Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Artemisia et plantes médicinales : le « Covid-Organics », symbole de la recherche malgache
30/04/2020 à 10h29 par La redaction

Le lancement à Madagascar du « Covid-Organics » (CVO) a suscité nombre d’interrogations. Mais pour Marcel Razanamparany, président de l’Académie de médecine, cette initiative met en lumière le travail des chercheurs de l’IMRA, qui a mené l’étude clinique. Et dont le fondateur, Albert Rakoto Ratsimamanga, a toujours prôné l’association entre médecines moderne et traditionnelle.

Dans la course contre la montre pour trouver un remède contre le Covid-19, Madagascar a démarré très tôt un protocole de bithérapie basé sur la chloroquine et l’antibiotique azithromycine, en association avec des traitements émanant de savoirs ancestraux faisant la part belle aux plantes médicinales. Au vu de la richesse de la biodiversité de Madagascar et compte tenu du rôle central des tradipraticiens dans la Grande Île, la décision a été prise de valoriser la médecine traditionnelle.

Sous l’impulsion présidentielle, face aux promesses de la chloroquine et à l’utilisation de l’artemisia par la Chine contre le coronavirus, l’Institut malgache de recherche appliquée (IMRA) et le Centre national de recherche en pharmacologie se sont associés pour mener des études et mettre en place un protocole de recherches sur cette plante déjà connue pour ses vertus contre le paludisme.

Cette démarche, a abouti à l’élaboration du Covid-Organics, un remède traditionnel amélioré composé d’artemisia et d’autres plantes médicinales endémiques, telles que le ravintsara.
Artemisia et plantes médicinales : le « Covid-Organics », symbole de la recherche malgache

Association des médecines traditionnelle et moderne

Abondante sur le sol malgache, l’artemisia annua a déjà fait l’objet de plus d’une vingtaine d’études à Madagascar où elle a été introduite en 1975 par le Pr Albert Rakoto Ratsimamanga pour lutter contre le paludisme. Sa forme médicinale est déjà commercialisée en pharmacie.

Le protocole de recherche a permis à l’équipe de l’IMRA, qui travaille de longue date sur cette plante, de vérifier ses bons résultats dans la diminution et la disparition des symptômes du coronavirus. Une découverte de plus pour ce centre de recherche qui compte à son actif une cinquantaine de remèdes élaborés en associant médecines traditionnelle et moderne, dont l’antidiabétique Madéglucyl et l’anti-tussif Madétoxy.

Fort d’une notoriété nationale et internationale et doté du statut de centre régional de recherche par l’Union africaine, ce centre de recherche médical et pharmaceutique et de formation a été fondé en 1957 grâce aux retombées financières d’un médicament cicatrisant, le Madécassol, que ses fondateurs Albert et Suzanne Rakoto Ratsimamanga tirèrent de la plante centella asiatica.

Situé à Antananarivo, composé d’une équipe d’une centaine de personnes, dont une trentaine de chercheurs et techniciens, ses recherches se concentrent sur la phytochimie, la pharmacologie parasitaire et cellulaire, la diabétologie expérimentale, la pharmacodynamique, la toxicologie et la chimie analytique des huiles essentielles. Il a été reconnu d’utilité publique par le Conseil de gouvernement le 2 octobre 2012.

Potentiel de la flore endémique

La mise au point du Covid-Organics est une illustration parfaite du credo du Pr Albert Rakoto Ratsimamanga, dont les recherches portaient sur l’association de la médecine traditionnelle et de la médecine moderne.

NOUS DEVONS AVANT TOUT AVOIR CONFIANCE EN NOUS-MÊMES ET DANS LES VERTUS THÉRAPEUTIQUES DE LA NATURE

Considéré comme le pionnier de la science à Madagascar, ce chercheur qui fut à l’origine de quelque 350 études scientifiques déclarait ainsi : « Nous devons avancer à notre rythme, nous devons avant tout avoir confiance en nous-mêmes et dans les vertus thérapeutiques de la nature. Car la nature et l’homme ne font qu’un. »

Conscient du caractère exceptionnel de la flore endémique, dont il connaissait le potentiel et les bienfaits, il savait mieux que quiconque que la médecine traditionnelle guérit, mais il connaissait aussi ses limites, notamment face au risque infectieux. Sa vie est solidaire des grands enjeux historiques et scientifiques de son époque.

D’abord médecin de l’Assistance médicale indigène, ce militant anticolonialiste, conscient de l’immense précarité sanitaire des populations rurales de Madagascar, poursuivra ses études à Paris où il deviendra docteur en médecine, diplômé de l’Institut de médecine exotique et de l’Institut Pasteur.

Après avoir été assistant à la faculté de médecine de Paris, il sera l’un des quatre directeurs scientifiques refondateurs du CNRS d’après-guerre. Ayant décidé de concentrer ses recherches sur les propriétés médicinales de la flore malgache, il sera aussi le premier à s’interroger sur les moyens de l’intégrer à la médecine moderne.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

U outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

(Photos): Tenues osées, Mame Diarra « Sen Petit Gallé » provoque la toile

02/11/2020

(Photos): Tenues...

Décidément, Mame Diarra Sylla qui a été...
Émigration clandestine au Sénégal : La marine nationale intercepte une pirogue avec 129 passagers

02/11/2020

Émigration clandestine...

Le patrouilleur de la Marine nationale ‘’Kédougou’’,...
Scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire : 2ème vague de Proclamation des résultats (video)

01/11/2020

Scrutin présidentiel...

Scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire : 2ème...
Présidentielle en Côte d'Ivoire : les premiers résultats tombent (video)

01/11/2020

Présidentielle en...

Les résultats de l’élection présidentielle en Côte...
Côte d'Ivoire : l'analyse de Louis Keumayou (video)

01/11/2020

Côte d’Ivoire...

En Côte d'Ivoire, "c'est le match retour...
Le gouvernement de la Catalogne compte ouvrir une ambassade au Sénégal

01/11/2020

Le gouvernement...

La crise économique consécutive au coronavirus ne...
La liberté d'expression n'est pas sans limite déclare Justin Trudeau

01/11/2020

La liberté...

A la suite des propos d'Emmanuel Macron qui...
Sénégal: Voici la liste du nouveau gouvernement de Macky Sall

01/11/2020

Sénégal: Voici...

Vingt mois après sa réélection, Macky Sall...
Présidentielle 2020 : le RHDP se réjouit de la volonté populaire exprimée au scrutin

01/11/2020

Présidentielle 2020...

Abidjan, 1er nov 2020 – Après quelques heures...
Suivez en direct les résultats de la présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire

01/11/2020

Suivez en...

Les résultats de la présidentielle du 31...
Présidentielle 2020 : le vote a été effectif dans 77% des bureaux de vote (Observateur Indigo)

01/11/2020

Présidentielle 2020...

Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020 : le vote a...
Les résultats de la présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire proclamés ce 1er novembre 2020

01/11/2020

Les résultats...

Les résultats de la présidentielle du 31...
Remaniement au Sénégal : Aïssata Tall Sall nommée ministre des Affaires étrangères

01/11/2020

Remaniement au...

 Aissata Tall Sall, ancienne envoyée spéciale du...
Remaniement au Sénégal : L’opposant Idrissa Seck rejoint le gouvernement de Macky Sall

01/11/2020

Remaniement au...

Lors du remaniement de ce dimanche 01...
Gamou 2020: Voici en images comment Sokhna Aida Diallo a passé la nuit du Prophète

01/11/2020

Gamou 2020:...

Revivez les images exclusives de Sokhna Aïda...
Sénégal : L’opposant Ousmane Sonko rend hommage au Pr Iba Der Thiam

01/11/2020

Sénégal :...

De nombreuses personnalités, dont l’opposant sénégalais Ousmane...
Sénégal : Décès du Pr Iba Der Thiam, Macky Sall rend hommage à «historien de notoriété mondiale »

01/11/2020

Sénégal :...

La Sénégal est en deuil. Le Professeur...
Bénin : Un enseignant se donne la mort

01/11/2020

Bénin :...

Au Bénin, un enseignant d’un établissement s’est...
L’opposition ivoirienne prépare la constitution d’un « gouvernement de transition »

01/11/2020

L’opposition ivoirienne...

L’opposition face à la presse ce 1er...
Amadou Gon Coulibaly ne sera plus candidat à la présidentielle de 2020

01/11/2020

CEI :...

La vice-présidente de la CEI, Mme Aminata...

Le lancement à Madagascar du « Covid-Organics » (CVO) a suscité nombre d’interrogations. Mais pour Marcel Razanamparany, président de l’Académie de médecine, cette initiative met en lumière le travail des chercheurs de l’IMRA, qui a mené l’étude clinique. Et dont le fondateur, Albert Rakoto Ratsimamanga, a toujours prôné l’association entre médecines moderne et traditionnelle.

Dans la course contre la montre pour trouver un remède contre le Covid-19, Madagascar a démarré très tôt un protocole de bithérapie basé sur la chloroquine et l’antibiotique azithromycine, en association avec des traitements émanant de savoirs ancestraux faisant la part belle aux plantes médicinales. Au vu de la richesse de la biodiversité de Madagascar et compte tenu du rôle central des tradipraticiens dans la Grande Île, la décision a été prise de valoriser la médecine traditionnelle.

Sous l’impulsion présidentielle, face aux promesses de la chloroquine et à l’utilisation de l’artemisia par la Chine contre le coronavirus, l’Institut malgache de recherche appliquée (IMRA) et le Centre national de recherche en pharmacologie se sont associés pour mener des études et mettre en place un protocole de recherches sur cette plante déjà connue pour ses vertus contre le paludisme.

Cette démarche, a abouti à l’élaboration du Covid-Organics, un remède traditionnel amélioré composé d’artemisia et d’autres plantes médicinales endémiques, telles que le ravintsara.
Artemisia et plantes médicinales : le « Covid-Organics », symbole de la recherche malgache

Association des médecines traditionnelle et moderne

Abondante sur le sol malgache, l’artemisia annua a déjà fait l’objet de plus d’une vingtaine d’études à Madagascar où elle a été introduite en 1975 par le Pr Albert Rakoto Ratsimamanga pour lutter contre le paludisme. Sa forme médicinale est déjà commercialisée en pharmacie.

Le protocole de recherche a permis à l’équipe de l’IMRA, qui travaille de longue date sur cette plante, de vérifier ses bons résultats dans la diminution et la disparition des symptômes du coronavirus. Une découverte de plus pour ce centre de recherche qui compte à son actif une cinquantaine de remèdes élaborés en associant médecines traditionnelle et moderne, dont l’antidiabétique Madéglucyl et l’anti-tussif Madétoxy.

Fort d’une notoriété nationale et internationale et doté du statut de centre régional de recherche par l’Union africaine, ce centre de recherche médical et pharmaceutique et de formation a été fondé en 1957 grâce aux retombées financières d’un médicament cicatrisant, le Madécassol, que ses fondateurs Albert et Suzanne Rakoto Ratsimamanga tirèrent de la plante centella asiatica.

Situé à Antananarivo, composé d’une équipe d’une centaine de personnes, dont une trentaine de chercheurs et techniciens, ses recherches se concentrent sur la phytochimie, la pharmacologie parasitaire et cellulaire, la diabétologie expérimentale, la pharmacodynamique, la toxicologie et la chimie analytique des huiles essentielles. Il a été reconnu d’utilité publique par le Conseil de gouvernement le 2 octobre 2012.

Potentiel de la flore endémique

La mise au point du Covid-Organics est une illustration parfaite du credo du Pr Albert Rakoto Ratsimamanga, dont les recherches portaient sur l’association de la médecine traditionnelle et de la médecine moderne.

NOUS DEVONS AVANT TOUT AVOIR CONFIANCE EN NOUS-MÊMES ET DANS LES VERTUS THÉRAPEUTIQUES DE LA NATURE

Considéré comme le pionnier de la science à Madagascar, ce chercheur qui fut à l’origine de quelque 350 études scientifiques déclarait ainsi : « Nous devons avancer à notre rythme, nous devons avant tout avoir confiance en nous-mêmes et dans les vertus thérapeutiques de la nature. Car la nature et l’homme ne font qu’un. »

Conscient du caractère exceptionnel de la flore endémique, dont il connaissait le potentiel et les bienfaits, il savait mieux que quiconque que la médecine traditionnelle guérit, mais il connaissait aussi ses limites, notamment face au risque infectieux. Sa vie est solidaire des grands enjeux historiques et scientifiques de son époque.

D’abord médecin de l’Assistance médicale indigène, ce militant anticolonialiste, conscient de l’immense précarité sanitaire des populations rurales de Madagascar, poursuivra ses études à Paris où il deviendra docteur en médecine, diplômé de l’Institut de médecine exotique et de l’Institut Pasteur.

Après avoir été assistant à la faculté de médecine de Paris, il sera l’un des quatre directeurs scientifiques refondateurs du CNRS d’après-guerre. Ayant décidé de concentrer ses recherches sur les propriétés médicinales de la flore malgache, il sera aussi le premier à s’interroger sur les moyens de l’intégrer à la médecine moderne.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire