Doingbuzz – Le pouvoir de l'information à votre portée
Ali Bongo absent au conseil des ministres: la CNR dénonce « un coup d’état constitutionnel »
17/12/2019 à 19h11 par mariella2019

La cour constitutionnelle gabonaise a décidé d’autoriser le vice-président gabonais à présider un conseil des ministres en raison de l’hospitalisation prolongée d’Ali Bongo; cette décision continue d’exaspérer le public. La Coalition pour la nouvelle république (CNR) de l’opposant Jean Ping a dénoncé « un coup d’état constitutionnel » de la Cour constitutionnelle.

L’opposition gabonaise est très en colère devant ce qu’elle dénonce comme étant une usurpation honteuse du statut de législateur dévolu aux deux chambres parlementaires, élus eux du peuple.

Lire aussi: Accident: Une voiture de mariage percutée par un conducteur ivre

Pour la CNR, "la cour constitutionnelle par décision n° 219/CC du 14 novembre 2018 vient de s’arroger les attributions du législateur". Le président de la CNR Jean Eyeghe Ndong, auteur de la déclaration, affirme  : "elle s’est crue le droit de modifier nuitamment l’article 13 de la constitution qui consacre ’la vacance du pouvoir pour quelque raison que ce soit ou d’empêchement définitif de son titulaire constatée par la Cour constitutionnelle’", elle étant la belle-mère d’Ali Bongo.

En effet, la faute des 9 juges réside dans l’ajout d’un alinéa qui stipulerait désormais que : « En cas d’indisponibilité temporaire du Président de la République pour quelque cause que ce soit, certaines fonctions dévolues à ce dernier, à l’exception de celles prévues aux articles 18, 19 et 109 alinéa 1er peuvent être exercées selon le cas, soit par le Vice-Président de la République, soit par le Premier ministre, sur autorisation spéciale de la cour constitutionnelle saisie par le Premier Ministre ou un dixième des membres du gouvernement chaque fois que nécessaire ».

Pour la principale coalition de l’opposition gabonaise, "Cet acte prouve une fois de plus, une fois de trop, la violation flagrante de notre loi fondamentale, par la Cour constitutionnelle garante de celle-ci. Tout aussi grave, elle se substitue au Président de la République en conférant au Vice-Président de la république le pouvoir de présider le conseil des ministres". Et de marteler qu’"aucune disposition constitutionnelle n’autorise les 9 juges de la Cour à décider, en l’absence du Président de la République, des missions du Vice-Président".

Fort de ce constat, la CNR dit dénoncer "avec la dernière énergie la gestion irresponsable de la « vacance du pouvoir », et s’interroge sur les desseins inavoués de la Cour Constitutionnelle". Avant d’appeler "le peuple gabonais à un sursaut patriotique et à défendre sa souveraineté".

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 497 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Contenu sponsorisé

DOINGBUZZ TV

Partagez l'opportunité que représente la plateforme Togopapel.com autour de vous.
Le site de petites annonces 100% gratuit et togolais est un outil inclusif pour vendre et acheter partout au Togo.

togopapel
WHATSAPP:

Vous êtes sur whatsapp, intégrez et récevez nos articles depuis nos groupes disponible sur whatsapp

🚨 DOINGBUZZ ACTUALITE
(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE(PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE (PLEIN) DOINGBUZZ ACTUALITE .
groupe emploi whatsapp doingbuzz-🇧🇯 Bénin- 🇧🇯 Bénin - 🇧🇯 Bénin -🇧🇯 Bénin-🇳🇪 Niger - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇸🇳 Sénégal - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo - 🇹🇬 Togo 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire 🇨🇮- Côte d'Ivoire -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun -🇨🇲 Cameroun - 🇫🇷 France - 🇫🇷 France - 🇲🇱 Mali - 🇧🇫 Burkina Faso - 🇧🇫 Burkina Faso -🇬🇦 Gabon -🇬🇳 Guinéé - 🇲🇱 Mali - 🇲🇱 Mali - 🇨🇩 Congo -Pour les autres pays

NB: NE PAYEZ AUCUN FRAIS DE DOSSIERS POUR UNE OFFRE D’EMPLOI

La cour constitutionnelle gabonaise a décidé d’autoriser le vice-président gabonais à présider un conseil des ministres en raison de l’hospitalisation prolongée d’Ali Bongo; cette décision continue d’exaspérer le public. La Coalition pour la nouvelle république (CNR) de l’opposant Jean Ping a dénoncé « un coup d’état constitutionnel » de la Cour constitutionnelle.

L’opposition gabonaise est très en colère devant ce qu’elle dénonce comme étant une usurpation honteuse du statut de législateur dévolu aux deux chambres parlementaires, élus eux du peuple.

Lire aussi: Accident: Une voiture de mariage percutée par un conducteur ivre

Pour la CNR, "la cour constitutionnelle par décision n° 219/CC du 14 novembre 2018 vient de s’arroger les attributions du législateur". Le président de la CNR Jean Eyeghe Ndong, auteur de la déclaration, affirme  : "elle s’est crue le droit de modifier nuitamment l’article 13 de la constitution qui consacre ’la vacance du pouvoir pour quelque raison que ce soit ou d’empêchement définitif de son titulaire constatée par la Cour constitutionnelle’", elle étant la belle-mère d’Ali Bongo.

En effet, la faute des 9 juges réside dans l’ajout d’un alinéa qui stipulerait désormais que : « En cas d’indisponibilité temporaire du Président de la République pour quelque cause que ce soit, certaines fonctions dévolues à ce dernier, à l’exception de celles prévues aux articles 18, 19 et 109 alinéa 1er peuvent être exercées selon le cas, soit par le Vice-Président de la République, soit par le Premier ministre, sur autorisation spéciale de la cour constitutionnelle saisie par le Premier Ministre ou un dixième des membres du gouvernement chaque fois que nécessaire ».

Pour la principale coalition de l’opposition gabonaise, "Cet acte prouve une fois de plus, une fois de trop, la violation flagrante de notre loi fondamentale, par la Cour constitutionnelle garante de celle-ci. Tout aussi grave, elle se substitue au Président de la République en conférant au Vice-Président de la république le pouvoir de présider le conseil des ministres". Et de marteler qu’"aucune disposition constitutionnelle n’autorise les 9 juges de la Cour à décider, en l’absence du Président de la République, des missions du Vice-Président".

Fort de ce constat, la CNR dit dénoncer "avec la dernière énergie la gestion irresponsable de la « vacance du pouvoir », et s’interroge sur les desseins inavoués de la Cour Constitutionnelle". Avant d’appeler "le peuple gabonais à un sursaut patriotique et à défendre sa souveraineté".

RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER ET ALERTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à Doingbuzz et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 83 497 autres abonnés

Ne partez pas sans partager :

Laisser votre commentaire