Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Après le meurtre de George Floyd, la semaine où tout a basculé aux Etats-Unis
06/06/2020 à 11h34 par La redaction

Le meurtre de George Floyd, un homme noir, commis par un policier de Minneapolis, a déclenché un mouvement de protestation déjà historique. Le pays redécouvre de façon spectaculaire l’ampleur de ses tensions sociales et raciales, exacerbées par un président incendiaire.

 

Lorsqu’il fut élu, Barack Obama, premier président noir à accéder à la présidence des États-Unis, promettait une Amérique enfin débarrassée de ses profondes tensions raciales. Ces tensions, aussi anciennes que la République américaine, ne se sont jamais résorbées. Elles puisent leur origine dans l’esclavage (dix des douze premiers présidents états-uniens possédaient des esclaves), mais aussi dans des décennies de ségrégation méticuleuse et de criminalisation des Noirs.

L’élection d’Obama en novembre 2008 fut même considérée comme l’avènement d’un pays enfin « post-racial », voire la victoire ultime du mouvement des droits civiques, qui lutta dans les années 1950 et 1960 pour l’égalité réelle et l’accès au vote des Noirs américains.

Son deuxième mandat fut pourtant marqué par une série de meurtres policiers, souvent documentés par des images incontestables, qui déclenchèrent de 2012 à 2016 une série de soulèvements et de contestations des violences policières, organisés par Black Lives Matter (« Les vies noires comptent »).

Ce réseau diffus a poussé une génération radicale de jeunes Noirs à l’action et a participé à la résurgence actuelle de l’activisme aux États-Unis.

Le mouvement, dont les leaders épuisés ont parfois payé très cher leur engagement, s’était retrouvé dans les basses eaux au début du mandat de Donald Trump, pourtant le président contemporain le plus ouvertement raciste que les États-Unis aient élu.

Depuis 2017, certaines meurtres, comme l’assassinat du jeune Stephon Clark à Sacramento, en Californie (lire notre reportage), avaient parfois relancé la discussion sur les violences policières. Dans le même temps, certains départements de police, comme à Chicago (Illinois), New York ou Saint-Louis (Missouri), avaient commencé, même timidement, à réviser leurs pratiques notoirement brutales et historiquement racistes envers les Noirs.

La semaine où les États-Unis atteignaient les 100 000 morts du Covid-19, une pandémie qui a précipité 40 millions d’Américains dans le chômage – statistique inédite depuis la Grande Dépression du début des années 1930 –, le pays a basculé dans une nouvelle crise qui révèle à nouveau toute l’ampleur des tensions raciales dans l’Amérique de Donald Trump.

Tout a commencé par le meurtre policier d’un homme noir de 46 ans, George Floyd, le 25 mai, à Minneapolis (Minnesota).

Sur la séquence tournée par un témoin, et qui a fait le tour du monde, son meurtrier, le policier Derek Chauvin, presse la gorge de Floyd pendant huit minutes avec son genou, alors que Floyd, la tête de côté sur le sol, lui explique qu’il ne peut plus respirer. Même si Chauvin a depuis été arrêté, inculpé pour meurtre au troisième degré et homicide involontaire – ce qui reste une rareté aux États-Unis –, le pays s’est embrasé en une semaine.

Selon un décompte du New York Times, des manifestations de protestation, souvent pacifiques, parfois émaillées d’actions violentes contre les personnes et de dégradations, ont surgi dans 140 villes états-uniennes. Vingt-et-un États sur 50 au moins ont fait appel à la garde nationale, et plus de 4 000 personnes ont été arrêtées au cours du week-end. À ce stade, selon notre décompte, trois morts seraient à déplorer, à Louisville (Kentucky), Indianapolis (Indiana) et Detroit (Michigan).

Manifestation à Houston, le 29 mai 2020. © Agence France PresseManifestation à Houston, le 29 mai 2020. © Agence France Presse

De nombreuses villes ont imposé un couvre-feu. Le New Yorker évoque déjà « les pires émeutes depuis une génération » : par leur intensité et leur ampleur, elles dépassent les épisodes les plus intenses du mouvement Black Lives Matter. Et elles ne semblent pas près de s’éteindre, tant la colère et l’indignation sont profondes.

Cette semaine, déjà historique, fut un tourbillon. Un moment de nombreuses manifestations pacifiques et solidaires dans les villes du pays, contre l’impunité policière et le suprémacisme blanc, mais aussi un déferlement de violences policières, documentées par les réseaux sociaux, comme à New York, où une voiture de police a chargé les manifestants, jusqu’aux petites villes de Salem (Oregon) ou Omaha (Nebraska)

Une cinquantaine de journalistes ont été ciblés par des balles en caoutchouc et des lacrymogènes, parfois mis en joue ou arrêtés en plein tournage.

Certaines manifestations ont été émaillées de violences gratuites contre des personnes (avec des stupidités totales, comme cette attaque sur le campement d’un sans domicile fixe d’Austin (Texas) dont le matelas a été brûlé) et des dégradations de biens privés, comme à Los Angeles, dans les quartiers chics de Santa Monica ou Long Beach.

À Minneapolis, où la contestation a éclaté, un commissariat a été totalement incendié. Une image du sinistre, semblant surgie d’un film, a fait le tour des réseaux sociaux. Dans la même ville, un camion a chargé des centaines de manifestants sur l’autoroute sans provoquer de blessés. Son conducteur a été molesté, mais sa vie n’est pas en danger.

Incendie d'un immeuble en construction à Minneapolis, le 28 mai 2020. © DRIncendie d'un immeuble en construction à Minneapolis, le 28 mai 2020. © DR

Dans le sud états-unien, à Richmond (Virginie), Charleston (Caroline du Sud) ou Birmingham (Alabama), des monuments confédérés célébrant l’héritage de l’esclavage ont été ciblés.

Dans le même temps, des scènes inédites ont vu le jour. La cheffe de la police d’Atlanta (Géorgie) est venue dire sa solidarité aux manifestants. À New York, en Floride, à Seattle (Oregon), à Spokane (Washington) ou dans l’Oklahoma, des policiers se sont agenouillés face aux manifestants en signe d’apaisement, un geste inédit. Dans le Michigan, un shérif est venu manifester avec les protestataires.

Ces gestes inattendus, relayés par nombre de médias, marquent une première, mais ils sont accueillis avec méfiance par nombre d’activistes ou de commentateurs de gauche, qui y voient un coup de com’, alors que d’autres policiers, dans les mêmes villes, s’en prennent aux manifestants.

 

Pendant ce temps, Donald Trump a fait comme à son habitude : tweetant frénétiquement, il a incité à l’escalade contre les « racailles », au lieu de chercher un apaisement.

« Quand les pillages commencent, les tirs commencent », a-t-il menacé vendredi 29 mai, justifiant la répression en utilisant une formule proférée dans les années 1960 par le chef de la police de Miami (Floride) contre les manifestants des droits civiques. Alors que les manifestants encerclaient la Maison Blanche, le président s’est réfugié ce soir-là dans un bunker au cœur du bâtiment, normalement réservé aux attaques terroristes.

Dimanche 30 mai, il a déclaré vouloir ajouter le mouvement antifasciste, qu’il nomme « Antifa » comme s’il s'agissait d’un seul groupe, sur la liste des organisations terroristes. « Les antifas, ce n’est pas une organisation, a réagi Lee Carter, un élu socialiste de Virginie. Il n’y a pas de membres et pas de leaders. Il s’agit d’un blanc-seing délivré aux “feds” [autrement dit les agents du FBI – ndlr] pour appréhender tous ceux qu’ils jugent politiquement dérangeants, au nom des lois antiterroristes qui vous privent de quasiment tous vos droits constitutionnels. »

Le président réclame le retour de « la loi et l’ordre », un vieux slogan des républicains déjà utilisé par le président Nixon lors de l'élection présidentielle de 1968. Il continue de tancer les médias, qualifiés de « fake news », et exhorte les gouverneurs des États à la répression musclée, tandis que « sa » chaîne Fox News décrit une Amérique au bord du chaos.

Lundi 1er juin, lors de sa première sortie télé, le président a menacé d'envoyer l'armée sur son propre peuple, avant d'ordonner le gazage des manifestants près de la Maison Blanche. Puis il a posé une Bible à la main devant l'Eglise Saint-John, l'église des présidents américains, endommagée au cours du week-end.

Pendant ce temps, son adversaire démocrate à la présidentielle de novembre, Joe Biden, a prononcé quelques mots, évoquant une « nation furieuse face à l’injustice », et condamné les émeutes violentes, s’aventurant au-dehors de sa résidence du Delaware, où il est confiné depuis le mois de mars pour parler à un manifestant de sa ville.

L’ancien vice-président démocrate de Barack Obama est persuadé que Donald Trump, après sa gestion catastrophique du coronavirus et alors qu’une crise économique et sociale historique point aux États-Unis, est en train de perdre toujours plus de terrain en vue de l’élection présidentielle du 3 novembre.

Chaque jour qui passe montre probablement l’incompétence et la toxicité du président américain. Il continue pourtant d’occuper le terrain et se pose plus que jamais en rempart du « peuple » américain.

Impossible à ce stade de dire si cela lui profitera, ou bien si ces manifestations massives marquent le début de la fin pour le 45e président des États-Unis.

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

Doingbuzz TV

Un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

Plus de news

Togo : Des femmes du secteur privé et du Grand marché de Lomé encouragent Mme le Premier Ministre

25/11/2020

Togo :...

Les femmes du secteur privé togolais, notamment...
Sénégal : Un soudeur métallique fabrique une voiture... (Photos)

24/11/2020

Sénégal :...

Sambourou Seydi, est un soudeur métallique qui...
Covid-19 : Le vaccin russe sera le moins cher

24/11/2020

Covid-19 :...

Les choses se précisent sur les vaccins...
American Music Awards : Niki Minaj, artiste féminine de l'année

24/11/2020

American Music...

Les American Music Awards ont rendu leur...
Qui est en réalité Nana Konadu Agyeman Rawlings la veuve de JJ Rawlings ?

24/11/2020

Qui est...

Ancienne candidate à la présidentielle de décembre...
Nécrologie : l'ancien président nigérien Mamadou Tandja est mort

24/11/2020

Nécrologie :...

    La mort de l'ancien président...
Afrique : Les opposants au 3e mandat s’unissent pour de grandes actions

24/11/2020

Afrique : Les...

Aux côtés des problèmes d’ordre économique et...
Affrontement `` choquant '' dans un camp de migrants avec La police parisienne

24/11/2020

Affrontement « ...

Affrontement `` choquant '' dans un camp...
Pourquoi la star du Sénégal, Sadio Mané, est aimée de tous ? (Vidéo)

24/11/2020

Pourquoi la...

Chouchou des Sénégalais, Sadio Mané, l’indispensable attaquant...
"Les autres Chefs d'État me demandent comment le Bénin fait", révèle Patrice Talon

24/11/2020

« Les autres...

Même si sa gouvernance n'enchante pas l'opposition,...
Bénin: Un cortège funèbre fait 5 morts et des blessés graves

24/11/2020

Bénin: Un...

Dans la commune d'Allada au Bénin, s'est...
Diffamation : Me Moussa Diop a retiré sa plainte déposée contre Barthélémy Dias

24/11/2020

Diffamation :...

Me Moussa Diop a retiré, ce mardi,...
Me Moussa Diop : "il n'y a aucune alliance politique avec Pastef..."

24/11/2020

Me Moussa...

Me Moussa Diop a retiré, ce mardi,...
Général Camille Makosso: '' J'ai connu plus de 200 femmes ''

24/11/2020

Général Camille...

Comme à son habitude, le Général Camille...
Togo : Jean Pierre Fabre avoue la réception des 30 millions d'Alassane Ouattara

24/11/2020

Togo : Jean...

Le président de l’Alliance nationale pour le...
Burkina/ L’opposition ne reconnait pas les résultats provisoires

24/11/2020

Burkina/ L’opposition...

Dans la soirée du lundi 23 novembre...
Soro parle aux Ivoiriens depuis un lieu inconnu :” Nous devons continuer le combat pour la libération de notre pays!”

24/11/2020

Soro parle...

Guillaume Soro appelle les leaders de l’opposition...
3e mandat de Ouattara, Soro encore fâché:” l’hypocrisie veut qu’on vive tranquillement comme si…”

24/11/2020

3e mandat...

Le viol de la Constitution selon Guillaume...
Qu'est ce qu'un remplacement libre en football.

24/11/2020

Qu’est ce...

Arbitrage/qu'est ce qu' un remplacement libre en...
Etats-Unis/ Donald Trump prend une grande décision contre 15 pays africains

24/11/2020

Etats-Unis/ Donald...

Désormais, avant de se rendre aux Etats-Unis,...

Le meurtre de George Floyd, un homme noir, commis par un policier de Minneapolis, a déclenché un mouvement de protestation déjà historique. Le pays redécouvre de façon spectaculaire l’ampleur de ses tensions sociales et raciales, exacerbées par un président incendiaire.

 

Lorsqu’il fut élu, Barack Obama, premier président noir à accéder à la présidence des États-Unis, promettait une Amérique enfin débarrassée de ses profondes tensions raciales. Ces tensions, aussi anciennes que la République américaine, ne se sont jamais résorbées. Elles puisent leur origine dans l’esclavage (dix des douze premiers présidents états-uniens possédaient des esclaves), mais aussi dans des décennies de ségrégation méticuleuse et de criminalisation des Noirs.

L’élection d’Obama en novembre 2008 fut même considérée comme l’avènement d’un pays enfin « post-racial », voire la victoire ultime du mouvement des droits civiques, qui lutta dans les années 1950 et 1960 pour l’égalité réelle et l’accès au vote des Noirs américains.

Son deuxième mandat fut pourtant marqué par une série de meurtres policiers, souvent documentés par des images incontestables, qui déclenchèrent de 2012 à 2016 une série de soulèvements et de contestations des violences policières, organisés par Black Lives Matter (« Les vies noires comptent »).

Ce réseau diffus a poussé une génération radicale de jeunes Noirs à l’action et a participé à la résurgence actuelle de l’activisme aux États-Unis.

Le mouvement, dont les leaders épuisés ont parfois payé très cher leur engagement, s’était retrouvé dans les basses eaux au début du mandat de Donald Trump, pourtant le président contemporain le plus ouvertement raciste que les États-Unis aient élu.

Depuis 2017, certaines meurtres, comme l’assassinat du jeune Stephon Clark à Sacramento, en Californie (lire notre reportage), avaient parfois relancé la discussion sur les violences policières. Dans le même temps, certains départements de police, comme à Chicago (Illinois), New York ou Saint-Louis (Missouri), avaient commencé, même timidement, à réviser leurs pratiques notoirement brutales et historiquement racistes envers les Noirs.

La semaine où les États-Unis atteignaient les 100 000 morts du Covid-19, une pandémie qui a précipité 40 millions d’Américains dans le chômage – statistique inédite depuis la Grande Dépression du début des années 1930 –, le pays a basculé dans une nouvelle crise qui révèle à nouveau toute l’ampleur des tensions raciales dans l’Amérique de Donald Trump.

Tout a commencé par le meurtre policier d’un homme noir de 46 ans, George Floyd, le 25 mai, à Minneapolis (Minnesota).

Sur la séquence tournée par un témoin, et qui a fait le tour du monde, son meurtrier, le policier Derek Chauvin, presse la gorge de Floyd pendant huit minutes avec son genou, alors que Floyd, la tête de côté sur le sol, lui explique qu’il ne peut plus respirer. Même si Chauvin a depuis été arrêté, inculpé pour meurtre au troisième degré et homicide involontaire – ce qui reste une rareté aux États-Unis –, le pays s’est embrasé en une semaine.

Selon un décompte du New York Times, des manifestations de protestation, souvent pacifiques, parfois émaillées d’actions violentes contre les personnes et de dégradations, ont surgi dans 140 villes états-uniennes. Vingt-et-un États sur 50 au moins ont fait appel à la garde nationale, et plus de 4 000 personnes ont été arrêtées au cours du week-end. À ce stade, selon notre décompte, trois morts seraient à déplorer, à Louisville (Kentucky), Indianapolis (Indiana) et Detroit (Michigan).

Manifestation à Houston, le 29 mai 2020. © Agence France PresseManifestation à Houston, le 29 mai 2020. © Agence France Presse

De nombreuses villes ont imposé un couvre-feu. Le New Yorker évoque déjà « les pires émeutes depuis une génération » : par leur intensité et leur ampleur, elles dépassent les épisodes les plus intenses du mouvement Black Lives Matter. Et elles ne semblent pas près de s’éteindre, tant la colère et l’indignation sont profondes.

Cette semaine, déjà historique, fut un tourbillon. Un moment de nombreuses manifestations pacifiques et solidaires dans les villes du pays, contre l’impunité policière et le suprémacisme blanc, mais aussi un déferlement de violences policières, documentées par les réseaux sociaux, comme à New York, où une voiture de police a chargé les manifestants, jusqu’aux petites villes de Salem (Oregon) ou Omaha (Nebraska)

Une cinquantaine de journalistes ont été ciblés par des balles en caoutchouc et des lacrymogènes, parfois mis en joue ou arrêtés en plein tournage.

Certaines manifestations ont été émaillées de violences gratuites contre des personnes (avec des stupidités totales, comme cette attaque sur le campement d’un sans domicile fixe d’Austin (Texas) dont le matelas a été brûlé) et des dégradations de biens privés, comme à Los Angeles, dans les quartiers chics de Santa Monica ou Long Beach.

À Minneapolis, où la contestation a éclaté, un commissariat a été totalement incendié. Une image du sinistre, semblant surgie d’un film, a fait le tour des réseaux sociaux. Dans la même ville, un camion a chargé des centaines de manifestants sur l’autoroute sans provoquer de blessés. Son conducteur a été molesté, mais sa vie n’est pas en danger.

Incendie d'un immeuble en construction à Minneapolis, le 28 mai 2020. © DRIncendie d'un immeuble en construction à Minneapolis, le 28 mai 2020. © DR

Dans le sud états-unien, à Richmond (Virginie), Charleston (Caroline du Sud) ou Birmingham (Alabama), des monuments confédérés célébrant l’héritage de l’esclavage ont été ciblés.

Dans le même temps, des scènes inédites ont vu le jour. La cheffe de la police d’Atlanta (Géorgie) est venue dire sa solidarité aux manifestants. À New York, en Floride, à Seattle (Oregon), à Spokane (Washington) ou dans l’Oklahoma, des policiers se sont agenouillés face aux manifestants en signe d’apaisement, un geste inédit. Dans le Michigan, un shérif est venu manifester avec les protestataires.

Ces gestes inattendus, relayés par nombre de médias, marquent une première, mais ils sont accueillis avec méfiance par nombre d’activistes ou de commentateurs de gauche, qui y voient un coup de com’, alors que d’autres policiers, dans les mêmes villes, s’en prennent aux manifestants.

 

Pendant ce temps, Donald Trump a fait comme à son habitude : tweetant frénétiquement, il a incité à l’escalade contre les « racailles », au lieu de chercher un apaisement.

« Quand les pillages commencent, les tirs commencent », a-t-il menacé vendredi 29 mai, justifiant la répression en utilisant une formule proférée dans les années 1960 par le chef de la police de Miami (Floride) contre les manifestants des droits civiques. Alors que les manifestants encerclaient la Maison Blanche, le président s’est réfugié ce soir-là dans un bunker au cœur du bâtiment, normalement réservé aux attaques terroristes.

Dimanche 30 mai, il a déclaré vouloir ajouter le mouvement antifasciste, qu’il nomme « Antifa » comme s’il s'agissait d’un seul groupe, sur la liste des organisations terroristes. « Les antifas, ce n’est pas une organisation, a réagi Lee Carter, un élu socialiste de Virginie. Il n’y a pas de membres et pas de leaders. Il s’agit d’un blanc-seing délivré aux “feds” [autrement dit les agents du FBI – ndlr] pour appréhender tous ceux qu’ils jugent politiquement dérangeants, au nom des lois antiterroristes qui vous privent de quasiment tous vos droits constitutionnels. »

Le président réclame le retour de « la loi et l’ordre », un vieux slogan des républicains déjà utilisé par le président Nixon lors de l'élection présidentielle de 1968. Il continue de tancer les médias, qualifiés de « fake news », et exhorte les gouverneurs des États à la répression musclée, tandis que « sa » chaîne Fox News décrit une Amérique au bord du chaos.

Lundi 1er juin, lors de sa première sortie télé, le président a menacé d'envoyer l'armée sur son propre peuple, avant d'ordonner le gazage des manifestants près de la Maison Blanche. Puis il a posé une Bible à la main devant l'Eglise Saint-John, l'église des présidents américains, endommagée au cours du week-end.

Pendant ce temps, son adversaire démocrate à la présidentielle de novembre, Joe Biden, a prononcé quelques mots, évoquant une « nation furieuse face à l’injustice », et condamné les émeutes violentes, s’aventurant au-dehors de sa résidence du Delaware, où il est confiné depuis le mois de mars pour parler à un manifestant de sa ville.

L’ancien vice-président démocrate de Barack Obama est persuadé que Donald Trump, après sa gestion catastrophique du coronavirus et alors qu’une crise économique et sociale historique point aux États-Unis, est en train de perdre toujours plus de terrain en vue de l’élection présidentielle du 3 novembre.

Chaque jour qui passe montre probablement l’incompétence et la toxicité du président américain. Il continue pourtant d’occuper le terrain et se pose plus que jamais en rempart du « peuple » américain.

Impossible à ce stade de dire si cela lui profitera, ou bien si ces manifestations massives marquent le début de la fin pour le 45e président des États-Unis.

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire