Actualité Politique, Économie, Sport , en France et du reste
Bénin : selon Amnesty International, le droit des LGBTQI est bafoué
3Vision-Group
22/04/2021 à 09h17 par Tritech Raheem

C’est une information qui risque de déplaire au président américain Joe Biden qui, depuis sa prise de pouvoir, s’attèle à garantir la liberté de la communauté des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes (LGBTQI). Apparemment, la politique du démocrate américain a du mal à passer au Bénin. Selon Amnesty International Bénin, les droits de ces personnes aux tendances sexuelles différentes, ne sont pas respectés dans le pays de Patrice Talon.

 

C’est l’une des conclusions contenues dans le rapport 2020-2021 d’Amnesty International Bénin. L’organisation estime que la liberté des LGBTQI n’est pas garantie au Bénin. Elle se base sur des preuves palpables, des événements, qui démontrent que ces personnes ne sont pas à leur aise dans le pays dirigé par Patrice Talon. Il s’agit de faits avérés qui justifient leur conclusion.

Lire aussi : États-Unis : Joe Biden menace de sanctionner les pays qui rejettent la communauté LGBTQI

« En avril, par exemple, des inconnus ont roué de coups une femme transgenre à Cotonou jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse. Elle a repris connaissance au poste de police de Godomey, où des agents l’ont battue, insultée et menacée », lit-on dans ce dernier rapport d’Amnesty International, rapporté par nos confrères de Benin Web TV.

 

« Après l’avoir rouée de coups, ces agents l’ont dénudée, l’ont prise en photo avant de la renvoyer chez elle sans ses vêtements au bout de cinq jours de détention », poursuit l’ONG Internationale dans son rapport. Amnesty International a également évoqué le cas  d’une autre femme transgenre ayant été agressée par un groupe d’hommes qui l’ont « pourchassée dans la rue, déshabillée et frappée ».

Lire aussi : Le Vatican s'oppose au mariage homosexuel

« Plus tard dans la soirée, la police l’a arrêtée à son domicile sans raison valable, l’a emmenée à leur poste pour photographier son visage et ses parties génitales, avant de la placer dans une cellule avec des hommes. Elle a été libérée sans inculpation, le lendemain », rapporte l’ONG. Cette organisation invite donc le peuple béninois à faire preuve de tolérance à l’égard des LGBTQI.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 451 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :
togopapel APPLICATION MOBILE  ABONNEZ à Google news

C’est une information qui risque de déplaire au président américain Joe Biden qui, depuis sa prise de pouvoir, s’attèle à garantir la liberté de la communauté des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes (LGBTQI). Apparemment, la politique du démocrate américain a du mal à passer au Bénin. Selon Amnesty International Bénin, les droits de ces personnes aux tendances sexuelles différentes, ne sont pas respectés dans le pays de Patrice Talon.

 

C’est l’une des conclusions contenues dans le rapport 2020-2021 d’Amnesty International Bénin. L’organisation estime que la liberté des LGBTQI n’est pas garantie au Bénin. Elle se base sur des preuves palpables, des événements, qui démontrent que ces personnes ne sont pas à leur aise dans le pays dirigé par Patrice Talon. Il s’agit de faits avérés qui justifient leur conclusion.

Lire aussi : États-Unis : Joe Biden menace de sanctionner les pays qui rejettent la communauté LGBTQI

« En avril, par exemple, des inconnus ont roué de coups une femme transgenre à Cotonou jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse. Elle a repris connaissance au poste de police de Godomey, où des agents l’ont battue, insultée et menacée », lit-on dans ce dernier rapport d’Amnesty International, rapporté par nos confrères de Benin Web TV.

 

« Après l’avoir rouée de coups, ces agents l’ont dénudée, l’ont prise en photo avant de la renvoyer chez elle sans ses vêtements au bout de cinq jours de détention », poursuit l’ONG Internationale dans son rapport. Amnesty International a également évoqué le cas  d’une autre femme transgenre ayant été agressée par un groupe d’hommes qui l’ont « pourchassée dans la rue, déshabillée et frappée ».

Lire aussi : Le Vatican s'oppose au mariage homosexuel

« Plus tard dans la soirée, la police l’a arrêtée à son domicile sans raison valable, l’a emmenée à leur poste pour photographier son visage et ses parties génitales, avant de la placer dans une cellule avec des hommes. Elle a été libérée sans inculpation, le lendemain », rapporte l’ONG. Cette organisation invite donc le peuple béninois à faire preuve de tolérance à l’égard des LGBTQI.

Vous êtes sur whatsapp,intégrez et recevez nos articles depuis nos groupes disponible sur le whatsapp

Groupe Emploi Whatsapp Doingbuzz

Cliquer ici 👆

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 53 451 autres abonnés


Abonnez toi à Doingbuzz Tv sur Youtube

--

DOINGBUZZ TV

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire