18 mois de prison ferme et une amende de 200.000 FCFA à l’issue d’une audience publique tenue le mardi 24 décembre 2019, Ignace Sossou avait fait appel. Par la suite, la cour d’appel de Cotonou l’a condamné à 12 mois de prison, dont 6 avec sursis, assorti d’une amende de 200.000 FCFA.

D’après son avocat Me Brice Houssou, Ignace Sossou n’a rien fait de déontologiquement mauvais, en ce qui concerne sa qualité de journaliste. « Il n’a rien fait en terme d’infraction à la loi pénale. Il n’était pas le seul à publier les extraits des communicateurs sur les réseaux sociaux », a-t-il expliqué. « Il se fait, c’est ce que nous pensons, que les extraits que, lui, il a publiés, sont les extraits qui gênent une certaine autorité judiciaire », ajoute-il avant de soulever quelques interrogations: « Mais lorsque des extraits publiés par un journaliste gênent une autorité judiciaire, est-ce que cela est constitutif d’infraction à la loi pénale, notamment à la loi portant code du numérique? Là est tout le débat juridique. Est-ce que sa position de journaliste ne l’extrait pas de l’application de la loi portant code du numérique ?»

Ignace Sossou est économiste et journaliste indépendant à la rédaction de BENIN WEB TV. Il est l’auteur de l’enquête sur les évasions fiscales au niveau du supermarché Erevan et à la Sobépec. Un travail mené sous la coordination de la Cellule Nobert Zongo pour le journalisme d’Investigation (CENOZO) et le Consortium international du journalisme d’investigation (ICIJ) et pour lequel il a été condamné à 1 mois de prison avec sursis plus une amende de 500 000 F avec sursis. Il avait fait appel mais le procès est toujours en attente.

 

Lire aussi : Affaire Ignace Sossou : « l’inexcusable erreur » de l’agence française CFI

 

Avec Beninwebtv

 

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire