Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Au Burkina, la production de coton n’arrive pas à remonter la pente
17/04/2020 à 09h30 par La redaction

Attendue à 600 000 tonnes, la production cotonnière du pays n’atteindra que 500 000 tonnes environ au terme de la campagne 2019-2020. Une performance qui reste en hausse par rapport à la campagne précédente.

Alors que les cours mondiaux du coton s’effondrent dans le sillage de la crise sanitaire du Covid-19, les cotonculteurs burkinabè annoncent qu’ils ne pourront pas atteindre l’objectif de production de 600 000 tonnes initialement prévu.

« Les estimations de la production sont en cours au niveau des sociétés cotonnières. Les derniers chiffres disponibles font état d’une production autour de 500 000 t. de coton graine. Mais, je crains que nous n’atteignons pas ce cap », a déclaré à Jeune Afrique, Yacouba Koura, vice-président de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB).
Agissant comme un véritable lobby, l’UNPCB regroupe quelque 250 000 exploitants. Dotée d’un budget moyen de 4 milliards de F CFA, elle réunit 9 217 groupements de producteurs de coton et 177 unions départementales de producteurs de coton.

L’Association interprofessionnelle du coton au Burkina (AICB), l’organe paritaire de gestion devrait annoncer courant avril les chiffres consolidés de la production cotonnière.

Mais, les données provisoires révèlent toutefois une hausse par rapport aux 436 000 t. engrangées lors de la campagne écoulée, et bien plus que la moyenne annuelle de 384 400 tonnes.

La prochaine campagne pour remonter ?

Confrontés à la baisse de leurs revenus, plusieurs milliers de producteurs membres de l’UNPCB avaient tourné le dos à la culture du coton. Ces derniers estiment le montant des impayés à plus de 11 milliards de F CFA (16,8 millions d’euros). Une somme que l’État a promis d’apurer. Mais la totalité n’a jusque-là pas été soldée.

Cela explique en partie les difficultés de la Société des fibres et textiles (Sofitex) qui a vu ses revenus baisser subitement en lien avec la chute de la production. L’entreprise a vu son bilan chuter notablement de 247 milliards de F CFA en 2018 à près de 203 milliards de F CFA l’an dernier.

Contactée, la société dirigée par Wilfrid Yaméogo n’a pas souhaité communiquer sur le sujet.

Avec plus de 85 % de parts de marché, Sofitex est la plus importante des trois sociétés burkinabè (devant Socoma et Faso Coton) en charge de l’achat, du transport et de l’égrenage du coton, et de la commercialisation de la fibre. L’entreprise a d’ores et déjà annoncé mettre les bouchées doubles pour préparer la prochaine campagne cotonnière.

Multiples facteurs de crise

Les inquiétudes des producteurs burkinabè sur cette baisse reposent sur la météo qui a d’abord fait défaut, engendrant des semis tardifs dans les régions cotonnières de l’ouest.

Les producteurs ont par ailleurs été affectés par la crise au sein de l’UNPCB, et beaucoup de groupements ont dû jeter l’éponge. D’autres encore, confrontés aux contraintes de la pénibilité qui requiert sept traitement en moyenne, se sont résolus à abandonner purement et simplement la culture du coton, souligne Yacouba Koura.

Égrenant un chapelet de griefs comme la qualité médiocre des intrants ou encore l’insécurité à l’est du pays, notre interlocuteur se dit sceptique quant à la reprise que devrait impulser le plan de relance de la filière.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Décapitation du jeune Koffi Toussaint à Daoukro : un cadre du PDCI lance un avis de recherche pour retrouver le meurtrier

16/11/2020

Décapitation du...

Jean-Yves Esso du PDCI, lance un avis...
Côte d’Ivoire / Crise politique : l’international Didier Drogba livre un important message

16/11/2020

Côte d’Ivoire...

Didier Drogba, ancien capitaine de l’Equipe nationale...
Côte d’Ivoire/M’Batto : la grotte de la vierge Marie détruite à Assaouffoué par des individus non identifiés !

16/11/2020

Côte d’Ivoire/M’Batto...

La grotte de la vierge Marie profanée...
Félicitation de Macron à Ouattara/ Soro:” ça serait pire que de l’ingérence”

16/11/2020

Félicitation de...

Avant qu’il se prononce convenablement, Guillaume Soro...
Abdou K. Guèye s'attaque à Oustaz A. Sall: « Il reçoit toujours l'argent de...»

16/11/2020

Abdou K....

Invité de l’émission « Yes Week-end »...
Franklin Nyamsi, conseiller de Soro: “Le Drian est un raciste. Il considère que les Nègres sont des sous-hommes”

16/11/2020

Franklin Nyamsi,...

Franklin Nyamsi, Conseiller Spécial de Guillaume Soro...
Nigeria : un ex-international enlevé par des hommes armés !

16/11/2020

Nigeria :...

Christian Obodo (21 sélections, 4 buts), ancien joueur de...
Michel Larive, député français, sur l’élection de Ouattara: “C’est un coup de force anticonstitutionnel”

16/11/2020

Michel Larive,...

“En dépit des règles constitutionnelles en vigueur...
Soro découvre la lettre complète de Macron à Ouattara et s’écrie: “Féliciter quelqu’un qui vient de violer une Constitution avec plus de 100 morts dont un décapité”

16/11/2020

Soro découvre...

Guillaume Soro a exprimé une énorme déception...
Marichou fait sa premiere apparition après son problème avec Touba (Photos)

16/11/2020

Marichou fait...

Après son histoire de selfie faite à...
Annoncé mort par Rfi, l'ancien président du Sénégal Abdoulaye Wade donne signe de vie

16/11/2020

Annoncé mort...

Annoncé mort par le site de Rfi,...
Émigration clandestine : Considéré mort, il réapparaît au moment de ses funérailles !

16/11/2020

Émigration clandestine...

Cheikh Tidjane Dièye, habitant le village de...
Barack Obama explique comment il a humilié Donald Trump à la maison Blanche

16/11/2020

Barack Obama...

    L'ancien président américain Barack Obama...
Hamed Bakayoko élevé au grade de Commandeur dans l'Ordre du mérite

16/11/2020

Hamed Bakayoko...

Ministre d’Etat, ministre de la Défense et...
RFI annonce la mort du Roi Pélé (Photos)

16/11/2020

RFI annonce...

  RFI a annoncé ce 16 novembre...
Nigeria : le laboratoire Pfizer avait déjà créé des ‘‘dégâts humains’’ avec ses vaccins

16/11/2020

Nigeria : le...

Le laboratoire Pfizer dans ses recherches a...
Cameroun : La Communauté missionnaire Saint Paul organise une soirée pour Samuel Eto'o

16/11/2020

Cameroun :...

La légende du football camerounais sera célébré...
Côte d'ivoire : Une grotte mariale saccagée à M'batto

16/11/2020

Côte d’ivoire...

Les actes repréhensibles continuent de secouer la...
Kenya : des bébés en vente sur le marché noir

16/11/2020

Kenya :...

  Il s'agit d'un phénomène qui attriste...
Côte d’Ivoire : la grosse inquiétude de Beaumelle avant le match retour contre le Madagascar !

16/11/2020

Côte d’Ivoire...

Après leur victoire (2-1) contre les Barea...

Attendue à 600 000 tonnes, la production cotonnière du pays n’atteindra que 500 000 tonnes environ au terme de la campagne 2019-2020. Une performance qui reste en hausse par rapport à la campagne précédente.

Alors que les cours mondiaux du coton s’effondrent dans le sillage de la crise sanitaire du Covid-19, les cotonculteurs burkinabè annoncent qu’ils ne pourront pas atteindre l’objectif de production de 600 000 tonnes initialement prévu.

« Les estimations de la production sont en cours au niveau des sociétés cotonnières. Les derniers chiffres disponibles font état d’une production autour de 500 000 t. de coton graine. Mais, je crains que nous n’atteignons pas ce cap », a déclaré à Jeune Afrique, Yacouba Koura, vice-président de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB).
Agissant comme un véritable lobby, l’UNPCB regroupe quelque 250 000 exploitants. Dotée d’un budget moyen de 4 milliards de F CFA, elle réunit 9 217 groupements de producteurs de coton et 177 unions départementales de producteurs de coton.

L’Association interprofessionnelle du coton au Burkina (AICB), l’organe paritaire de gestion devrait annoncer courant avril les chiffres consolidés de la production cotonnière.

Mais, les données provisoires révèlent toutefois une hausse par rapport aux 436 000 t. engrangées lors de la campagne écoulée, et bien plus que la moyenne annuelle de 384 400 tonnes.

La prochaine campagne pour remonter ?

Confrontés à la baisse de leurs revenus, plusieurs milliers de producteurs membres de l’UNPCB avaient tourné le dos à la culture du coton. Ces derniers estiment le montant des impayés à plus de 11 milliards de F CFA (16,8 millions d’euros). Une somme que l’État a promis d’apurer. Mais la totalité n’a jusque-là pas été soldée.

Cela explique en partie les difficultés de la Société des fibres et textiles (Sofitex) qui a vu ses revenus baisser subitement en lien avec la chute de la production. L’entreprise a vu son bilan chuter notablement de 247 milliards de F CFA en 2018 à près de 203 milliards de F CFA l’an dernier.

Contactée, la société dirigée par Wilfrid Yaméogo n’a pas souhaité communiquer sur le sujet.

Avec plus de 85 % de parts de marché, Sofitex est la plus importante des trois sociétés burkinabè (devant Socoma et Faso Coton) en charge de l’achat, du transport et de l’égrenage du coton, et de la commercialisation de la fibre. L’entreprise a d’ores et déjà annoncé mettre les bouchées doubles pour préparer la prochaine campagne cotonnière.

Multiples facteurs de crise

Les inquiétudes des producteurs burkinabè sur cette baisse reposent sur la météo qui a d’abord fait défaut, engendrant des semis tardifs dans les régions cotonnières de l’ouest.

Les producteurs ont par ailleurs été affectés par la crise au sein de l’UNPCB, et beaucoup de groupements ont dû jeter l’éponge. D’autres encore, confrontés aux contraintes de la pénibilité qui requiert sept traitement en moyenne, se sont résolus à abandonner purement et simplement la culture du coton, souligne Yacouba Koura.

Égrenant un chapelet de griefs comme la qualité médiocre des intrants ou encore l’insécurité à l’est du pays, notre interlocuteur se dit sceptique quant à la reprise que devrait impulser le plan de relance de la filière.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire