Afrique du Sud : un leader politique viole sa fille de 8 ans


Video player

 

En Afrique du Sud, un leader politique membre de l’ANC a commis un acte sexuel hors du commun et de l’éthique. Il s’agit de Sikhumbuzo Kholwane qui selon les informations aurait violé ses filles jumelles de 8 ans, blessant ainsi leurs partie intimes.

Sikhumbuzo Kholwane, l’une des figures phares du parti politique de Nelson Mandela n’a pas d’autres manières de s’amuser avec ses filles jumelles. Il leur a sodomisé.

Selon les enquêteurs, qui travaillent sur le dossier, ce monsieur a été renvoyé du Mpumalanga. Le tribunal régional de Nelspruit s’est saisi du dossier.
Le sergent Solomon Mbokodo, l’enquêteur a déclaré au tribunal que les victimes avaient été emmenées à l’hôpital Rob Ferreira pour y être examinées et pour faire prélever des échantillons d’ADN.

« Nous avons emmené les enfants à l’hôpital Rob Ferreira après les avoir retirés de leur domicile [en juillet]. Quand nous sommes arrivés là-bas, nous ne pouvions pas prélever d’échantillons d’ADN parce que [après] les incidents s’étaient produits 72 heures [s’étaient écoulées, donc les échantillons ne pouvaient pas être prélevés]. Ce que les professionnels de la santé ont dit, c’est qu’ils avaient tous deux des blessures dans leurs parties intimes. L’autre victime avait également des blessures à l’anus », a déclaré Mbokodo au tribunal.

A en croire l’enquêteur, les jumeaux manquent de soutien familial. Il a révélé que les victimes ont signalé l’incident à leur belle-mère qui leur a dit qu’elle s’en moquait. Leur relation avec la mère biologique basée au Cap est inexistante et a donc rapporté l’affaire à leurs professeurs.

Au cours des procédures judiciaires, des membres du FEP dirigés par le secrétaire général adjoint Poppy Mailola ont demandé qu’on leur refuse la libération sous caution. Kholwane et son beau-fils sont actuellement en garde à vue pour les allégations de viol.

Selon Savannanews, le chef de l’ANC du Mpumalanga était suspendu pour avoir violé ses deux filles, les deux étant des jumelles de 8 ans.

Le président par intérim de l’ANC Mpumalanga Mandala Ndlovu a de son côté déclaré que les responsables de l’ANC de la province s’étaient rencontrés et avaient décidé que Sikhumbuzo Kholwane devrait démissionner de son poste à l’ANC étant donné la gravité des accusations auxquelles il est confronté.

«C’est une accusation très sérieuse et c’est vraiment grave si c’est effectivement arrivé», a déclaré Ndlovu.

Il a déclaré que l’ANC était choqué par les allégations et prenait au sérieux les accusations de viol. «Nous nous sommes rencontrés en tant que fonctionnaires et avons décidé qu’il ne fallait pas lui demander de se retirer, cela devait être automatique. Il ne fait pas partie du PEC et la question de savoir si son adhésion sera résiliée sera discutée à l’avenir », a déclaré Ndlovu.

Cette histoire a été éditée et modifiée à partir d’une version précédente, en raison des préoccupations soulevées au sujet de l’identification potentielle des enfants du suspect. Bien que l’ANC et DA aient rendu public son nom, le retrait vise à protéger l’anonymat des jeunes, nous fait savoir Savannanews.

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz Cliquer ici pour les autres groupes👆

Laisser votre commentaire